Sainte Scolastique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anne d'Autriche et ses fils priant devant saint Benoît et sainte Scholastique (Philippe de Champaigne)

Sainte Scolastique ou Scholastique (forme semi-savante Scolasse ; forme populaire Écolasse, anciennement Escolasse), (v. 480 en Italie - v. 543 en Italie), vierge sainte catholique, est la sœur de saint Benoît de Nursie. La tradition en fait souvent la jumelle du saint, car ils semblent être nés la même année. D'après ce qu'en dit le pape Grégoire Ier dans ses Dialogues, elle a fondé une communauté religieuse féminine, probablement selon la règle de saint Benoît. La célébration de sa fête a été fixée au 10 février.

Lorsque le corps de saint Benoît fut rapporté d'Italie et déposé à Fleury-sur-Loire (aujourd'hui Saint-Benoît-sur-Loire), celui de sainte Scholastique fut transporté au Mans. Les reliques de sainte Scholastique sont visibles à Juvigny-sur-Loison en Meuse lors de la procession.

Une école dans la ville de Dacca, au Bangladesh, et au Mans en France porte le nom de la sainte. Une statue la représente dans la chapelle de l'ancienne abbaye d'Étival-en-Charnie. Un village du Québec, à Mirabel (ville), porte le nom de Sainte-Scholastique, le village voisin porte le nom de Saint-Benoit. Les vestiges d'une chapelle médiévale dédiée à Sainte-Scholastique sont visibles au sommet du Mont Mars, point culminant de la commune de Salasc dans l'Hérault.

Fait divers[modifier | modifier le code]

L'« émeute de la Sainte-Scholastique » eut lieu à Oxford le 10 février 1355. Après une dispute dans une taverne à propos de bière, entre des citadins et deux étudiants de l'université d'Oxford, des batailles rangées entre habitants de la ville et étudiants eurent lieu pendant deux jours. Ces événements firent soixante-trois victimes parmi les étudiants et environ trente parmi les habitants. Les étudiants furent finalement défaits. L'issue de cette affaire fut cependant favorable à l'université : une charte spéciale lui fut accordée. Elle stipulait notamment que chaque année, le 10 février, le maire de la ville et ses conseillers marcheraient nue-tête à travers les rues et paieraient à l'université une amende d'un penny pour chaque étudiant tué. Cette tradition prit fin en 1825, lorsque le maire refusa d'y prendre part.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :