Sainte-Maure-de-Touraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Maure (homonymie).
Sainte-Maure-de-Touraine
Hôtel de Ville
Hôtel de Ville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Sainte-Maure-de-Touraine
Intercommunalité Communauté de communes de Sainte-Maure-de-Touraine
Maire
Mandat
Michel Champigny
2014-2020
Code postal 37800
Code commune 37226
Démographie
Gentilé Sainte-mauriens
Population
municipale
4 153 hab. (2011)
Densité 103 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 06′ 47″ N 0° 37′ 19″ E / 47.1130555556, 0.62194444444447° 06′ 47″ Nord 0° 37′ 19″ Est / 47.1130555556, 0.621944444444  
Altitude Min. 58 m – Max. 122 m
Superficie 40,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Sainte-Maure-de-Touraine

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Sainte-Maure-de-Touraine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Maure-de-Touraine

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Maure-de-Touraine
Liens
Site web http://www.sainte-maure-de-touraine.fr

Sainte-Maure-de-Touraine est une commune française du département d'Indre-et-Loire, dans la région Centre. Ses habitants sont appelés les Sainte-mauriens, Sainte-mauriennes. Sainte-Maure-de-Touraine est la deuxième commune la plus peuplée de l'arrondissement de Chinon après la ville de Chinon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographiquement situé au sud du département d'Indre-et-Loire, le pays de Sainte-Maure est desservi par l'autoroute A10 par la sortie no 25 et la nationale 10. Elle est située à mi-chemin entre Châtellerault et Tours. Paris est à 275 km par l'Autoroute A10.

Économie[modifier | modifier le code]

Cité du fromage de chèvre AOC portant son nom, Sainte-Maure-de-Touraine est une ville étape gastronomique et touristique.

La ville dispose aussi de trois zones d'activités : « La Canterie » (11 entreprises), « Les Saulniers I » (5 entreprises) et « Les Saulniers II » (cette dernière zone devant ouvrir en 2010). Citons aussi la zone commerciale « Les trois marchands », située en bordure de RD 910 (ex-nationale 10), qui accueille les principaux centres commerciaux de la ville.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville était autrefois renommée pour son dolmen.

Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée simplement Sainte-Maure, porta provisoirement le nom de Maure-Libre[1].
C'est en 1959 que la commune adopta le nom de Sainte-Maure-de-Touraine[1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Sainte-Maure-de-Touraine

Les armes de Sainte-Maure-de-Touraine se blasonnent ainsi :

Écartelé : au premier de gueules aux neuf mâcles d'or accolées ordonnées 3, 3 et 3, au deuxième de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel, au troisième d'azur aux trois fleurs de lys d'or, brisé d'un bâton componé d'argent et de gueules de six pièces, au quatrième d'hermine plain; sur le tout d'argent à la guivre d'azur ondoyant en pal, couronnée de gueules à l'issant du même[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1953   Marc Desaché UNR Syndic de la compagnie des agents de change, sénateur, président du conseil général
mars 2001 en cours Christian Barillet DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 153 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 230 2 179 2 108 2 253 2 259 2 534 2 602 2 701 2 744
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 678 2 595 2 603 2 409 2 318 2 462 2 547 2 602 2 518
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 612 2 529 2 527 2 355 2 384 2 374 2 537 2 743 2 740
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
3 069 3 574 4 016 4 130 3 983 3 909 3 995 4 019 4 153
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église de Sainte-Maure : de style néogothique, sous laquelle se trouve une crypte du IXe siècle, Xe siècle et XIe siècle ; classée aux monuments historiques depuis 1926.
  • Chapelle des Vierges : reconstruite au XIXe siècle sur l'ancienne chapelle du XVe siècle, elle est dédiée à sainte Maure et sainte Britte.
  • Prieuré Saint-Mesmin fondé en 1060 par Hugues Ier de Sainte-Maure, inscrit à l'inventaire des Monuments Historiques depuis 1948. Actuellement propriété privée.
  • Couvent Notre-Dame-des-Vertus : construit en 1682, bel ensemble avec la chapelle et le cloître.
  • Halles édifiées pour Anne de Rohan en 1672, abritent le marché couvert du vendredi matin et une magnifique salle des fêtes.
  • Château de la famille de Rohan, construit par Foulques Nerra en 990, et reconstruit au XIVe siècle et XVe siècle ; ce château abrite un musée d'arts et traditions populaires.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Cass.
  2. Le blason de la commune sur Gaso. Consultation : mars 2009.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]