Sainte-Euphémie-sur-Ouvèze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sainte-Euphémie-sur-Ouvèze
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement de Nyons
Canton de Buis-les-Baronnies
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Buis-les-Baronnies
Maire
Mandat
Pierre Borel
2014-2020
Code postal 26170
Code commune 26303
Démographie
Population
municipale
85 hab. (2011)
Densité 7,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 18′ 00″ N 5° 23′ 00″ E / 44.3, 5.383333333333344° 18′ 00″ Nord 5° 23′ 00″ Est / 44.3, 5.3833333333333  
Altitude Min. 528 m – Max. 1 218 m
Superficie 11,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte administrative de Drôme
City locator 14.svg
Sainte-Euphémie-sur-Ouvèze

Géolocalisation sur la carte : Drôme

Voir sur la carte topographique de Drôme
City locator 14.svg
Sainte-Euphémie-sur-Ouvèze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Euphémie-sur-Ouvèze

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Euphémie-sur-Ouvèze

Sainte-Euphémie-sur-Ouvèze est une commune française située dans le département de la Drôme en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle est traversée par la route reliant Buis-les-Baronnies à Séderon, et dans le creux par l'Ouvèze (rivière qui fit tant de dégâts lors des inondations de Vaison-la-Romaine). C'est un petit village typiquement provençal au creux d'une vallée, dont un des flancs est couvert de cultures d'abricots et de lavande. On peut y trouver un vieux mûrier creux sur la place principale, ainsi qu'un ancien lavoir alimenté par une source potable. Comme partout dans la région, ce sont les résidences secondaires qui forment une partie du village, ce qui a pour effet de démultiplier la population pendant la saison estivale. Le village dispose d'une église mais est le seul à aussi posséder un temple protestant.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces du villages remontent vraisemblablement au XIVe siècle, et c'est un village fortifié. Il n'a pas beaucoup changé avec le temps et est resté en partie moyenâgeux. Le village fut construit en carré.

La légende raconte qu'Hannibal serait passé par le village.

Pour contrebalancer la perte du Royaume de Naples, le roi Louis XIII céda le village aux Grimaldi. Le retour à la France se fit lors de la Révolution française.

La commune est nommée en l'honneur d'Euphémie de Chalcédoine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Pierre Borel    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 85 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
370 350 356 396 378 350 360 338 351
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
353 351 318 325 344 313 297 292 254
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
257 245 237 168 131 117 113 107 97
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
90 65 65 78 61 71 97 98 86
2011 - - - - - - - -
85 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Enceintes du village médiéval avec vestiges de portes.
  • Maison seigneuriale du XVe siècle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :