Sainte-Marie-de-Ré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Marie.
Sainte-Marie-de-Ré
La ville de Sainte-Marie-de-Ré.
La ville de Sainte-Marie-de-Ré.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente-Maritime
Arrondissement La Rochelle
Canton Saint-Martin-de-Ré
Intercommunalité Communauté de communes de l'île de Ré
Maire
Mandat
Gisèle Vergnon
2014-2020
Code postal 17740
Code commune 17360
Démographie
Gentilé Maritais
Population
municipale
3 235 hab. (2011)
Densité 329 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 09′ 02″ N 1° 18′ 35″ O / 46.1505555556, -1.3097222222246° 09′ 02″ Nord 1° 18′ 35″ Ouest / 46.1505555556, -1.30972222222  
Altitude Min. 0 m – Max. 17 m
Superficie 9,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte administrative de Charente-Maritime
City locator 14.svg
Sainte-Marie-de-Ré

Géolocalisation sur la carte : Charente-Maritime

Voir sur la carte topographique de Charente-Maritime
City locator 14.svg
Sainte-Marie-de-Ré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Marie-de-Ré

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Marie-de-Ré
Liens
Site web www.mairie-sainte-marie-de-re.fr

Sainte-Marie-de-Ré est une commune du sud-ouest de la France, située sur l'île de Ré, dans le département de la Charente-Maritime (région Poitou-Charentes).

Ses habitants sont appelés les Maritais et les Maritaises[1].

C'est la commune la plus peuplée de toute l'île de Ré.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de Sainte-Marie sur l'île de Ré.

Cette petite ville[2] a aggloméré le hameau de la Noue s'étendant sans interruption le long de la côte Sud de l'Île de Ré, de la pointe de Chauveau jusqu'à la plage des Grenettes, face à l'Île d'Oléron. Elle est devenue la commune la plus peuplée de l'Île de Ré.

Sa côte est bordée de plages et de petites falaises, où se découvrent à marée basse les vestiges de nombreuses écluses à poissons. Certaines de ces écluses sont restaurées et entretenues par l'Association de Défense des Écluses à Poissons de l'île de Ré (ADEPIR).

La présence de nombreux blockhaus du Mur de l'Atlantique sur la côte rappelle les sombres heures que la commune a vécu pendant la Seconde Guerre mondiale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de la Charente-Maritime.

Pendant la Révolution, la commune portait le nom de L’Union.

Le 27 décembre 1888, Sainte-Marie prend le nom de Sainte-Marie-de-Ré.

1928 en association avec la commune de La Flotte, Sainte-Marie-de-Ré donne une partie de son territoire pour former la commune de Rivedoux-Plage.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie de Sainte-Marie-de-Ré.
Tableau des maires.
Liste des maires de la Révolution française à la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1792 1796 Gabriel Millet    
1796 1798 Bertrand Jacques Desnouy    
1798 1800 Thomas Cousin-Vallée    
1800 1800 Jean Bouyé    
1800 1814 Bertrand Jacques Desnouy    
1814 1816 Jean René Cheminet    
1816 1835 Auguste Lallé    
1835 1843 Jean René Cheminet    
1843 1875 Albert Got    
1875 1876 François Victor Lefort    
1876 1882 Jules Triou    
1882 1884 Lucien Favreau    
1884 1888 Jean Jaunatre    
1888 1912 Lucien Favreau    
1912 1913 Jules Paris    
1913 1919 Martial Bouet    
1919 1921 Louis Martineau    
1921 1945 Emile Neau    
1945 1947 Théophile Héraudeau    
Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1959 Emile Neau    
1959 1977 André Chaigne DVD  
1977 1989 Louis Gaucher PS  
1989 1995 Paul Chaigne DVD  
1995 2008 Jacques Boucard PS  
2008 en cours Gisèle Vergnon    

Démographie[modifier | modifier le code]

  • Habitants de Sainte-Marie-de-Ré : Maritais, Maritaises.
  • Habitants de La Noue : Nouais, Nouaises.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 235 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 300 2 035 1 966 2 165 2 556 2 515 2 573 2 579 2 544
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 501 2 647 2 703 2 518 2 556 2 541 2 574 2 608 2 608
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 574 2 382 2 236 1 920 1 902 1 310 1 214 1 047 1 232
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 178 1 195 1 165 1 317 1 806 2 655 3 027 3 082 3 235
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


En 2007[5], la commune de Sainte-Marie-de-Ré a dépassé le chiffre des 3 000 habitants, elle s'affirme comme étant la commune la plus peuplée de toute l'île de Ré.

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture : vignes, asperges, pommes de terre.
  • Tourisme.
  • Thalassothérapie. Le centre de thalassothérapie situé sur le bord de mer au sud-est de Sainte-Marie, a été agrandi en 2004 et est doté d'une piscine d'eau de mer.

Commerces

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de Sainte-Marie-de-Ré.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption de Sainte-Marie de Ré est une église fortifiée. La paroisse existait à la fin du XIIe siècle et en 1467, l'église était fortifiée et entourée d'un fossé[6]. Son clocher, qui date du XVe siècle, autrefois peint en noir, servait d'amer. La plate-forme de ce clocher est dotée d'un parapet sur corbeaux formant des mâchicoulis qui ont été obturés lors des restaurations et même en partie de reconstruction au XIXe siècle[7].

Dans l'église Notre-Dame-de-l'Assomption des ex-voto sous forme de belles maquettes de bateaux sont exposés.

  • Chapelle Saint-Sauveur à La Noue
  • Chapelle Port-Notre-Dame

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • L'ANCRE Maritaise, musée de la pêche à pied et des écluses.
  • Monument aux morts, guerres 14/18 et 39/45, canons.
  • Monument « La Connaissance », œuvre du sculpteur Mélanie Quentin installée en 2006 devant la médiathèque de la Pléiade.
  • La maison du Meunier
  • La Souillarde

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Les Grenettes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les Cahiers de la Mémoire.
  • Jacques Boucard, maire, historien et rédacteur des Cahiers de la Mémoire revue d'art et tradition populaires d'archéologie et d'histoire.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés de Charente-Maritime
  2. Sainte-Marie-de-Ré est classée officiellement commune urbaine depuis le recensement de 1999 par les services statistiques de l'INSEE - voir également le SPLAF CHARENTE-MARITIME
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. Dernier recensement officiel de la population établi par les services statistiques de l'INSEE. Le chiffre de population indiqué dans le tableau est celui de la population municipale. Avec les doubles comptes, la commune compte 3 167 habitants.
  6. base Mérimée
  7. L'architecture gothique en Saintonge et en Aunis, Yves Blomme, éditions Bordessoules, ISBN 2-903504-33-4

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :