Église Sainte-Marie-la-Neuve de Jérusalem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Sainte-Marie-la-Neuve)
Aller à : navigation, rechercher

31° 46′ 24.3″ N 35° 13′ 53.64″ E / 31.773417, 35.2315667 ()

Emplacement de l'église

Sainte-Marie-La-Neuve est le nom d'une ancienne église de Jérusalem en Terre sainte, appelée aussi Néa[1]. Elle fait partie des lieux de station de la liturgie de Jérusalem.

Historique[modifier | modifier le code]

Cyrille de Scythopolis raconte qu'en 529, le patriarche Pierre de Jérusalem envoya Saint Sabas à Constantinople pour, notamment, solliciter l'aide de Justinien afin d'achever l'église de la Vierge laissée en chantier par le Patriarche Élie Ier. L'Empereur envoya l'architecte Théodore pour bâtir, outre un hôpital, la nouvelle église de Sainte-Marie, pour cette raison appelée la Néa, et qui, d'après Procope de Césarée dans son Traité des édifices de Justinien (De aedificis), sera consacrée le 20 novembre 543[2],[3]. Elle sera aussi décrite en 570 par l'Anonyme de Plaisance[4].

Elle fut détruite lors du tremblement de terre de 746. En 808, le Commemoratorium de Casis Dei, recensement des monastères de Terre Sainte, nous apprend qu'une chapelle desservie par douze clercs avait été construite sur ses ruines.

Elle a été redécouverte dans les années 1960 par l'archéologue Nahman Avigad sur le côté Est du Quartier juif, à l'emplacement suggéré par la Carte de Madaba. Cet édifice de 115 m sur 57 m, était divisé par quatre rangées de colonnes et le sol revêtu de marbre. Un grand réservoir souterrain y a aussi été découvert, sur un mur duquel se trouvait la dédicace en Grec: C'est là l'ouvrage que notre très pieux empereur Flavius Justinien a fait réaliser avec munificence, sous les auspices du très saint Constantin, prêtre et Hegumen, en [l'an] 13 de l'indiction.[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Vestiges de l'église
  • Sainte-Marie-la-Neuve, en l’église des Dominicains d'Avignon.
  • Couvent et église de Sainte-Marie-la-Neuve à Naples.
  • Hôpital de Sainte-Marie-la-Neuve, à Florence, fondé vers la fin du treizième siècle.
  • Église Sainte-Marie-la-Neuve de Rome.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jérusalem: L'Architecture chrétienne à travers les Ages
  2. Vie de Saint-Sabas, 1939, éditions Schwartz
  3. Jérusalem nouvelle, Louis-Hugues Vincent, Felix-Marie Abel, 1922
  4. Les hôpitaux de Justinien à Jérusalem, d'après les dernières fouilles, 1964, R.P. Roland de Vaux
  5. Jérusalem: l'église Néa et le Cardo