Salagnac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le Grand-Bourg de Salagnac situé dans la Limousin, voir Le Grand-Bourg.
Salagnac
La cité de Clairvivre vue depuis le puy de Raffaillac.
La cité de Clairvivre vue depuis le puy de Raffaillac.
Blason de Salagnac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Excideuil
Intercommunalité Communauté de communes Causses et Rivières en Périgord
Maire
Mandat
Alain Maigret
2014-2020
Code postal 24160
Code commune 24515
Démographie
Population
municipale
873 hab. (2011)
Densité 96 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 43″ N 1° 11′ 56″ E / 45.3119444444, 1.1988888888945° 18′ 43″ Nord 1° 11′ 56″ Est / 45.3119444444, 1.19888888889  
Altitude Min. 176 m – Max. 354 m
Superficie 9,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Salagnac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Salagnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Salagnac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Salagnac
Liens
Site web Site officiel

Salagnac est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

La commune est limitrophe du département de la Corrèze.

Communes limitrophes de Salagnac
Saint-Mesmin
Génis Salagnac Juillac
(Corrèze)
Sainte-Trie

Toponymie[modifier | modifier le code]

En occitan, la commune porte le nom de Salanhac[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la création des départements français en 1790, la commune de Salagnac a d'abord brièvement fait partie de la Corrèze avant d'être rattachée en 1793 à la Dordogne, avec neuf autres communes.

Après la Première Guerre mondiale, vient la nécessité de lutter activement contre le grand mal de l'époque qu'est la tuberculose et aussi d'aider à la réinsertion socio-professionnelle des soldats gazés durant le conflit.

La Fédération nationale des blessés du poumon et chirurgicaux (FNBPC), à l'instigation de son secrétaire général Albert Delsuc, souhaite la création d'une cité sanitaire unique en son genre, devant correspondre aux critères de la cité-jardin, et permettant aux pensionnaires de mener une vie familiale et professionnelle tout en étant soignés. Une subvention de 60 millions de francs est votée à l'unanimité par le Parlement pour parfaire le projet.

La « cité Clairvivre » sort de terre entre 1931 et 1933, sur les plans de l'architecte Pierre Forestier.

C'est une petite ville totalement autonome, organisée de part et d'autre d'une avenue principale et possédant notamment : un bâtiment de 200 chambres (réservé à l'accueil des tuberculeux célibataires et des visiteurs), 175 pavillons (soit 340 logements destinés aux malades et à leur famille), un hôpital (avec dispensaire et service social), une centrale d'épuration, un système d'adduction d'eau, une centrale électrique, des commerces, des grands magasins, des écoles, une ferme et des cultures.

La gestion de la cité est confiée à la société « La maison des blessés du poumon » (SMBP) dont l'administrateur était Albert Delsuc lui-même.

Avec la disparition progressive des soldats gazés lors de la guerre de 1914-1918, la cité se transforme progressivement en un sanatorium classique.

À partir de 1937, elle accueille, tout en continuant à fonctionner, de nombreux réfugiés tels que des blessés de la Guerre d'Espagne.

Puis en 1939 et 1940, les hospices civils de Strasbourg investissent les lieux, accompagnés de réfugiés alsaciens et lorrains. Ceux-ci quittent Clairvivre au début de l'année 1945.

À partir de 1966, la SMBP crée un Centre d’aide par le travail (CAT) destiné à accueillir des personnes handicapées adultes. Celui-ci s'agrandit progressivement au détriment du sanatorium (qui ferme définitivement ses portes en avril 1980), pour accueillir des personnes handicapées physiques de toute nature.

Suite à d'importantes difficultés financières, la SMBP doit abandonner la gestion de Clairvivre à l'Établissement public départemental constitué le 1er avril 1980.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Salagnac Blason D'azur au cerf d'or issant d'une champagne ondée d'argent chargée d'une fasce ondée d'azur [alias : rivière] ; au chef cousu de gueules chargé d'un pal de vair.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Salagnac a, dès 1790, fait partie du département de la Corrèze.

En 1793, elle est rattachée au canton de Genis qui dépend du district d'Excideuil dans le département de la Dordogne. En 1800, le canton de Genis est supprimé, de même que les districts, et la commune est rattachée au canton d'Excideuil dépendant de l'arrondissement de Périgueux[2].

En 2006, Salagnac rejoint la communauté de communes de Juillac-Loyre-Auvézère, intercommunalité du département de la Corrèze. Elle la quitte le 1er janvier 2013 pour rejoindre la communauté de communes Causses et Rivières en Périgord[3].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
 ? mars 1977 Robert Cornut    
mars 1977 mars 2001 Gilbert Dupuy    
mars 2001[4] (réélu en mars 2014[5]) en cours Alain Maigret SE Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Salagnac depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2004, 2009, 2014, etc. pour Salagnac[6]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2011, Salagnac comptait 873 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
210 218 214 264 284 304 319 323 283
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
322 329 327 310 300 326 359 330 317
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
321 303 259 248 227 668 1 182 1 228 918
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011
826 1 122 833 812 785 919 929 873 873
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le troubadour Bertran de Born (v.1140 - v.1215) serait né au château de Born à Salagnac

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 9 avril 2014.
  2. « Notice communale de Salagnac », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 25 juin 2012)
  3. Recueil des actes administratifs de l'État en Dordogne - Octobre 2012 - Arrêté préfectoral no 121058 du 4 octobre 2012, p. 10, sur le site de la Préfecture de la Dordogne, consulté le 8 novembre 2012.
  4. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 1er septembre 2014.
  5. À Salagnac-Clairvivre, Sud Ouest édition Périgueux du 3 avril 2014, p. 20c.
  6. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 9 avril 2014)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  9. « Notice no EA24000004 », base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 11 juillet 2014.