Sainte-Marie-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Marie.
Sainte-Marie-sur-Mer
Église Sainte-Marie
Église Sainte-Marie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Commune Pornic
Statut Ancienne commune
Date de fusion 1er juin 1973
Code postal 44210
Démographie
Gentilé Sanmaritains, Sanmaritaines
Géographie
Coordonnées 47° 06′ 46″ N 2° 07′ 55″ O / 47.1128, -2.131947° 06′ 46″ Nord 2° 07′ 55″ Ouest / 47.1128, -2.1319  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de Loire-Atlantique
City locator 15.svg
Sainte-Marie-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de Loire-Atlantique
City locator 15.svg
Sainte-Marie-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Sainte-Marie-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Sainte-Marie-sur-Mer

Sainte-Marie-sur-Mer est une ancienne commune française de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire). Rattachée en 1973 à la commune voisine de Pornic, elle n’est plus aujourd’hui qu’une simple subdivision de cette dernière depuis le 1er juillet 2007.

L’ancienne commune fait partie de la Bretagne historique, dans le pays traditionnel du pays de Retz et dans le pays historique du Pays Nantais.

Les habitants de Sainte-Marie-sur-Mer sont appelés les Sanmaritains et les Sanmaritaines.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sainte-Marie-sur-Mer est un bourg sur la Côte de Jade, avec des côtes découpées parsemées de criques.

Histoire[modifier | modifier le code]

C'est au VIIe siècle que Saint Philibert, envoie des moines créer dans le bas-Poitou, des prieurés paroissiaux, à des fins d'évangélisation. Parmi ces chapelles construites par les moines philibertins et dédiées le plus souvent à la Vierge, se trouve celle qui deviendra au XIIe siècle, l'abbaye Sainte-Marie de Pornic. Au XVIIe siècle, l'abbaye est abandonnée par les moines et tombe en ruines au cours du siècle suivant.

Pendant un temps, durant la Première République, Sainte-Marie-sur-Mer porta le nom de Roche-Peltier.

La Seconde Guerre mondiale se prolongea à Sainte-Marie-sur-Mer et ses voisines de l'estuaire durant 9 mois de plus (d'août 1944 au 11 mai 1945) que dans le reste de la France : c'est l'épisode connu sous le nom de Poche de Saint-Nazaire.

La commune de Sainte-Marie-sur-Mer fut rattachée à celle de Pornic le 1er juin 1973 avec le statut de commune associée, en vertu de la loi Marcellin du 16 juillet 1971. Elle disposait alors d'un maire délégué, Jean-François Cossé, qui était opposé à la fusion des deux communes.

Le 16 mai 2006, les Sanmaritains ont voté pour la fusion complète des communes de Sainte-Marie-sur-Mer et Pornic à 50,83 % (avec une différence de 47 voix sur plus de 2 800 votants).

Au 1er juillet 2007, après acceptation du préfet de la Loire-Atlantique de la fusion simple des communes de Pornic et de Sainte-Marie-sur-Mer, cette dernière perd son statut de commune associée et devient une subdivision de Pornic.

Emblèmes[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti : au premier, de gueules à un hérisson d'or, au chef d'argent chargé de deux mouchetures d'hermine de sable ; au second, d'azur à la « Vierge à l'Enfant » d'or à l'oculus d'argent, soutenue d'une mer d'argent mouvant de la pointe, au chef d'or à la croix de sable, à la bordure de gueules.
Commentaires : La « Vierge à l'Enfant » est une vierge-tabernacle, œuvre d'art liée à la paroisse de Sainte-Marie. Le hérisson (ou porc-épic selon d'autres sources) rappelle les moines de Saint Philibert arrivés au VIIIe siècle et sachant défendre leur territoire (prieuré de Sainte-Marie – Brevet d'Hozier, 1704). Il pourrait aussi évoquer l'animal emblème de Louis XII, époux de la reine et duchesse Anne de Bretagne. Au second parti, le chef est aux couleurs or et sable du pays de Retz : d'or à la croix de sable, rappelant l'appartenance de Sainte-Marie-sur-Mer au pays de Retz. Les mouchetures d'hermine évoquent l'hermine plain de la Bretagne, rappelant l'appartenance passée de la ville au duché de Bretagne. Blason conçu par M. Godelaine le 23 mars 1946.

Devise[modifier | modifier le code]

La devise de Sainte-Marie-sur-Mer : Ad Jesum Per Mariam. (Vers Jésus par Marie.)

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ????  ????  ?????? Connain    
 ???? 1823  ?????? Beaudouin   abbé
1823  ????  ?????? Bodin des Plantes    
 ???? 1828 Édouard Thomas    
1828  ???? François Raffin   maire provisoire
 ???? 1852 Édouard Thomas    
1852 1870 René Laraison    
1870 1884 Michel Picot    
1884 1886 François Maurice    
1886  ???? Jules Galot    
1886  ???? Guillon Constant    
 ????  ????  ?????? Souchlaud    
 ????  ????  ?????? Bézier    
 ????  ????  ?????? Rouhaud    
Les données manquantes sont à compléter.

Depuis la fusion simple avec la ville de Pornic, Sainte-Marie-sur-Mer et cette dernière ne représentent qu'une seule et même zone électorale, ce qui fut le contraire précédemment.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1801 1866 1921 1936 1962 1968
1154 1517 1578 1638 2068
Nombre retenu à partir de 1962 : Population sans doubles comptes

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Marie
  • Château de La Mossardière
  • Statue de la Vierge Marie (sur la plage des Sablons)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Colonel René Babonneau, Compagnon de la libération
  • le peintre Raoul du Gardier (1871-1952) qui vécut Villa Magdalena à Sainte-Marie-sur-Mer est enterré dans le cimetière communal

Déplacement du marché[modifier | modifier le code]

Depuis fin mars 2007, le marché a été déplacé, créant une polémique entre commerçants, usagers et mairie. Dans le Courrier du pays de Retz du 5 avril 2007, le rédacteur de l'article parle d'une "ambiance délétère dans le bourg".

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]