Sainte-Hélène (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Hélène.
Sainte-Hélène
Église Sainte-Hélène
Église Sainte-Hélène
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Bas-Saint-Laurent
Comté ou équivalent Kamouraska
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Louise Hémond
2013 - 2017
Constitution 1er juillet 1855
Démographie
Gentilé Hélénois, oise
Population 933 hab. (2014)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 00″ N 69° 44′ 00″ O / 47.600005, -69.73333847° 36′ 00″ Nord 69° 44′ 00″ Ouest / 47.600005, -69.733338  
Superficie 6 058 ha = 60,58 km2
Divers
Code géographique 14025
Localisation
Localisation de Sainte-Hélène dans le Kamouraska
Localisation de Sainte-Hélène dans le Kamouraska

Géolocalisation sur la carte : Bas-Saint-Laurent

Voir sur la carte administrative du Bas-Saint-Laurent
City locator 14.svg
Sainte-Hélène

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Sainte-Hélène

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Sainte-Hélène
Liens
Site web http://sainte-helene.net/

Sainte-Hélène est une municipalité du Québec située dans la municipalité régionale de comté de Kamouraska dans le Bas-Saint-Laurent, à une dizaine de kilomètres à l'est de Kamouraska[1].

Le recensement de 2011 y dénombre 911 habitants, 1,6 % de plus qu'en 2006[2].

Description[modifier | modifier le code]

Entrée du village

Sainte-Hélène est renommée pour son industrie laitière très florissante et la fabrication de monuments funéraires. Paroisse de l'intérieur, le noyau du village, longtemps connu sous le nom de Sainte-Hélène-Station, a été établi à proximité du chemin de fer[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Il y a environ un peu plus de 10 000 ans, l'Amérique du Nord a été recouverte d'une épaisse calotte polaire pendant la dernière glaciation. Les glaciers broyèrent tout sur leur passage, creusant des vallées et déposant pêle-mêle des matériaux de toutes dimensions. Un réchauffement graduel fit fondre la nappe de glace qui recouvrait le territoire. Le continent s'étant affaissé sous le poids du glacier, les eaux salées de l'Atlantique envahirent toute la vallée du Saint-Laurent pour former la Mer de Champlain. Tranquillement, le retrait de ces eaux ont formé le fleuve Saint-Laurent ainsi qu'une vallée très fertile. Le village est établi dans les Monts Notre-Dame, une composante québécoise des Appalaches.

Histoire[modifier | modifier le code]

Maison ancestrale à Sainte-Hélène

Au début du XIXe siècle, les premiers colons de la future paroisse s'établissent dans le rang de la Pinière. On nomma longtemps cet endroit la colonie de St-Roch puisque de nombreux colons y vivant provenaient de cette paroisse de la Côte-Sud. Puis, au milieu du XIXe siècle eut lieu la fondation de la paroisse de Sainte-Hélène, officiellement érigée en 1846, à la suite de la demande de paroissiens de Saint-André, Saint-Pascal et Kamouraska à Monseigneur Signay, Évêque de Québec. Son territoire fut constitué de parties d'étendues ressortissant à Saint-André, à Saint-Pascal et à Kamouraska et à même les seigneuries de l'Islet-du-Portage et de Grandville. L'année suivante, en 1847, Joseph Morin bâtit l'église de la nouvelle paroisse en bois de charpente, ce qui en fit probablement l'une des seules églises du Québec bâtit avec cette méthode. La municipalité, quant à elle créée en 1848, reprenait la dénomination paroissiale retenue pour honorer le souvenir de la fille du seigneur de Kamouraska en 1790, Pascal-Jacques Taché, Hélène. Par le fait même, on rendait hommage à sainte Hélène, mère de l'empereur Constantin le Grand.

Dès lors, la municipalité est déjà principalement agricole, pourtant on y trouva quelques moulins à scie et à farine. En 1871, Philomène Hamel, épouse du notaire Napoléon Michaud, est chef de gare à la station de Sainte-Hélène, à une époque où il était rare de voir une femme occuper un tel poste. Le bureau de poste de l'endroit était connu sous le nom de Sainte-Hélène avant de le voir changer en 1876 pour devenir Sainte-Hélène-de-Kamouraska.

Rue de l'Église, en entrant dans le village

En 1923, Jean-Baptiste Landry devient un des premiers concessionnaires du Kamouraska en ouvrant le premier garage de Sainte-Hélène, où il vend des modèles de marque Ford, De Soto, Studebaker et autres. En 1926, Elzéar Beaulieu, tailleur de pierre, produit des monuments funéraires, entreprise qui existe encore aujourd'hui, grâce à la succession de ses fils.

Sainte-Hélène a fêté son 150e anniversaire en 1996. L'année suivante, la municipalité a gagné le 1er prix provincial au concours de Villes et Villages fleuris et un Iris de bronze. En 2002, la maison Ouellet devient monument historique de la municipalité et on la restaure, après plus de 40 ans d'abandon. Le presbytère à quant à lui était sauvé de la démolition en étant vendu en 2005, année où l'on fit de la Place de l'église un site du patrimoine municipal.

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement du Canada de 2011, la municipalité comptait 911 habitants, soit 1,6% de plus que lors du précédent dénombrement en 2006[4].

1996 2001 2006 2011
933 en augmentation 946 en augmentation 897 en diminution 911 en augmentation

Ce même recensement dévoile les renseignements démographiques suivants :

  • Population totale (2011)  : 910
    • 0-14 ans : 150 hab.
    • 15-24 ans : 90 hab.
    • 25-44 ans : 205 hab.
    • 45-64 ans : 180 hab.
    • 65 ans et plus : 190 hab.
  • Âge médian : 45,5
  • Nombre total de ménages privés : 270
  • 100% des habitants ont le français pour langue maternelle et parlent cette langue à la maison

Administration[modifier | modifier le code]

Le mairesse actuelle de Sainte-Hélène, Louise Hémond, a été nommée en 2011 à titre intérimaire. Elle est élue lors de l'élection municipale québécoise de 2013.

Composition actuelle du conseil municipal
Mairesse Conseillères
Louise Hémond Frédéric Charest
Normand Millette
Paul Thériault
Claude Lévesque
Steeve Santerre
Vital Morin

Blason[modifier | modifier le code]

Sainte-Hélène possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles. Sa devise est Fierté Me Guide et son emblème est la pivoine[5].

Attraits et festivités[modifier | modifier le code]

Le batteur Yanick Blanchette du groupe Kaïn durant l'édition 2008 du festival.

Le Festival du Poulet[modifier | modifier le code]

Le Festival du Poulet est un événement annuel attirant plus de quelques milliers de personnes à chaque édition. Cette festivité est bien connue pour son traditionnel repas au poulet d'où son nom, mais aussi pour de nombreuses activités que la municipalité organise. Par exemple, en 2007, ce festival a accueilli le groupe Les Respectables, en 2008, le groupe Kaïn et en 2011, Jonathan Painchaud.

Sainte-Hélène possède...[modifier | modifier le code]

Autres attraits[modifier | modifier le code]

École primaire de Sainte-Hélène
  • Sainte-Hélène est bien située géographiquement, à mi-chemin entre les villes de La Pocatière et Rivière-du-Loup, deux centres économiques régionaux, ce qui en fait un bon compromis pour les personnes partageant leurs activités professionnelles entre ces deux villes. Elle est de plus située à proximité des services et a un accès direct sur l'autoroute Jean Lesage (Autoroute 20).
  • Le village est reconnu pour sa tranquillité et ses airs charmants auxquels contribuent notamment les arbres présents en abondance.
  • La municipalité dispose de services essentiels permettant une bonne qualité de vie à ses citoyens, dont un réseau d'aqueduc avec champ d'épuration, une école primaire, une église, une épicerie, un bureau de poste, une caisse populaire, une caserne de pompiers, une quincaillerie ainsi qu'une station d'essence.
  • On y retrouve également une coopérative jeunesse et un Centre des Loisirs ouvert en saison estivale et hivernale. Ce dernier possède un terrain de volley-ball de plage, un terrain de balle-molle, une patinoire qui sert de terrain de tennis en été, ainsi qu'un monticule pour la glissade sur neige. L'accès y est gratuit pour tous. L'été un service de terrain de jeux payant est offert pour les jeunes de 6 à 12 ans.
  • Pour les aînés, le Domaine des Pivoines dispose de logements à louer et ce à environ 100 m de la Salle Adélard Lapointe où se réunit le Club de l'Âge d'Or.

Commerces[modifier | modifier le code]

Le Domaines des Pivoines, résidence pour personne âgée

Bien que Sainte-Hélène ne soit pas une plaque tournante du commerce, on y retrouve notamment :

  • Bar Le Rockford et cantine
  • Caisse populaire Desjardins des Champs et des bois
  • L'Épicerie Charest - Marché AMI
  • Électrolyse Nathalye
  • Garage Ouellet
  • Garage Picard Inc.
  • Le Gîte des P'tites Madames
  • Monuments funéraires Elzéar Beaulieu & Fils Enr.
  • Plomberie Damien Charest 2008 Inc.
  • Salon Coiffure Expression
  • Toiture Entreprise C.V. Dionne Inc.
  • Quincaillerie J.E. Desjardins Enr.

Sainte-Hélène en image[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-André Rose des vents
Saint-Germain N Saint-Joseph-de-Kamouraska
O    Sainte-Hélène    E
S
Saint-Pascal Saint-Bruno-de-Kamouraska Picard

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]