Sakurajima

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trois caractères japonais Cette page contient des caractères japonais. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Sakurajima
Le Sakurajima émettant un panache volcanique le 23 novembre 2009 avec la ville de Kagoshima au premier plan.
Le Sakurajima émettant un panache volcanique le 23 novembre 2009 avec la ville de Kagoshima au premier plan.
Géographie
Altitude 1 117 m, Kitadake[1]
Massif Kyūshū
Coordonnées 31° 35′ 06″ N 130° 39′ 25″ E / 31.585, 130.657 ()31° 35′ 06″ Nord 130° 39′ 25″ Est / 31.585, 130.657 ()  [2]
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Kyūshū
Préfecture Kagoshima
Géologie
Type Volcan gris
Activité En éruption
Dernière éruption Depuis le 13 octobre 1955
Code 0802-08=
Observatoire Sakurajima Volcano Research Center

Géolocalisation sur la carte : Japon (ouest)

(Voir situation sur carte : Japon (ouest))
Sakurajima

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Sakurajima

Le Sakurajima (桜島, Sakura-jima?) est un volcan du Japon situé dans le sud de l'île de Kyūshū. C'est un des volcans les plus actifs du Japon. Lors de la puissante éruption de 1914, le volcan a cessé d'être une île lorsque de la lave a comblé le détroit qui la séparait de l'île de Kyūshū. Le risque humain est un des plus élevés au Japon car l'activité éruptive du Sakurajima est intense, explosive et le volcan se trouve au milieu de la baie de Kagoshima. Ces conditions font peser un risque constant de nuées ardentes et de tsunamis sur la population qui vit à proximité, notamment la ville de Kagoshima (environ 600 000 habitants) distante de huit kilomètres à vol d'oiseau.

Géographie[modifier | modifier le code]

Image radar du Sakurajima, Kagoshima se trouve au sud du volcan, de l'autre côté de la baie.

Le Sakurajima forme une presqu'île de 80 km2 de superficie rattachée à l'île de Kyūshū depuis 1914[2]. Il se trouve dans le nord de la baie de Kagoshima, sur le bord sud de la caldeira d'Aira qui s'est formée il y a 22 000 ans et qui constitue le nord de la baie de Kagoshima[2].

Il est formé de trois sommets : le Kitadake (1 117 mètres d'altitude) au nord, le Nakadake (1 080 mètres d'altitude) au centre et le Minamidake (1 040 mètres d'altitude) au sud[1].

Le type explosif du volcan et la présence de centaines de milliers d'habitants à proximité immédiate créent un enjeu humain particulièrement élevé. Néanmoins le Sakurajima constitue un lieu touristique avec des sources chaudes, du thermalisme, un sol très fertile permettant la culture des plus gros radis chinois du monde (une trentaine de kilos pour les plus gros) et des plus petites mandarines du monde (les komikans avec trois centimètres de diamètre).

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue aérienne d'un panache éruptif sortant du cratère principal en 1974.

Formation[modifier | modifier le code]

Il y a 22 000 ans se forme la caldeira d'Aira au cours d'une éruption qui projette des centaines de kilomètres cubes de matériaux dans l'atmosphère. Il y a 13 000 ans commence à se former le Sakurajima sur le bord sud de la caldeira, dans la baie de Kagoshima. La première observation d'une de ses éruptions date de 708 av. J.-C. (ou 708 ap. J.-C. ?).

Le volcan, très actif, a des éruptions stromboliennes qui se produisent dans un cratère sommital (le cratère Showa) mais plusieurs éruptions pliniennes se sont produites en 1471-1476, 1779-1782 et 1914.

Éruption de 1914[modifier | modifier le code]

Lorsque l'éruption commence le , le Sakurajima était endormi depuis un siècle. Des séismes précurseurs avaient permis d'alerter la population et d'évacuer en partie l'île. Dans la ville de Kagoshima, 417 secousses telluriques avaient été enregistrées dans les trente heures précédant l'éruption. Un panache de cendres volcaniques s'est élevé jusqu'à huit kilomètres d'altitude et des nuées ardentes ont dévalé les pentes du volcan. Le 13 janvier, un puissant séisme tue 35 personnes et à partir de cette date l'activité éruptive change : les explosions se font moins fréquentes et des coulées de lave apparaissent à l'est et à l'ouest du sommet, agrandissant l'île et la reliant à celle de Kyūshū en comblant partiellement le détroit large de 400 mètres et profond de 72 mètres. L'activité effusive dura des mois ce qui est rare au Japon où la lave est généralement andésitique et trop visqueuse pour pouvoir s'écouler.

