Sakao (langue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sakao.
Sakao
Laðhi
Parlée au Vanuatu
Région Espiritu Santo, Sakao
Nombre de locuteurs 4 000 (2001)[1]
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 sku
IETF sku

Le sakao est une langue océanienne parlée sur l'île d'Espiritu Santo, au Vanuatu, par environ 4 000 locuteurs. Elle tient son nom de l'île Sakao, située près de la côte nord est d'Espiritu Santo, au large de Port-Olry. Il faut noter toutefois que ce n'est pas le nom originel de cette île que ses locuteurs appelaient Laðhi.

Dialectes[modifier | modifier le code]

En comparaison avec les langues voisines issues d'un même ancêtre commun, le sakao a subi des modifications phonologiques considérables[2], qui empêchent toute intercompréhension avec les langues voisines. Voici par exemple un tableau de comparaison d'avec une langue proche, le tolomako :

Sens Sakao Tolomako
pou nøð na ɣutu
poulet nɔð na toa
quatre jɛð βati
souffler hy suβi

Le sakao se divise en deux dialectes : celui du nord, autrement appelé dialecte de Port-Olry, et celui du sud, ou dialecte de Hog-Harbour.

  • Le dialecte du sud est le plus classique. Il est caractérisé par la perte de la plupart des voyelles pré- ou post-toniques, ce qui donne des groupes consonantiques inhabituels pour une langue océanienne.
  • Le dialecte du nord est caractérisé par l'usage extensif de voyelles épenthétiques, qui ont atteint le statut de phonème, ce qui ressemble superficiellement à une harmonie vocalique ; la perte du n initial dans les noms, à l'exception des noms monosyllabiques ; et la diphtongaison de certaines voyelles en position finale de mot.

Par exemple, Port-Olry a /œmœɣœɛ/ pour « brouillard, brume », là où Hog-Harbour a /nmɣœ/.

Les exemples cités ci-dessous sont donnés sous la forme dialectale du nord, ou Port-Olry.

Nombre[modifier | modifier le code]

À l'instar du tolomako, le sakao distingue quatre nombres pour ses pronoms personnels. Cependant, il ne s'agit pas du singulier, duel, triel et pluriel mais du singulier, duel, paucal et pluriel. Le paucal du Sakao provient d'un ancien triel. Ainsi on a en tolomako /i ɣire-tolu/ « eux trois », et en sakao /jørðœl/ « eux, de trois à dix ». On dit en sakao /jørðœl løn/ « cinq d'entre eux », ce qui signifie étymologiquement « eux trois, cinq ».

Les substantifs ne varient pas en nombre, à l'exception des termes de parenté pour lesquels on distingue entre singulier et pluriel : /ðjœɣ/ « ma mère/tante » ~ /rðjœɣ/ « mes tantes » ; /walðyɣ/ « mon enfant » ~ /raalðyɣ/ « mes enfants ». De même pour les démonstratifs (pronoms, adjectifs) : /wa/ « celui-ci » ~ /warɨr/ « ceux-ci » ; /aðœŋœn mam/ « cette personne » ~ /aðœŋœn mamɨr/ « ces personnes » ; /ðað/ « ici » ~ /ðaðɨr/ « dans plusieurs endroits autour d'ici ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fiche langue sur le site Ethnologue.com
  2. (en) Alexandre François, « Unraveling the history of the vowels of seventeen northern Vanuatu languages », Oceanic Linguistics, University of Hawaiʻi Press, vol. 44, no 2,‎ décembre 2005, p. 491 (ISSN 0029-8115 et 1527-9421, lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jacques Guy, « On the origins of the Sakao vowel system (New Hebrides) », Journal of the Polynesian Society, no 86,‎ 1977, p. 97–103

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]