Saison 2010-2011 de l'Olympique lyonnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Olympique lyonnais
Saison 2010-2011

Généralités
Président Drapeau : France Jean-Michel Aulas
Entraîneur Drapeau : France Claude Puel
Résultats
Championnat 3e - Qualifié pour le tour préliminaire de la Ligue des champions
64 points (17V-13N-8D)
56 buts pour, 41 contre
Coupe de France Seizièmes de finale
Contre l'OGC Nice 1-0 ap
Coupe de la Ligue Huitièmes de finale
Contre le Paris SG 1-2 ap
Ligue des champions Huitièmes de finale
Contre le Real Madrid 1-1 et 0-3
Meilleur buteur Lisandro López (17)[1]
Meilleur passeur Jimmy Briand (5)[2]

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Autre

Chronologie

La saison 2010-2011 de l'Olympique lyonnais est la soixante-et-unième de l'histoire du club. Elle débute après une seconde saison sans titre pour l'équipe et est marquée par une deuxième place en championnat ainsi qu'une demi-finale de Ligue des champions.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pré-saison[modifier | modifier le code]

Présentation de l'effectif de l'Olympique lyonnais pour la saison 2010-2011.

Après deux saisons vierges de trophée, l'objectif annoncé par l'Olympique lyonnais est le Championnat de France[3],[4]. Claude Puel souligne également la volonté de modifier le fonctionnement général de l'équipe par rapport aux deux saisons précédentes. Il souhaite faire du jeu : « J'aimerais qu'on soit capable de repartir plus proprement, d'avoir une relance plus appropriée, d'avoir plus de maîtrise technique. (...) Il faudra savoir faire plus de choses : construire du jeu face à des équipes regroupées, et pouvoir jouer vite en contre dans d'autres situations. »[5].

Durant l'inter-saison, plusieurs joueurs du club, ou en partance, se distinguent par leur participation à la Coupe du monde de football. Pour l'Équipe de France, quatre Lyonnais sont présents parmi les 23 de la liste de Raymond Domenech : Hugo Lloris, Anthony Réveillère, Sidney Govou et Jérémy Toulalan. Lyon et Bordeaux sont les clubs français à envoyer le plus de joueurs en sélection. Sidney Govou et Jérémy Toulalan jouent les trois matchs de préparation, Hugo Lloris en joue deux et Anthony Réveillère un seul. Pour l'Équipe du Brésil, Michel Bastos est titulaire lors de la rencontre de préparation contre le Zimbabwe, et marque un coup franc puissant[6]. Contrairement à son placement en club, le sélectionneur Dunga le fait jouer latéral gauche. Il est le seul joueur de l'équipe brésilienne à venir d'un club français. Les deux autres joueurs lyonnais en sélection sont Jean II Makoun pour le Cameroun et John Mensah pour le Ghana[7].

Miralem Pjanić a quant à lui participé à deux matchs amicaux avec sa sélection nationale, le 29 mai contre la Suède et le 3 juin contre l'Allemagne. Contre la Suède, il y rencontre son coéquipier à Lyon Kim Källström qui y joue là son unique match amical en équipe nationale de l'inter-saison. Parmi les jeunes, Ishak Belfodil est appelé en sélection nationale des 18 ans. Il joue un match contre l'Allemagne et marque le but de l'égalisation[8].

Contrairement à l'année précédente, où Lyon avait battu tous les records en dépensant plus de 70 millions d'euros, peu de transaction sont enregistrées pendant le mercato. Dès le mois de mai 2010, le président Jean-Michel Aulas précise que le budget prévu est de 25 millions d'euros[9]. Il souligne l'envie de diminuer la masse salariale, qui est alors de près de 60 millions d'euros, en raison du déficit de sept à huit millions d'euros de l'exercice précédent. Il met en avant également la suppression du droit à l'image pour expliquer l'importance de la maîtrise de la masse salariale. Tenant parole, Aulas n'embauche que deux joueurs : Jimmy Briand, qui rejoint l'OL le 14 juin 2010 pour six millions d'euros[10] et Yoann Gourcuff. Poussé par la multiplication des blessures en défense, il obtiendra également le prêt de Pape Diakhaté à la toute fin du mercato. Pour compléter son effectif, il fait signer quelques jeunes issus du centre de formation, dont Alexandre Lacazette. À l'inverse, il négocie les départs de plusieurs joueurs. Mathieu Bodmer quitte l'OL pour le PSG[11]. Il est suivi par Sidney Govou, François Clerc, Frederic Piquionne, Jean-Alain Boumsong et Cleber Anderson.

Entame de saison ratée[modifier | modifier le code]

Premier match officiel de Jimmy Briand lors du match opposant l'OL à l'AS Monaco

Lors des quatre premiers matches de la saison et jusqu'à la première trêve internationale, le bilan est de une victoire, un nul et deux défaites. Les médias justifient cette performance jugée médiocre par un recrutement timoré, une cascade de blessures ou le positionnement de Jérémy Toulalan à un poste nouveau[12].

Lors du premier match de l'Olympique lyonnais, contre Monaco, beaucoup d'imprécisions en défense et au milieu de terrain sont relevées. Les performances de Maxime Gonalons, Miralem Pjanić et Michel Bastos sont jugées insuffisantes et en défense, Lamine Gassama a beaucoup de difficultés. France Football souligne le travail fourni par Hugo Lloris pour conserver sa cage inviolée[13]. La défaite lors du deuxième match de la saison contre Caen est entachée par la suspension d'Anthony Réveillère pour un deuxième carton jaune en fin de première mi-temps, et de deux blessures : celle de Cris et Michel Bastos[14]. Malgré deux buts de Bafétimbi Gomis, les errements en défense dont Jérémy Toulalan jugé responsable du but encaissé dès la deuxième minute de jeu, n'ont pas permis d'obtenir le match nul[15]. Le troisième match permet à l'Olympique lyonnais de recevoir le Stade brestois. Lors de la rencontre, Aly Cissokho se blesse mais son absence est compensée par la performance de Dejan Lovren[16]. Malgré la pression de son adversaire[17], l'équipe s'impose grâce à un but de Jean II Makoun dès la 18e minute avec des performances des attaquants Bafétimbi Gomis et César Delgado jugées satisfaisantes. Le dernier match du début de saison, contre Lorient, est une défaite démontrant encore les difficultés défensives de l'OL. Jérémy Toulalan, probablement mal remis de sa non-sélection et des commentaires du sélectionneur[18] provoque ainsi un pénalty dès la huitième minute, et effectue un match moyen à l'image de l'équipe n'ayant pas réussi à se provoquer d'occasions franches face aux Lorientais. Les seuls joueurs à se mettre en valeurs sont Hugo Lloris et Yoann Gourcuff la nouvelle recrue de Lyon dont l'entrée en jeu est avancée à la suite de la blessure de César Delgado à la 30e minute[19].

Durant le mois d'août, un nombre important de joueurs se blessent ou reviennent lentement de blessure contractée durant l'été : Ederson, Lisandro López, Cris, Michel Bastos, César Delgado, Aly Cissokho ce qui impose des changements fréquents et l'impossibilité de construire une équipe-type stable. Malgré tout, le jeu lyonnais permet une bonne conservation de la balle avec plus de 60 % de possession lors des deux premiers matchs et du quatrième. Cette cascade de blessures, dont la plupart ont le même profil intrigue les dirigeants, qui, après étude, décident de changer de préparateur physique début septembre. « On avait dit qu'on se pencherait sur toutes ces blessures concentrées dans un temps bref et sur une même chaine musculaire (les ischio-jambiers). » indique l'entraineur Claude Puel. Vincent Espié est donc placé à la préparation physique de l'équipe de CFA. Il est remplacé par Alexandre Dellal, qui fut pendant cinq ans le préparateur physique de Vahid Halilhodžić. Il est assisté de Nicolas Quinault, qui était préparateur physique des jeunes, de la réserve et des féminines[20].

Première semaine internationale[modifier | modifier le code]

Kim Källström est sélectionné avec la Suède.

Durant la trêve internationale, huit joueurs de l'équipe sont appelés en sélection.

Dans les éliminatoires pour l'Euro 2012, quatre Lyonnais sont présents. Un seul Lyonnais, Hugo Lloris, a participé à la défaite, sur un score de un but à zéro, de l’équipe de France face à la Biélorussie, le 3 septembre au stade de France. Pour pallier les blessures de Loïc Rémy et Guillaume Hoarau, Jimmy Briand est appelé le 7 septembre. Il ne participe cependant pas à la victoire des Bleus en Bosnie. Hugo Lloris a participé à la rencontre. Miralem Pjanic a disputé les deux matchs de la Bosnie face au Luxembourg, conclut par une victoire trois buts à zéro, et la France, une défaite deux buts à zéro. Lors du premier match, le milieu de terrain lyonnais a délivré une passe décisive et inscrit un but sur coup franc. La Suède de Kim Källström entame sa campagne qualificative pour l’Euro 2012 en dominant la Hongrie deux buts à zéro et Saint-Marin six buts à zéro. Il a joué les deux matchs.

Jean II Makoun était titulaire dans le match de son équipe nationale contre les Îles Maurice dans le cadre des qualifications pour la Coupe d'Afrique des nations 2012. Dans ce même groupe E, le Sénégal a aisément disposé de la République démocratique du Congo avec une victoire quatre buts à deux. Pape Diakhaté a joué les 90 minutes.

Maxime Gonalons a disputé 62 minutes du match nul contre l'Ukraine. Suspendu, il ne participe pas au match face à Malte. L'équipe de France espoir ne participera pas à l'Euro 2011. Dans le cadre des qualifications pour l’Euro espoirs 2011, la Croatie a ramené un match nul de son court déplacement en Serbie où Dejan Lovren a disputé l’intégralité de la rencontre terminée par un match nul deux buts partout. Son équipe participera à l'Euro 2011.

Début de la crise puis une défaite lors du derby[modifier | modifier le code]

Entre les deux coupures internationales, l'OL vit un mois de septembre difficile, marqué par deux défaites en championnat qui font plonger le club en zone de relégation, et un club en crise avec des supporters qui lâchent complètement l'entraineur, allant jusqu'à réclamer sa démission. Paradoxalement, Lyon réussit son entrée en Ligue des champions, avec deux victoires en deux matchs.

Durant la trêve internationale, l'équipe voit le retour de blessures de Lisandro Lopez et Michel Bastos[21]. Cris et Aly Cissokho sont de retour à l'entraînement mais ne reprendront la compétition que progressivement. Le premier match contre Valenciennes se solde par un match nul. L'équipe ne parvient pas à conserver l'avantage au score obtenu à la suite du but de Jérémy Pied. Ce dernier est d'ailleurs l'un des rares joueurs à s'illustrer, les autres fournissant une prestation moyenne.[réf. nécessaire] À noter que Lisandro Lopez est clairement à court de forme et que le jeune Timothée Kolodziejczak est visiblement encore trop inexpérimenté.[réf. nécessaire]

Tribune des Bad Gones en 2010.

Le match de Ligue des champions contre Schalke 04 marque une pause, les Lyonnais remportant une victoire précieuse un but à zéro dans un match marqué par l'expulsion d'un joueur adverse coupable d'un geste dangereux. Le match suivant oppose Lyon aux Girondins de Bordeaux. En perdant sur un score de deux buts à zéro il entame réellement la crise à Lyon[22]. Lyon ne construit pas de jeu, ne menaçant presque jamais son adversaire. Son premier et unique corner est à la 75e minute, et sa seule occasion sérieuse de la rencontre est un face à face entre Lisandro Lopez et Cédric Carrasso qui est complètement ratée par l'attaquant. Il est visiblement toujours hors de forme et sort pour une douleur à la cuisse à la 51e minute. La défense, hormis Anthony Réveillère, n'est pas rassurante et les dépositaires du jeu que sont Yoann Gourcuff et Michel Bastos sont dominés par leurs vis-à-vis. À la fin du match, Jean-Michel Aulas met la pression sur l'entraineur, indiquant que « cela ferait désordre de perdre le centième derby à Gerland »[23].

Or, ce derby, l'équipe le perd sur le score de un à zéro. Présentant malgré tout un état d'esprit et une technique bien meilleure, dominant largement les débats, l'Olympique lyonnais ne parvient toutefois pas à concrétiser ses occasions, et encaisse un but sur un coup franc imaginaire[24]. Ce match, duquel le club sort 18e du championnat et donc relégable, provoque la fureur du public de Gerland et des associations de supporters. Il fait également sortir de ses gonds une partie du staff, Jean-Michel Aulas, Joel Bats et Claude Puel, et des remplaçants comme Rémy Vercoutre, qui finit par se faire expulser[25],[26]. Les supporters du virage nord ont décidé de rester après le match dans le stade pour manifester leur mécontentement, obligeant Jean-Michel Aulas à venir discuter avec eux. Ce dernier refuse d'accéder à leur demande de limoger l'entraineur, mais lui impose un ultimatum avec une date butoir de fin octobre. En échange, il demande aux supporters de continuer à soutenir l'équipe, ce qu'ils semblent accepter[27].

Résultats financiers en baisse et résultats sportifs en hausse[modifier | modifier le code]

Cette période de crise est également marquée par l'annonce par OL Groupe de son premier résultat en déficit après cinq années bénéficiaires. La structure dont les comptes sont arrêtés au 30 juin 2010 perd sur l'exercice 2009-2010 35,6 millions d'euros. Son chiffre d'affaires global s'élève à 180 millions d'euros, en baisse de 16,6 % par rapport à l'exercice précédent. La raison principale de ce déficit est une balance des transferts très largement en sa défaveur. Entre le 1er juillet 2009 et le 30 juin 2010, le groupe a dépensé 95,8 millions d'euros en achat de joueur, somme largement non compensée par les ventes. Malgré tout, les comptes du groupe sont jugés sain car les recettes hors contrat de joueurs - par nature très volatiles - sont en hausse de 4,7 %, malgré un marché publicitaire et de partenariat déprimé[28].

Sur le plan sportif, après la défaite contre l'AS Saint-Étienne, l'équipe parvient à se ressaisir et à vaincre l'Hapoël Tel-Aviv en Ligue des champions par trois buts à un. Leur niveau de jeu est toutefois plus faible que celui affiché contre les Stéphanois[29]. Manquant de maîtrise technique, l'équipe n'a pas réussi à étouffer un adversaire assez faible. On peut mettre en avant les bonnes prestations de Michel Bastos auteur de deux buts et Hugo Lloris, la bonne entrée du jeune Jérémy Pied, les autres joueurs n'étant que moyens[30]. Malgré cette victoire, l'association de supporters des Bad Gones organise une opération spectaculaire, déployant au travers de toute la ville des banderoles sur lesquelles est inscrit « Puel démission »[31].

Cette première victoire en appelle une suivante à Nancy, où les joueurs remportent une deuxième victoire d'affilée par trois buts à deux. Présentant enfin du mieux dans le jeu, c'est surtout au niveau des individualités que les progrès sont les plus nets[32]. Jimmy Briand marque deux buts et donne sa troisième passe décisive de la saison. Lisandro Lopez, auteur d'un but et Yoann Gourcuff montrent davantage de maîtrise technique et collective. C'est derrière où des erreurs coutent cher, avec notamment Dejan Lovren, Lamine Gassama ou Jérémy Toulalan offrant une performance décevante.

Ces deux victoires permettent au club de se hisser à la 17e place du championnat et d'entrer dans la pause internationale en dehors de la zone de relégation et avec une certaine sérénité en Ligue des champions.

Seconde semaine internationale[modifier | modifier le code]

Une quinzaine de joueurs lyonnais sont appelés par leur sélection.

Hugo Lloris, Yoann Gourcuff, Anthony Réveillère et Aly Cissokho sont appelés en équipe de France dans le cadre des éliminatoires pour le championnat d'Europe. Les deux premiers font partie de la liste initiale, les deux suivants arrivent en renfort pour pallier des blessures[33],[34]. Lors du premier match contre la Roumanie, Hugo Lloris et Anthony Réveillère sont titulaires, tandis que Yoann Gourcuff fait une entrée remarquée en marquant un but. Cela lui permet d'être titulaire lors du deuxième match, contre le Luxembourg, où il marque également. Anthony Réveillère se fait également remarqué lors des deux matchs par sa solidité défensive et son apport offensif[35]. Maxime Gonalons est appelé pour jouer avec l'équipe de France espoir. Il joue les deux matchs amicaux contre La Turquie et le Danemark. Timothée Kolodziejczak, Sébastien Faure, Clément Grenier, Alexandre Lacazette et Enzo Reale font partie du groupe de l'équipe de France des moins de 20 ans.

Du côté des autres sélections internationales, Dejan Lovren intègre l'équipe de Croatie sans jouer lors de deux matches amicaux. Pape Diakhaté joue avec l'équipe du Sénégal pour les qualifications à la Coupe d'Afrique des nations contre l'Île Maurice. Il joue toute la rencontre et participe à la victoire sept buts à zéro. Jean II Makoun intègre l'équipe du Cameroun mais ne joue pas le match pour la qualifications à la Coupe d'Afrique des nations contre le Congo qui se solde par un match nul un partout. Miralem Pjanić joue avec l'équipe de Bosnie-Herzégovine pour les éliminatoires pour le championnat d'Europe. Kim Källström joue avec l'équipe de Suède pour les éliminatoires pour le championnat d'Europe. Enfin, Saïd Mehamha joue avec l'équipe d'Algérie des mois de 23 ans. Il entre à la 67e minute et connait donc sa première cape sous les couleurs de son pays. L'équipe jouait contre le Qatar et a gagné un but à zéro.

Maintien de Claude Puel au poste d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Après cette semaine, l'OL retrouve la victoire en championnat. Le match contre Lille se conclut sur un score de trois buts à un. Un match dans lequel Yoann Gourcuff marque son premier but en championnat depuis son arrivée au club[36]. Le 20 octobre, l'OL confirme son retour en forme avec une victoire deux buts à un contre Benfica à la suite d'un match solide. Le 27 octobre, pour son match de Coupe de la Ligue contre le PSG, l'effectif lyonnais est en partie composé des jeunes joueurs[36]. Mais malgré la défaite à la suite des prolongations, Jean-Michel Aulas maintient Claude Puel à son poste[37]. Face au club d'Arles-Avignon, le club encaisse le premier but, mais parvient à égaliser grâce à Jimmy Briand[36]. Lors de la réception de Sochaux, l'OL retrouve la victoire grâce à un but d'Alexandre Lacazette, joueur issu du centre de formation lyonnais. Le club est alors dixième du championnat en ayant gagné dix points sur douze possibles en championnat[36]. Pour la douzième journée, l'OL se déplace à Rennes. Le club local ouvre le score rapidement après seulement cinq minutes de jeu à la suite d'une erreur de placement de Kim Källström et prends la maitrise du match[38], les Lyonnais ne parvenant pas à se créer des occasions. Le club parvient à égaliser grâce à Michel Bastos en début de seconde période et pointe à la onzième place du championnat.

Les deux journées suivantes sont plus favorables à l'OL. Les dimanches 14 et 21 novembre, le club reçoit Nice puis se déplace à Lens. Lors du premier match, le joueur issu du centre de formation, Jérémy Pied, inscrit le seul but de la rencontre[39] permettant à l'OL d'intégrer, pour la première fois depuis le début du championnat, la première moitié du classement. Lors du match contre Lens, et malgré une première mi-temps où les joueurs lyonnais sont dominés par leurs adversaires[40], les joueurs confirment leur remonter au classement en marquant trois en seconde mi-temps. Un doublé de Bafétimbi Gomis puis un dernier but de Lisandro López offre un neuvième match consécutif sans défaite en championnat au club rhodanien.

Un mois après avoir été éliminer en Coupe de la Ligue face au Paris Saint-Germain, l'OL accueille de nouveau le club parisien au stade de Gerland. Une nouvelle fois, la première mi-temps des joueurs lyonnais est pauvre en occasion, aucun but n'est marqué[41]. Lors de la seconde période, Aly Cissokho pour l'OL est le premier à marquer à la 54e minutes. Cependant, Nenê égalise huit minutes plus tard avant qu'Aly Cissokho soit contraint de quitter le match à la suite d'un carton rouge et que Guillaume Hoarau permette au PSG de prendre l'avantage. En fin de match, à la suite d'une erreur de Edel, Bafétimbi Gomis inscrit le but égalisateur qui contraint le PSG à ne pas prendre la première du championnat[41] et l'OL à rester à distance des leaders.

Retour au contact des leaders en championnat[modifier | modifier le code]

Au soir du match nul contre le Paris Saint-Germain, l'Olympique lyonnais est huitième du championnat de France à trois points du leader, l'Olympique de Marseille[42]. Les 16e et 17e journées permettent à l'OL de retrouver une place sur le podium. En effet, le 4 décembre, le club reçoit Montpellier. Avec un but inscrit en début de match, puis dans les arrêts de jeu, Lisandro López permet à l'OL de s'imposer deux buts à un[43]. Le week-end suivant, la victoire contre Toulouse par deux buts à zéro place l'OL à la troisième place du championnat avant son déplacement à Marseille[44].

Le 19 décembre, Marseille accueille Lyon. Pour la troisième fois en autant de match, Lisandro López marque en championnat. Il permet ainsi à l'OL de mener à la fin de la première mi-temps[45]. Mathieu Valbuena inscrit, à la 51e minute le but de l'égalisation. Pour son dernier match de l'année, l'OL reçoit l'AJ Auxerre. Malgré l'ouverture du score en faveur des joueurs lyonnais, l'égalisation par Julien Quercia en début de seconde mi-temps ne permet pas à l'OL de s'imposer[46]. À ce stade de la compétition, le club est quatrième du classement général, avec un point de moins que le leader Lille qui compte cependant un match de retard[47].

Au retour de la trêve hivernale, les Lyonnais affrontent Caen en Coupe de France et s'imposent un but à zéro grâce à un but de Pape Diakhaté[48], synonyme de qualification pour les seizièmes de finale. Le premier match de la deuxième partie du championnat se solde par une victoire de l'OL trois buts à zéro face à Lorient, ce qui constitue la plus large victoire de l'équipe depuis le début de la saison[49] et son treizième match consécutif sans défaite en championnat. Cette bonne série la place en quatrième position, à égalité de points avec les deuxième et troisième, et à quatre points du leader, Lille qui a entre-temps remporté son match en retard[50]. Ensuite, Lyon perd à Valenciennes deux buts à un puis fait match nul contre Bordeaux. Pour le 101e derby, Lyon s'impose quatre buts à un face à Saint-Étienne puis gagne contre Nancy par quatre buts à zéro et redevient quatrième du classement.

Lors du match aller au stade de Gerland des huitièmes de finale de la Ligue des champions, Lyon, au terme d'un match solide parvient à arracher le nul grâce à un but de Bafétimbi Gomis. Pour son retour au stade de Gerland, Karim Benzema inscrit le but madrilène.

Malgré la fatigue due à la confrontation contre le Real Madrid, Lyon parvient à arracher le nul, un but partout, à Lille. Kim Källström est parvenu à égaliser dès la première période. Après le match nul concédé à Avignon au match aller, les Lyonnais reçoivent le club vauclusien pour le match retour au stade de Gerland. Devant leurs supporters, ils marquent cinq fois contre l'ACAA, trois fois par Lisandro López, également auteur d'une passe décisive. Cette victoire cinq buts à zéro permet à Lyon de monter sur la troisième marche du podium et de disposer d'une différence de buts très avantageuse. Au match retour des huitièmes de finale de la Ligue des champions face au Real Madrid, les Lyonnais s'inclinent logiquement[51] par trois buts à zéro en concédant la première défaite de son histoire face aux Madrilènes.

Fin de la saison[modifier | modifier le code]

Lyon se déplace à Sochaux lors de la 27e journée de championnat et s'impose par deux buts à zéro au terme d'un match sérieux, tout en maîtrise avec des buts de Lisandro López et Miralem Pjanić. La semaine suivante, les joueurs de Claude Puel accueille l'équipe de Rennes dont plusieurs joueurs sont absents à cause des blessures. Une victoire permettrait à l'OL de s'installe à la deuxième place du championnat à égalité avec Marseille mais avec une différence de but plus favorable. Les Lyonnais n'ont pas su gagner le match malgré un but de Bafétimbi Gomis et un avantage numérique de 11 contre 10, et ils concèdent le nul en toute fin de rencontre[52]. L'OL laisse donc Lille s'échapper en haut du classement.

Après la trêve internationale, Lyon se déplace à Nice. À la mi-temps, Lyon mène deux buts à zéro grâce à des réalisations de Kim Källström et Lisandro López mais concède un premier pénalty à la suite d'une faute de Pape Diakhaté. Il est sauvé par Hugo Lloris puis un second penalty est également concédé à la suite d'une seconde faute de Pape Diakhaté qui se retrouve expulsé. Il est transformé à la 90e minute puis l'OL concède l'égalisation, sur un but marqué de la main à la 94e minute[53]. Hugo Lloris exprime son mécontentement[54], et on parle à nouveau de crise à Lyon[55], 4e à huit points de Lille et quatre points de Marseille occupant la 2e place significative de qualification à la Ligue des champions.

Les résultats de la 30e journée sont favorables aux Lyonnais : Lille perd à Monaco un but à zéro, Rennes à Brest deux buts à zéro et Marseille obtient le nul au stade Vélodrome face à Toulouse deux buts partout. Vainqueur trois but à zéro face à Lens, l'OL remonte à la troisième place, à deux points de Marseille et à cinq de Lille, avec la meilleure différence de but. Lors de la 31e journée, Lyon perd à Paris 1-0 tandis que Lille obtient le nul face à Bordeaux, Marseille s'impose à Montpellier et Rennes s'incline Face à Lorient.

Les Lyonnais jouaient en retard pour la 32e journée (pour cause de finale de coupe de la ligue le week-end), en ayant donc connaissance des résultats des prétendants à l'Europe (2-2 de Paris à Brest, 1-1 de Lille à Lorient, défaite de Rennes 1-0 à Monaco). En signant sur le fil (but de Gourcuff à la 90e minute, après Lisandro et Ederson) une victoire face à Montpellier 3-2, l'OL s'installe sur le podium à trois points de paris et cinq de Rennes.

Lors de la 33e journée, l'OL s'effondre à Toulouse et s'incline 2-0 au terme d'un match raté et qu'il termine à 9, après les expulsions de Bastos et Cissokho. L'équipe se reprend le week-end suivant à Gerland en s'imposant 3-2 contre l'OM, sur un but de Cris en fin de rencontre. Mais les Lyonnais rechutent à Auxerre en perdant lourdement 4-0, avec encore une expulsion, celle de Lovren, suspendu ensuite pour les 3 derniers matchs. L'OL continue de peiner ensuite, avec un nul à Brest 1-1, puis un 0-0 à Gerland contre Caen. N'ayant pu profiter des faux pas de son rival parisien pour la 3ee place, l'OL joue sa qualification pour la Ligue des champions lors de la dernière journée avec un déplacement à Monaco. En remportant le match par deux buts à zéro, l'Olympique lyonnais termine donc troisième du championnat, et provoque la descente de l'ASM en seconde division.

Joueurs et le club[modifier | modifier le code]

Effectif[modifier | modifier le code]

Effectif de l'Olympique lyonnais de la saison 2010-2011
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[56] Nom Date de naissance Sélection[57] Club précédent
1 G Drapeau de la France Lloris, HugoHugo Lloris 26/12/1986 (24 ans) France OGC Nice
30 G Drapeau de la France Vercoutre, RémyRémy Vercoutre 26/6/1980 (30 ans) France (16 ans) RC Strasbourg
40 G Drapeau du Portugal Lopes, AnthonyAnthony Lopes 1/10/1990 (20 ans) Portugal espoirs 0 Formé au club
45 G Drapeau de la France Gorgelin, MathieuMathieu Gorgelin 5/8/1990 (20 ans) France espoirs 0 Formé au club
2 D Drapeau de la France Gassama, LamineLamine Gassama 20/10/1989 (21 ans) France espoirs Aubagne
3 D Drapeau du Brésil Cris, Cris 3/6/1977 (33 ans) Brésil Cruzeiro EC
4 D Drapeau : Sénégal flèche vers la droite Diakhaté, PapePape Diakhaté 21/6/1984 (26 ans) Sénégal Dynamo Kiev
5 D Drapeau de la Croatie Lovren, DejanDejan Lovren 5/7/1989 (21 ans) Croatie Dinamo Zagreb
12 D Drapeau de la France Kolodziejczak, TimothéeTimothée Kolodziejczak 1/10/1991 (19 ans) France (19 ans) RC Lens
13 D Drapeau de la France Réveillère, AnthonyAnthony Réveillère 10/11/1979 (31 ans) France Valence CF
20 D Drapeau de la France Cissokho, AlyAly Cissokho 15/9/1987 (23 ans) France FC Porto
36 D Drapeau de la France Faure, SébastienSébastien Faure 3/1/1991 (20 ans) France (19 ans) 0 Formé au club
6 M Drapeau de la Suède Källström, KimKim Källström 24/8/1982 (28 ans) Suède Stade rennais
8 M Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Pjanić, MiralemMiralem Pjanić 2/4/1990 (21 ans) Bosnie-Herzégovine FC Metz
10 M Drapeau du Brésil Ederson, Ederson 13/1/1986 (25 ans) Brésil OGC Nice
11 M Drapeau du Brésil Bastos, MichelMichel Bastos 2/8/1983 (27 ans) Brésil Lille OSC
17 M Drapeau du Cameroun Makoun, Jean IIJean II Makoun 29/5/1983 (28 ans) Cameroun Lille OSC
19 M Drapeau de l’Argentine Delgado, CésarCésar Delgado 18/8/1981 (29 ans) Argentine CD Cruz Azul
21 M Drapeau de la France Gonalons, MaximeMaxime Gonalons 10/3/1989 (22 ans) France espoirs FC Villefranche
22 M Drapeau de la France Grenier, ClémentClément Grenier 7/1/1991 (20 ans) France (19 ans) FC Annonay
28 M Drapeau de la France Toulalan, JérémyJérémy Toulalan 10/9/1983 (27 ans) France FC Nantes
29 M Drapeau de la France Gourcuff, YoannYoann Gourcuff 11/7/1986 (24 ans) France Girondins de Bordeaux
7 A Drapeau de la France Briand, JimmyJimmy Briand 2/8/1985 (25 ans) France Stade rennais
9 A Drapeau de l’Argentine López, LisandroLisandro López 2/3/1983 (28 ans) Argentine FC Porto
15 A Drapeau de la France Novillo, HarryHarry Novillo 11/2/1992 (19 ans) France (19 ans) 0 Formé au club
18 A Drapeau de la France Gomis, BafétimbiBafétimbi Gomis 6/8/1985 (25 ans) France AS Saint-Étienne
24 A Drapeau de la France Pied, JérémyJérémy Pied 23/2/1989 (22 ans) France espoirs FC Metz
38 A Drapeau de la France Lacazette, AlexandreAlexandre Lacazette 28/5/1991 (20 ans) France (19 ans) 0 Formé au club
39 A Drapeau de la France Belfodil, IshakIshak Belfodil 12/1/1992 (19 ans) France (19 ans) Clermont Foot
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : France Alexandre Dellal[58]
Entraîneur(s) des gardiens
Médecin(s)
  • Drapeau : France Emmanuel Orhant



Légende

Consultez la documentation du modèle

Staff technique[modifier | modifier le code]

Lors de la saison 2010-2011[59], Claude Puel effectue sa troisième saison en tant qu'entraîneur. Pour effectuer sa tâche, il possède plusieurs collaborateurs dont les rôles sont définis. Patrick Collot et Bruno Genesio sont ses adjoints alors que Joël Bats effectue une saison de plus en tant qu'entraîneur des gardiens et Sonny Anderson est responsable des attaquants du groupe professionnel[60]. Guy Genet et Jérôme Renaud sont les intendants du club, Rémi Garde cadre technique et Christophe Toni est le régisseur de l'équipe professionnelle. D'autres personnes sont consacrées au domaine physique et médical du groupe. Emmanuel Ohrant est médecin à l'Olympique lyonnais, et trois kinésithérapeutes, Patrick Perret, Sylvain Rousseau et Abdeljelil Redissi sont en poste. Enfin, Vincent Espié s'occupe de la préparation physique de l'équipe professionnelle.

