Saitō Myōchin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saitō Myōchin est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Saitō, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).

Saitō Myōchin (斎藤 妙椿?, 1411 - ) est un daimyo et moine de la période Sengoku[1]. Myōchin est le fils de Saitō Sōen (斎藤宗円), qui a servi comme shugodai de la province de Mino, et le frère cadet de Saitō Toshinaga (en). Il a commencé à un jeune âge sa formation comme moine à Zene-ji (善恵寺). Sa tombe se trouve dans l'enceinte du Zuiryū-ji à Gifu, préfecture de Gifu.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1450, Saitō Myōchin sert comme shugodai du nord de la province de Mino pour le compte du clan Toki. Durant son administration, il construit Jōzai-ji dans l'actuelle ville de Gifu. Ce temple devient plus tard le temple familial du clan Saitō. Quand Yoshinaga meurt en 1460, Myōchin quitte Jōzai-ji pour le château de Kanō proche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Uta de Megutta Shiro. (ja) Gujo City. consulté le 10 mai 2008.