Durant la phase finale de l'éruption, le fond de la caldeira d'Aira s'est abaissé de soixante centimètres, vraisemblablement à cause de la vidange de la chambre magmatique. Le fait que la subsidence se soit produite au centre de la caldeira et non sous le Sakurajima a permis de démontrer le lien entre le volcan et la caldeira, notamment la présence d'une chambre magmatique unique. La modification de la morphologie de la baie de Kagoshima avec la disparition d'un détroit au profit d'un isthme a affecté les marées avec l'augmentation du marnage.

Activité récente[modifier | modifier le code]

Depuis 1955, l'activité du volcan est presque constante avec cent à deux cents grandes explosions par an et quelques nuées ardentes. L'observatoire volcanologique de Sakurajima fut créé en 1960 afin de prévoir les éruptions importantes, le volcan est ainsi l'un des plus surveillés et des mieux étudiés au monde.

Dans les années 2000, le volcan connait un regain d'activités avec un record de 548 explosions en 2009, battu dès juin 2010 avec 550 explosions[3] et plus de trois millions de tonnes de cendres rejetées[4]. Le 18 août 2013, le volcan connaît une explosion, crachant un panache de cinq kilomètres de hauteur, pendant presqu'une heure[5].

Protection civile[modifier | modifier le code]

Abri en béton armé contre les retombées de téphras avec le Sakurajima en arrière plan.

De nombreux travaux ont été entrepris et des mesures ont été prises afin de limiter les risques encourus par la population. Aujourd'hui, les habitants n'auraient pas à courir en tous sens à la recherche d'une embarcation. Leur évacuation est programmée, réglée comme un ballet. Chaque 12 janvier, date anniversaire de l'explosion de 1914, elle fait même l'objet d'une répétition générale à laquelle ne manquent que la lave et les bombes. Sur les pentes du Sakurajima ont été construits de nombreux canaux de collecte, digues et bassins de rétention afin de canaliser et de stopper les lahars.

La population vivant à proximité du volcan est soumise à des mesures particulières de sécurité avec des plans d'évacuation, le port du casque obligatoire pour les enfants (le casque les protège des retombées de cendres et de petites pierres projetées dans l'atmosphère presque quotidiennement). Pour les écoliers, la consigne est de se jeter sous les pupitres à la moindre alerte. Le premier danger qu'offre le Sakurajima est en effet l'écroulement des toits sous le poids des cendres. Des abris en béton armé tous les 200 mètres servent de refuges en cas de projections de blocs. Quatre heures : c'est le délai maximal que s'accordent les autorités pour évacuer la presqu'île en cas d'éruption imminente. D'où le soin apporté aux exercices d'entraînement à l'évacuation. En cas d'éruption, huit ferries feraient immédiatement route vers Sakurajima. Pour les exercices d'évacuation, trois ferries sont réquisitionnés pour emmener la population dans le calme. Un réseau de détection et d'alerte des tsunamis et des séismes a été mis en place dans la baie de Kagoshima.

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Sakurajima » (voir la liste des auteurs)

  1. a et b (en) « Synonymes », sur http://www.volcano.si.edu/ (consulté le 27 juin 2010)
  2. a, b et c (en) « Sakura-jima », sur http://www.volcano.si.edu/ (consulté le 27 juin 2010)
  3. (en) « Rapport hebdomadaire du 16 au 22 juin 2010 », sur http://www.volcano.si.edu/ (consulté le 27 juin 2010)
  4. Anthony Rivière, Un volcan japonais bat son record d'explosions, un autre tue une petite fille, Aujourd'hui le Japon, le 21 juin 2010
  5. Spectaculaire éruption du mont Sakurajima au Japon, Le Monde.fr avec AFP, 19 août 2013

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :