Sainte-Pétronille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pétronille.
Sainte-Pétronille
Image illustrative de l'article Sainte-Pétronille
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Capitale-Nationale
Comté ou équivalent L'Île-d'Orléans
Statut municipal Village
Maire
Mandat
Harold Noël
2013-2017
Constitution 1er janvier 1874
Démographie
Gentilé Pétronillais, aise
Population 1 060 hab. (2006)
Densité 236 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 51′ 00″ N 71° 08′ 00″ O / 46.850005, -71.133338 ()46° 51′ 00″ Nord 71° 08′ 00″ Ouest / 46.850005, -71.133338 ()  
Superficie 450 ha = 4,50 km2
Divers
Code géographique 20030
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Sainte-Pétronille

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Sainte-Pétronille

Sainte-Pétronille est un village du Québec situé dans la MRC de l'Île-d'Orléans dans la région administrative de la Capitale-Nationale. Elle fait partie aussi du réseau Les plus beaux villages du Québec.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sainte-Pétronille est la plus récente des six paroisses de l'île d'Orléans. Elle n'a été érigée canoniquement qu'en 1870, sous le nom de Sainte-Pétronille de Beaulieu. Très tôt, elle a porté l'appellation officieuse de « Bout de l'Île », puisqu'elle est située à l'extrémité sud-ouest de l'île, face à la ville de Québec. Elle est voisine des paroisses de Saint-Pierre-de-l'Île-d'Orléans, dont elle fut détachée en 1870, et de la paroisse de Saint-Laurent-de-l'Île-d'Orléans. Une municipalité de village y fut créée en 1874, sous le nom de Beaulieu en l'honneur de Jacques Gourdeau de Beaulieu. Il faudra attendre en 1980 pour qu'elle adopte officiellement son nom actuel de village de Sainte-Pétronille.

Le nom de Pétronille, martyre romaine du Ier siècle, a été retenu parce que la légende en avait fait la fille réelle ou spirituelle de saint Pierre, sous le patronage duquel la paroisse mère avait été placée.

Si le village de Sainte-Pétronille est relativement jeune, l'occupation du lieu remonte toutefois aux débuts de la Nouvelle-France. Le jésuite Chaumonot y établit, en 1651, les Hurons pourchassés par leurs ennemis Iroquois. Ces frères ennemis, de la grande famille des Iroquoiens du Saint-Laurent s'affrontèrent à maintes reprises au cours de cette période des débuts de la colonie française. Les Hurons s'installent vraisemblablement près de l'endroit où se trouve aujourd'hui le quai de Sainte-Pétronille. L'année suivante, Éléonore de Grandmaison, vivant en cet endroit depuis quelques années déjà, y épouse Jacques Gourdeau de Beaulieu qui donne son nom prédestiné au fief du Bout de l'Île. Certains de leurs descendants habitent toujours le village.

Pendant deux siècles, le territoire a été partagé entre les paroisses de Saint-Pierre, au nord, et de Saint-Laurent pour sa partie sud. On y a peu cultivé, car la terre y est moins riche que dans les autres secteurs de l'île. Le site donnant sur le havre de Québec est cependant remarquable. En 1759, le général James Wolfe comprenant l'avantage stratégique du fief de Beaulieu y établira, au lieu-dit « Mont-des-roses », l'un de ses quartiers militaires pour mener le siège de Québec qui culminera par la bataille des plaines d'Abraham qui verra la victoire de l'Angleterre sur la France et qui aura une influence déterminante sur l'issue de la Guerre de Sept Ans en Amérique du Nord.

Après la Conquête, le lieu pacifié exerce toujours son charme discret. Devenu évêque de Québec en 1784, Mgr Mariauchau d'Esgly conserve la cure de Saint-Pierre de l'île et revient souvent rendre visite aux ouailles qui habitent le haut de sa paroisse. Le peintre William Berczy visite la pointe en 1809 et note l'hospitalité des habitants. Plusieurs officiers britanniques amateurs de dessins ou d'aquarelles s'en inspirent pour croquer une perspective vers Montmorency, sa grande chute et son horizon de montagnes. Vers 1820, le Bout de l'Île s'anime pendant quelques années. On y ouvre un chantier maritime où l'on construit deux imposants navires : le Colombus et le Baron Renfrew.

Dès le milieu du XIXe siècle, des centaines de promeneurs du dimanche se rendent à Sainte-Pétronille en traversier. Lieu de villégiature réputé, on y construira en 1868 le tout premier club de golf en Amérique du Nord, un petit parcours de trois trous. Plusieurs bourgeois de la ville de Québec, notamment les Boswell, jadis brasseurs renommés, se font construire de très belles résidences estivales de style cottage que l'on peut encore admirer le long du Chemin Royal. Subsiste encore à cet endroit l'atelier du peintre Horatio Walker (1858-1938), mort à Sainte-Pétronille et inhumé dans la chapelle anglicane du village.

Québec vu de Sainte-Pétronille

Située sur un site exceptionnel, Sainte-Pétronille permet d'admirer d’un seul coup d’œil le panorama grandiose qui embrasse non seulement la ville de Québec mais aussi la ville de Lévis, sur la rive sud du Saint-Laurent, et sur la rive nord, les chutes Montmorency (80 mètres). De la pointe de l'île, le promeneur peut balayer du regard le Vieux-Québec fortifié juché sur le Cap Diamant, le Vieux-Port et l’immensité du fleuve Saint-Laurent qui se rétrécit sous le Cap Diamant. Des milliers de navires sillonnent chaque année son cours majestueux et en hiver les navires brise-glaces assurent une navigation continue.

Église Sainte-Pétronille[modifier | modifier le code]

Situé sur un promontoire, l'église Sainte-Pétronille est construite en 1871 selon les plans de l'achitecte Joseph-Ferdinand Peachy et de David Ouellet pour le clocher, terminé en 1873. L'intérieur, dépouillé par rapport aux autres églises de l'île d'Orléans, est réalisé en 1888 par David Ouellet. L'autel est remanié en 1970 par Herménégilde Émond et la cuve baptismale est sculptée par Conrad Lapointe en 1996. La statue du maître-autel représente sainte Pétronille avec un balai, attribut de la sainte qu'on croit avoir été la servante de saint Pierre.

Sainte-Pétronille possède également une chapelle, St Mary's Chapel, construite par Edward Staveley. Elle est destinée à la communauté anglicane de l'île. Réalisée en bois, la chapelle est éclairée par des vitraux de Wallace J. Fischer installés en 1904.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
novembre 2009 en cours Harold Noël    
 ? 2009 Jacques Grisé[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir


Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Pierre-de-l'Île-d'Orléans Rose des vents
Québec, Fleuve Saint-Laurent N Saint-Laurent-de-l'Île-d'Orléans
O    Sainte-Pétronille    E
S
Fleuve Saint-Laurent,
Lévis

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Trois nouveaux maires à l'île d'Orléans, 2 novembre 2009, journal l'Autre Voix.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]