Sainte-Justine (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Justine.
Sainte-Justine
L'église de Sainte-Justine en 1920
L'église de Sainte-Justine en 1920
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Chaudière-Appalaches
Comté ou équivalent Les Etchemins
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Denis Beaulieu
2013-2017
Constitution 1er janvier 1870
Démographie
Gentilé Justinien, justinienne
Population 1 845 hab. (2011[1])
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 24′ 00″ N 70° 21′ 00″ O / 46.400005, -70.35000546° 24′ 00″ Nord 70° 21′ 00″ Ouest / 46.400005, -70.350005  
Superficie 12 400 ha = 124 km2
Divers
Code géographique 28045
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Sainte-Justine

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Sainte-Justine

Sainte-Justine est un village du Québec (Canada) au sud-est de Québec, au cœur des Appalaches, à la frontière des États-Unis. Il se situe dans la municipalité régionale de comté des Etchemins, dans la région de Chaudière-Appalaches.

Le nom de Sainte-Justine évoque Marie-Justine Têtu (1833-1882), fille du lieutenant-colonel de la milice et marchand de Québec, Charles-Hilaire Têtu. Il fait aussi référence à Justine de Padoue, martyre du Ier siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

On attribue une des premières vagues de colonisation de Sainte-Justine aux moines Trappistes qui sont venus s’y installer le 24 juin 1862 à la suggestion du curé de Sainte-Claire. Des colons de cette paroisse ont aidé les Trappistes à faire le voyage qui se faisait en partie à pieds, le canton de Langevin venant à peine d’être ouvert à la colonisation, et à ériger leur premier abri.

En 1867, la construction du monastère de Notre-Dame de la Trappe du Saint-Esprit est terminée. Il accueillera une soixantaine de religieux en provenance de l’Europe et du Canada. En l’absence de soutien d’une maison-mère et devant les difficultés de recrutement, le 22 octobre 1872, la Trappe du Saint-Esprit sera dissoute et le monastère ainsi que le terrain sur lequel il a été bâti sont vendus. Le premier curé de Sainte-Justine (de 1868 à 1885) était le seul moine à être resté après la vente. Il s’agit de Père Henri de Brie.

Le site historique des Pères Trappistes rend hommage aux fondateurs du premier établissement trappiste au Bas-Canada.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1er janvier 1870 : Fondation de la municipalité du township de Langevin.
  • 27 janvier 1892 : Le township de Langevin devient la paroisse de Sainte-Justine.
  • 12 juin 1993 : Sainte-Justine change son statut pour celui de municipalité.

Personnalités liés à la municipalité[modifier | modifier le code]

Attraits touristiques[modifier | modifier le code]

  • Site historique des Pères Trappistes
  • La chapelle du Sacré-Cœur et la chapelle Ste-Anne




Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Luc-de-Bellechasse Sainte-Sabine Saint-Camille-de-Lellis Rose des vents
Lac-Etchemin N
O    Sainte-Justine    E
S
Sainte-Rose-de-Watford Saint-Cyprien

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Références

  1. Gouvernement du Canada, « Profil du recensement - Sainte-Justine », sur Statistique Canada (consulté le 20 avril 2014)[1]