Dans le domaine administratif, Jean-Michel Aulas est président depuis 1987. Il est conseillé par Bernard Lacombe, un ancien joueur et entraîneur du club qui est chargé du recrutement des joueurs. Philippe Sauze est nommé directeur général[61].

Transferts[modifier | modifier le code]

Plusieurs changements ont lieu au sein de l'effectif et du staff lyonnais durant la période estivale des transferts. En fin de contrat, Marino Faccioli, le directeur administratif, quitte le club pour rejoindre l'Équipe de France[62]. En remplacement, Philippe Sauze est nommé directeur général[61]. Quelques jeunes joueurs signent leur premier contrat professionnel avant le début de la saison. Il s'agit de Anthony Lopes[63], de Mathieu Gorgelin[64], de Alexandre Lacazette et de Harry Novillo issus de la réserve de l'Olympique lyonnais.

Ci-dessous, la liste des transferts de l'Olympique lyonnais pour la saison 2010-2011[65] :

Été 2010
Nom Nationalité Transfert Provenance/Destination Division
Symbol support vote.png Arrivées
Jimmy Briand Drapeau de la France France Transfert définitif[10] (6 millions d'euros) Rennes Drapeau : France Ligue 1
Yoann Gourcuff Drapeau de la France France Transfert définitif[66] (22 millions d'euros + 4,5 millions) Bordeaux Drapeau : France Ligue 1
Prêt
Pape Diakhaté Sénégal Sénégal Prêt avec option d'achat[67] (6 millions d'euros) Dynamo Kiev Drapeau : Ukraine Championnat d'Ukraine
Retours de prêt
Frédéric Piquionne Drapeau de la France France Expiration de durée de prêt Portsmouth Drapeau : Angleterre Premier League
John Mensah Drapeau du Ghana Ghana Expiration de durée de prêt Sunderland Drapeau : Angleterre Premier League
Jérémy Pied Drapeau de la France France Expiration de durée de prêt[68] FC Metz Drapeau : France Ligue 2
Symbol oppose vote.svg Départs
Sidney Govou Drapeau de la France France Fin de contrat[65] Panathinaïkos Drapeau : Grèce Superleague
François Clerc Drapeau de la France France Fin de contrat[65] OGC Nice Drapeau : France Ligue 1
Mathieu Bodmer Drapeau de la France France Transfert[69] (2,5 millions d'euros[11]) Paris Saint-Germain Drapeau : France Ligue 1
Frédéric Piquionne Drapeau de la France France Transfert[70] (1,25 million d'euros) West Ham Drapeau : Angleterre Premier League
Jean-Alain Boumsong Drapeau de la France France Transfert (1 million d'euros) Panathinaïkos Drapeau : Grèce Superleague
Cleber Anderson Drapeau du Brésil Brésil Résiliation de contrat[71] Sans club
Prêts
Yannis Tafer Drapeau de la France France Prêt avec option d'achat[72] (4 millions d'euros) Toulouse Football Club Drapeau : France Ligue 1
John Mensah Drapeau du Ghana Ghana Prêt avec option d'achat[73] Sunderland Drapeau : Angleterre Premier League
Loïc Abenzoar Drapeau de la France France Prêt Arles-Avignon Drapeau : France Ligue 1
Hivers 2011
Symbol oppose vote.svg Départs
Jean II Makoun Drapeau du Cameroun Cameroun Transfert[74] (6 millions d'euros + 3 millions d'euros) Aston Villa FC Drapeau : Angleterre Premier League

Sponsors[modifier | modifier le code]

Betclic est le sponsor maillot principal, mais contrairement à l'année précédente, il est affichable sur le maillot. Déjà sponsor pour la saison 2009-2010, la société n'avait pas pu être visible et imprimé sur les maillots pendant la plus grande partie de la saison, la législation française interdisant alors la publicité pour les sites de paris en ligne. Le sponsor Everest Poker du groupe BetClic apparaît sur le maillot extérieur.

Par ailleurs, une collaboration avec Adidas doit rapporter sept à huit millions d'euros[9]. France Football[75] évoque des revenus atteignant 17 millions d'euros par an si les ventes de maillots atteignent 400 000 unités. L'équipementier, qui habillait déjà l'OL au début des années 2000, organise un grand spectacle place Bellecour pour célébrer la présentation du maillot extérieur le 13 juillet. Ce spectacle, inédit en France par son ampleur propose un film à sketch mis en scène par Jean-Christophe Hembert metteur en scène des épisodes de Kaamelott, la présentation des maillots domicile et extérieur par Jean-Michel Aulas et André Maestrini, le directeur d'Adidas France, et un spectacle théâtral aérien[76] présenté par la compagnie lyonnaise Les Passagers. L'ensemble de cette soirée a, selon France Football[77], utilisé 65 % du budget annuel de communication d'Adidas France.

Le 8 juin 2010, Jean-Michel Aulas officialise l'arrivée de Groupama comme nouveau sponsor, qui apportera 1,5 millions d'euros par an sur trois ans[4],[78].


Équipe type[modifier | modifier le code]

Source : footballdatabase.eu[79]

Statistiques[modifier | modifier le code]

Classement des buteurs[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, le classement des buteurs lyonnais lors des compétitions officielles[80],[1] de la saison 2010-2011 :

Lors de la saison, Aly Cissokho a également marqué un but contre son camp lors d'une rencontre de championnat contre Toulouse Football Club. L'Olympique lyonnais a par ailleurs bénéficié d'un but contre son camp de Jean-Pascal Mignot joueur de l'AJ Auxerre, de Moustapha Bayal Sall de l'AS Saint-Étienne et de Henri Bedimo du Racing Club de Lens.

Durant la période des matches amicaux de pré-saison, dix buts ont été marqués par les joueurs lyonnais. Ederson et Bafétimbi Gomis en ont marqué trois, deux pour Jimmy Briand et un Michel Bastos et Harry Novillo.

Classement des passeurs[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, le classement des passeurs lyonnais lors des matches du Championnat de France[2] lors de la saison 2010-2011 :

Détails des matchs[modifier | modifier le code]

Matches amicaux[modifier | modifier le code]

Quatre matches amicaux sont programmés pour la préparation de l'équipe pour la saison 2010-2011. Ils précèdent le tournoi amical de l'Emirates Cup. Le premier match a lieu le 7 juillet 2010 contre le Servette de Genève à Tignes lors du stage traditionnel de l'équipe dans la station. Un doublé d'Ederson et un but Bafétimbi Gomis permettent une victoire lyonnaise par trois buts à zéro. Le second match est programmé à Lisbonne le 18 juillet contre le Sporting Clube de Portugal. En marquant deux buts le club portugais gagne la partie. Le troisième match se joue contre Juventus le 24 juillet dans la ville italienne de Cosenza. Les Lyonnais s'inclinent par deux buts à un. Quatre jours plus tard, contre Nottingham Forest, ils s'imposent par trois buts à un.

Pour la fin de la trêve hivernale et l'inauguration du nouveau stade de Marrakech, l'Olympique lyonnais est invité par le club marocain du Kawkab de Marrakech pour joueur un match amical[81]. Aucun but n'est marqué dans la rencontre.

Emirates Cup[modifier | modifier le code]

Pour compléter leur préparation de pré-saison l'Olympique lyonnais est invité à participer à l'Emirates Cup 2010 les 31 juillet et 1er août. Deux matches sont programmés. Le premier contre le Celtic Glasgow et le second contre AC Milan. Avec deux matches nuls sur des scores de deux partout et un partout, l'Olympique lyonnais se classe troisième.

Championnat de France[modifier | modifier le code]

Coupe de France[modifier | modifier le code]

L'Olympique lyonnais débute la compétition en trente-deuxième de finale en tant que club de Ligue 1. Le tirage au sort lui attribue un déplacement sur le terrain du Stade Malherbe de Caen. Aucun but n'est marqué en première mi-temps, et un but de Pape Diakhaté à la 74e minute permet aux Lyonnais de se qualifier pour le tour suivant[83].

Le 23 janvier 2011, le club est éliminé après sa défaite en seizièmes de finale face à l'OGC Nice. François Clerc, un ancien joueur de l'Olympique lyonnais, marque le seul but de la rencontre lors des prolongations[84].

Coupe de la Ligue[modifier | modifier le code]

Étant un club qualifié pour jouer dans les tournois européens, l'Olympique lyonnais débute la compétition en huitième de finale en étant exempté de jouer les seizièmes de finale. Le tirage au sort lui désigne le Paris Saint-Germain qu'il accueille au stade de Gerland le 27 octobre. Le club lyonnais est le premier à ouvrir le score par Jimmy Briand avant que Mathieu Bodmer égalise à la 86e minutes. Lors des prolongations, Ludovic Giuly inscrit le but qui permettra au club parisien de s'imposer et élimine donc l'Olympique lyonnais.

Ligue des champions[modifier | modifier le code]

Équipe féminine[modifier | modifier le code]

Effectif féminin[modifier | modifier le code]

Durant l'inter-saison, plusieurs mouvements s'effectuent dans l'équipe et le staff. En premier lieu, l'entraîneur Farid Benstiti est remplacé par Patrice Lair. Farid Benstiti, qui a remporté quatre titres de Championnat de France avec son équipe reste au club et intègre la cellule de recrutement. Patrice Lair était entraîneur de l'équipe du Rwanda.

Au niveau des joueuses, Lyon embauche Eugénie Le Sommer et Sabrina Viguier[86]. Il s'agit d'un recrutement ambitieux[87]. La première est la révélation de l'année précédente, meilleure buteur de division 1, élue meilleure joueuse de l'année, et déjà titulaire en équipe nationale à seulement 21 ans. Sabrina Viguier, quant à elle, est une joueuse d'expérience à 29 ans, ayant déjà disputé des compétitions européennes avec son ancien club, le Montpellier HSC.

Effectif de l'Olympique lyonnais au 11 décembre 2010
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[88] Nom Date de naissance Sélection[89] Club précédent
1 G Drapeau de la France Pons, VéroniqueVéronique Pons 27/5/1987 (27 ans) France Toulouse FC
16 G Drapeau de la France Peyraud-Magnin, PaulinePauline Peyraud-Magnin 17/3/1992 (22 ans)
0 Formé au club
26 G Drapeau de la France Bouhaddi, SarahSarah Bouhaddi 17/10/1986 (27 ans) France FCF Juvisy
2 D Drapeau de la France Dusang, SandrineSandrine Dusang Capitaine 23/3/1984 (30 ans) France CNFE
3 D Drapeau de la France Renard, WendieWendie Renard 20/7/1990 (24 ans)
0 Formé au club
5 D Drapeau de la France Georges, LauraLaura Georges 20/8/1984 (30 ans) France PSG
13 D Drapeau de la France Akherraze, SaïdaSaïda Akherraze 4/11/1992 (21 ans)
0 Formé au club
17 D Drapeau de la France Franco, CorineCorine Franco 5/10/1983 (30 ans) France ASJ Soyaux
18 D Drapeau de la France Bompastor, SoniaSonia Bompastor 8/6/1980 (34 ans) France Washington Freedom
19 D Drapeau de la France Berthet, CindyCindy Berthet 22/2/1992 (22 ans)
0 Formé au club
20 D Drapeau de la France Viguier, SabrinaSabrina Viguier 4/1/1981 (33 ans) France Montpellier HSC
4 M Drapeau de la Norvège Stensland, IngvildIngvild Stensland 3/8/1981 (33 ans) Norvège Göteborg FC
6 M Drapeau de la France Henry, AmandineAmandine Henry 28/9/1989 (24 ans) France CNFE
10 M Drapeau de la France Necib, LouisaLouisa Necib 23/1/1987 (27 ans) France Montpellier HSC
11 M Drapeau du Costa Rica Cruz Traña, ShirleyShirley Cruz Traña 28/8/1985 (29 ans) Costa Rica UCEM Alajuela
15 M Drapeau de la France Kaci, AurélieAurélie Kaci 19/12/1989 (24 ans)
0 Formé au club
21 M Drapeau de la Suisse Dickenmann, LaraLara Dickenmann 27/11/1985 (28 ans) Suisse FC Zürich
23 M Drapeau de la France Abily, CamilleCamille Abily 5/12/1984 (29 ans) France FC Gold Pride
7 A Drapeau de la France Brétigny, SandrineSandrine Brétigny 2/7/1984 (30 ans) France 0 Formé au club
8 A Drapeau de la Suède Schelin, LottaLotta Schelin 27/2/1984 (30 ans) Suède Göteborg FC
9 A Drapeau de la France Le Sommer, EugénieEugénie Le Sommer 18/5/1989 (25 ans) France Stade briochin
12 A Drapeau de la France Thomis, ElodieElodie Thomis 13/8/1986 (28 ans) France Montpellier HSC
Entraîneur(s)
  • Drapeau : France Patrice Lair
Entraîneur(s) adjoint(s)
  • Drapeau : France Frédéric Strappazzon
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : France Antonin Da Fonsceca
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : France Daniel Jaccard
Médecin(s)
  • Drapeau : France Jean-Jacques Amprino



Légende

Consultez la documentation du modèle

Note : les numéros des maillots sont ceux utilisés en Ligue des champions féminine de l'UEFA 2010-2011.

Résultats[modifier | modifier le code]

Coup d'envoi du match lors de OL - Juvisy FCF du 23 janvier 2011

Au 27 mars 2011, l'OL a gagné ses 26 matches en marquant 138 buts et n'en encaissant que 6. Cela équivaut à environ 5,3 buts marqués par match et 0,23 encaissé par match. C'est à la fin de cette saison que l'Olympique Lyonnais remporte sa première ligue des champions, grâce à son équipe féminine, le 26 mai 2010, face à l'équipe du FFC Turbine Potsdam, alors tenante du titre, sur un score de 2-0

Match Date Équipe locale Score Équipe visiteuse Compétition
1 5 septembre 2010 Drapeau de la France Olympique lyonnais 6–0 Drapeau de la France Toulouse 1re journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
2 19 septembre 2010 Drapeau de la France FCF Hénin-Beaumont 0–1 Drapeau de la France Olympique lyonnais 2e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
3 22 septembre 2010 Drapeau des Pays-Bas AZ Alkmaar 1–2 Drapeau de la France Olympique lyonnais 16e de finale de la Ligue des champions féminine de l'UEFA 2010-2011
4 26 septembre 2010 Drapeau de la France Olympique lyonnais 3–0 Drapeau de la France Saint-Brieuc 3e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
5 10 octobre 2010 Drapeau de la France FCF Juvisy 1–3 Drapeau de la France Olympique lyonnais 4e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
6 14 octobre 2010 Drapeau de la France Olympique lyonnais 8–0 Drapeau des Pays-Bas AZ Alkmaar 16e de finale de la Ligue des champions féminine de l'UEFA 2010-2011
7 17 octobre 2010 Drapeau de la France Olympique lyonnais 13–0 Drapeau de la France Yzeure 5e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
8 31 octobre 2010 Drapeau de la France Olympique lyonnais 9–0 Drapeau de la France Le Mans FC 6e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
9 4 novembre 2010 Drapeau de la Russie WFC Rossiyanka 1–6 Drapeau de la France Olympique lyonnais 8e de finale de la Ligue des champions féminine de l'UEFA 2010-2011
10 7 novembre 2010 Drapeau de la France La Roche-sur-Yon ESOF 0–4 Drapeau de la France Olympique lyonnais 7e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
11 10 novembre 2010 Drapeau de la France Olympique lyonnais 5–0 Drapeau de la Russie WFC Rossiyanka 8e de finale de la Ligue des champions féminine de l'UEFA 2010-2011
12 14 novembre 2010 Drapeau de la France Olympique lyonnais 1–0 Drapeau de la France Montpellier 8e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
13 12 décembre 2010 Drapeau de la France Olympique lyonnais 1–0 Drapeau de la France Rodez AF 10e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
14 15 décembre 2010 Drapeau de la France Yzeure 0–5 Drapeau de la France Olympique lyonnais 15e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
15 9 janvier 2011 Drapeau de la France Olympique lyonnais 7–0 Drapeau de la France FCF Hénin-Beaumont 12e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
16 15 janvier 2011 Drapeau de la France Saint-Brieuc 1–4 Drapeau de la France Olympique lyonnais 13e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
17 19 janvier 2011 Drapeau de la France Paris SG 1–2 Drapeau de la France Olympique lyonnais 9e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
18 23 janvier 2011 Drapeau de la France Olympique lyonnais 7–1 Drapeau de la France FCF Juvisy 14e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
19 30 janvier 2011 Drapeau de la France FCF Monteux 0–7 Drapeau de la France Olympique lyonnais 32e de finale du Challenge de France féminin 2010-2011
20 6 février 2011 Drapeau de la France Olympique lyonnais 3–0 Drapeau de la France Paris SG 19e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
21 13 février 2011 Drapeau de la France Le Mans FC 0–4 Drapeau de la France Olympique lyonnais 16e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
22 20 février 2011 Drapeau de la France Olympique lyonnais 13–0 Drapeau de la France AS Montigny-le-Bretonneux 16e de finale du Challenge de France féminin 2010-2011
23 13 mars 2011 Drapeau de la France Olympique lyonnais 3–0 Drapeau de la France Rodez AF 8e de finale du Challenge de France féminin 2010-2011
24 17 mars 2011 Drapeau de la Russie Zvezda 2005 0–0 Drapeau de la France Olympique lyonnais Quarts de finale de la Ligue des champions féminine de l'UEFA 2010-2011
25 20 mars 2011 Drapeau de la France Olympique lyonnais 10–0 Drapeau de la France La Roche-sur-Yon ESOF 17e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
26 23 mars 2011 Drapeau de la France Olympique lyonnais 1–0 Drapeau de la Russie Zvezda 2005 Quarts de finale de la Ligue des champions féminine de l'UEFA 2010-2011
27 27 mars 2011 Drapeau de la France Montpellier 0–1 Drapeau de la France Olympique lyonnais 18e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
28 3 avril 2011 Drapeau de la France FCF Juvisy 0–0 (t.a.b. : 3–2) Drapeau de la France Olympique lyonnais Quarts de finale du Challenge de France féminin 2010-2011
29 9 avril 2011 Drapeau de la France Olympique lyonnais 2–0 Drapeau de l'Angleterre Arsenal Demi-finale de la Ligue des champions féminine de l'UEFA 2010-2011
30 16 avril 2011 Drapeau de l'Angleterre Arsenal 2–3 Drapeau de la France Olympique lyonnais Demi-finale de la Ligue des champions féminine de l'UEFA 2010-2011
31 24 avril 2011 Drapeau de la France Rodez AF 1–3 Drapeau de la France Olympique lyonnais 20e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
32 8 mai 2011 Drapeau de la France AS Saint-Étienne 0–6 Drapeau de la France Olympique lyonnais 11e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
33 15 mai 2011 Drapeau de la France Olympique lyonnais 8–0 Drapeau de la France AS Saint-Étienne 21e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011
34 26 mai 2011 Drapeau de la France Olympique lyonnais 2–0 Drapeau de l'Allemagne 1. FFC Turbine Potsdam Finale de la Ligue des champions féminine de l'UEFA 2010-2011
35 29 mai 2011 Drapeau de la France Toulouse 1–5 Drapeau de la France Olympique lyonnais 22e journée du Championnat de France de football féminin 2010-2011

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Classement officiel des buteurs pour le Championnat de France pour la saison 2010-2011 », sur http://www.lfp.fr/ (consulté le 30 mai 2011)
  2. a et b « Classement officiel des passeurs pour le Championnat de France pour la saison 2010-2011 », sur http://www.lfp.fr/ (consulté le 30 mai 2011)
  3. « Claude Puel : « Jouer le titre l’an prochain » », sur http://www.olweb.fr/,‎ 25 mai 2010 (consulté le 26 mai 2010)
  4. a et b « Briand à Lyon le 15 juin », sur http://www.lequipe.fr,‎ 8 juin 2010 (consulté le 8 juin 2010)
  5. « On doit mieux jouer », sur http://www.lequipe.fr,‎ 9 juillet 2010 (consulté le 9 juillet 2010)
  6. « Facile pour Bastos et le Brésil », sur http://www.lequipe.fr/ (consulté le 15 juin 2010)
  7. « Les mondialistes qui jouent en France », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 15 juin 2010)
  8. « La France et l'Allemagne dos à dos (1-1) », sur http://www.fff.fr/,‎ 23 mars 2010 (consulté le 15 août 2010)
  9. a et b « Dites le avec des chiffres », Le Progrès - les pages sports, no 50467,‎ 17 mai 2010, p. 3
  10. a et b « Jimmy Briand transféré pour 6 millions d'euros. », sur http://fr.finance.yahoo.com/,‎ 15 juin 2010 (consulté le 18 juin 2010)
  11. a et b « Bodmer, c'est un peu moins cher. », sur http://lequipe.fr/,‎ 3 juillet 2010 (consulté le 26 août 2010)
  12. « Pourquoi l'OL n'y arrive pas », sur http://www.rmc.fr/,‎ 29 août 2010 (consulté le 7 décembre 2010)
  13. « Lloris, le roc en jambes », France football, no 3357,‎ 10 août 2010, p. 12
  14. « OL : Bien plus qu'une défaite », Progrès, no 50544,‎ 16 août 2010, p. 18
  15. « Une défense aux abois », Progrès, no 50544,‎ 16 août 2010, p. 19
  16. « L'homme du jour : Lyon peut compter sur Lovren », France Football, no 3359,‎ 24 août 2010, p. 24
  17. « Lyon souffre mais gagne », sur http://www.football365.fr,‎ 21 août 2010 (consulté le 7 décembre 2010)
  18. « Le malaise Toulalan », L'Équipe, no 20500,‎ 27 août 2010, p. 3
  19. « Gourcuff : Une heure de promesses », France Football, no 3360,‎ 31 août 2010, p. 18
  20. « Un nouveau préparateur physique », sur http://www.lequipe.fr/,‎ 9 septembre 2010 (consulté le 7 décembre 2010)
  21. « Lisandro et Bastos de retour », sur http://www.lequipe.fr/,‎ 8 septembre 2010 (consulté le 7 décembre 2010)
  22. « Rien ne va plus pour l'OL ! », Progrès, no 50574,‎ 20 septembre 2010, suppl. sport, p. 3
  23. « “Ce n'est pas une catastrophe” », Progrès, no 50574,‎ 20 septembre 2010, suppl. sport, p. 4
  24. « Lyon toujours plus bas », sur http://www.lefigaro.fr/,‎ 27 septembre 2010 (consulté le 7 décembre 2010)
  25. « Chaud en coulisses le derby », sur http://www.lequipe.fr/,‎ 26 septembre 2010 (consulté le 7 décembre 2010)
  26. « L'ASSE présente des garanties », sur http://www.lequipe.fr/,‎ 26 septembre 2010 (consulté le 7 décembre 2010)
  27. [vidéo] « Échange entre Jean-Michel Aulas et le groupe de supporters », sur http://www.dailymotion.com/,‎ 26 septembre 2010 (consulté le 7 décembre 2010)
  28. « OL Groupe perd beaucoup », sur http://www.lequipe.fr/,‎ 5 octobre 2010 (consulté le 7 décembre 2010)
  29. « Une victoire pour patienter », France Football, no 3364,‎ 1er octobre 2010, p. 30
  30. « L'OL a fait le métier », l'Équipe, no 20534,‎ 1er octobre 2010, p. 2 & 3
  31. « "Puel démission" dans tout Lyon », Progrès, no 50574,‎ 2 octobre 2010, p. 24
  32. « Briand, du brio pour l'OL », France Football, no 3365,‎ 5 octobre 2010, p. 16
  33. « Cissokho remplace Trémoulinas », sur http://www.lequipe.fr/,‎ 7 octobre 2010 (consulté le 7 décembre 2010)
  34. « Réveillère remplace Sagna », sur http://www.lefigaro.fr/,‎ 5 octobre 2010 (consulté le 7 décembre 2010)
  35. « Blanc : Réveillère m'a plu, Clichy doit être meilleur. », sur http://www.leparisien.fr/,‎ 13 octobre 2010 (consulté le 7 décembre 2010)
  36. a, b, c et d « Octobre, le mois de la rédemption », sur http://www.olweb.fr/,‎ 27 décembre 2010 (consulté le 9 janvier 2011)
  37. « Puel maintenu ! », sur http://www.lequipe.fr/,‎ 28 octobre 2010 (consulté le 7 décembre 2010)
  38. « Lyon évite le pire », sur http://www.eurosport.fr/ (consulté le 7 mars 2011)
  39. « Lyon-Nice : 1-0 », sur http://www.eurosport.fr/ (consulté le 7 mars 2011)
  40. « Un Lyon à deux visages s'impose à Lens », sur http://www.ouest-france.fr/ (consulté le 7 mars 2011)
  41. a et b « Ligue 1 - 15ème journée : Paris y était presque », sur http://www.rtl.fr/ (consulté le 7 mars 2011)
  42. « Classement du championnat de France après la 15e journée », sur http://www.lfp.fr/ (consulté le 7 mars 2011)
  43. « Lyon remercie Lisandro », sur http://www.sports.fr/ (consulté le 7 mars 2011)
  44. « Ligue 1: Lyon remonte sur le podium », sur http://www.rfi.fr/ (consulté le 7 mars 2011)
  45. « Marseille et Lyon se neutralisent », sur http://www.lefigaro.fr/ (consulté le 7 mars 2011)
  46. « Lyon termine en ramant », sur http://www.eurosport.fr/,‎ 23 décembre 2010 (consulté le 9 janvier 2011)
  47. « OL : Claude Puel hué, Gourcuff blessé, Lisandro brillant, Makoun proche d’être transféré, … », sur http://www.lesdessousdusport.fr/,‎ 28 décembre 2010 (consulté le 9 janvier 2011)
  48. « Lyon sur sa lancée », sur http://sports.orange.fr/,‎ 8 janvier 2011 (consulté le 23 janvier 2011)
  49. « Lyon : pour Puel, son équipe est lancée », sur http://www.allomatch.com/,‎ 15 janvier 2011 (consulté le 23 janvier 2011)
  50. « Lille conforte sa place de leader », sur http://www.leparisien.fr/,‎ 19 janvier 2011 (consulté le 23 janvier 2011)
  51. « Le Real était trop fort », sur http://www.lequipe.fr/ (consulté le 17 mars 2011)
  52. http://www.leprogres.fr/sports/2011/03/20/desavantage-numerique
  53. http://www.football.fr/footballfr/cmc/nice/201113/nice-miracule-grace-a-l-ol_101894.html?sitemap
  54. http://www.foot01.com/equipe/lyon/lloris-a-explose-dans-le-vestiaire-de-l-ol-a-nice,69617
  55. http://www.republicain-lorrain.fr/sports/2011/04/05/lyon-club-au-bord-de-la-crise-de-nerfs
  56. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  57. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  58. « Alexandre Dellal, nouveau préparateur physique de l’OL », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 9 septembre 2010)
  59. « Staffs », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 16 mai 2010)
  60. « Sonny Anderson en charge de l'entrainement des attaquants », sur http://www.olweb.fr/
  61. a et b « Arrivée de Philippe Sauze comme nouveau Directeur Général. », sur http://www.olweb.fr/,‎ 8 juin 2010 (consulté le 26 août 2010)
  62. « Blanc, c'est signé ! », sur http://www.lequipe.fr,‎ 26 juin 2010 (consulté le 26 juin 2010)
  63. « Anthony Lopes signe son premier contrat pro », sur http://www.olweb.fr/,‎ 11 juin 2010 (consulté le 15 juin 2010)
  64. « Mathieu Gorgelin signe trois ans », sur http://www.olweb.fr/,‎ 2 juillet 2010 (consulté le 2 juillet 2010)
  65. a, b et c « Transferts - été 2010-2011 », sur http://www.lfp.fr/ (consulté le 18 juin 2010)
  66. « Accord avec Bordeaux pour le transfert de Yoann Gourcuff », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 24 août 2010)
  67. « Pape DIAKHATE s’est engagé jusqu’au 30 juin 2011 avec l’OL », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 31 août 2010)
  68. « FC Metz : Bessat vers Boulogne », sur http://www.lasemaine.fr/,‎ 10 juin 2010 (consulté le 18 juin 2010)
  69. « Mathieu Bodmer, première recrue », sur http://www.psg.fr/,‎ 2 juillet 2010 (consulté le 2 juillet 2010)
  70. « Piquione soulagé », sur http://www.lequipe.fr/,‎ 16 juillet 2010 (consulté le 2 juillet 2010)
  71. « Fin de contrat pour Cleber Anderson », sur http://www.olweb.fr/,‎ 21 août 2010 (consulté le 21 août 2010)
  72. « Tafer est Toulousain », sur http://www.lequipe.fr/ (consulté le 25 août 2010)
  73. « Mensah reste à Sunderland », sur http://www.footafrica365.fr/,‎ 8 août 2010 (consulté le 8 août 2010)
  74. « Transfert de Jean II Makoun », sur http://bourse.lci.fr/ (consulté le 22 janvier 2011)
  75. « Lyon voit grand », France Football, no 3353 bis,‎ 16 juillet 2010, p. 12
  76. [vidéo] « Show présentation maillot Extérieur OL - place Bellecour », sur http://www.dailymotion.com/ (consulté le 15 août 2010)
  77. « Si cher accord ... », France Football, no 3353 bis,‎ 16 juillet 2010, p. 12
  78. « Le président Aulas est fier de signer avec Groupama », sur http://www.olweb.fr/ (consulté le 15 juin 2010)
  79. « Fiche club : Olympique Lyonnais - Saison 2010-2011 », footballdatabase.eu (consulté le 1er mai 2013)
  80. « Statistiques individuelles », sur http://www.olweb.fr/fr/ (consulté le 7 décembre 2010)
  81. « Une bonne mise en jambes », sur http://www.olweb.fr/,‎ 5 janvier 2011 (consulté le 6 janvier 2011)
  82. a, b, c et d « Juventus-OL en amical le 24 juillet », sur http://www.olweb.fr/,‎ 17 juin 2010 (consulté le 18 juin 2010)
  83. « Lyon évite le piège », sur http://www.eurosport.fr/,‎ 8 janvier 2011 (consulté le 9 janvier 2011)
  84. « Coupe de France : Lyon trébuche face à Nice », sur http://www.rtl.fr/ (consulté le 12 mars 2011)
  85. « Nice dompte Lyon », sur http://www.ogcnice.com/ (consulté le 12 mars 2011)
  86. « Le Sommer et Viguier signent à Lyon », sur http://fr.uefa.com/,‎ 6 juillet 2010 (consulté le 15 août 2010)
  87. « L'OL veut être d'attaqueavec Eugénie Le Sommer », sur http://www.20minutes.fr/,‎ 1er juillet 2010 (consulté le 15 août 2010)
  88. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  89. Seule la sélection la plus importante est indiquée.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]