Sainte-Adèle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sainte-Adèle
Centre-ville de Sainte-Adèle
Centre-ville de Sainte-Adèle
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Laurentides
Comté ou équivalent Les Pays-d'en-Haut
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Réjean Charbonneau
2013-2017
Fondateur
Date de fondation
Augustin-Norbert Morin
1855
Constitution 27 août 1997
Démographie
Gentilé Adélois, Adéloise
Population 11 709 hab. (2006)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 57′ 00″ N 74° 08′ 00″ O / 45.950005, -74.13333845° 57′ 00″ Nord 74° 08′ 00″ Ouest / 45.950005, -74.133338  
Superficie 11 998 ha = 119,98 km2
Divers
Fuseau horaire [[]]
Code géographique 77022
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Sainte-Adèle

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Sainte-Adèle

Sainte-Adèle est une ville de la municipalité régionale de comté des Pays-d'en-Haut au Québec (Canada), située dans la région administrative des Laurentides[1].

Elle se trouve sur la route 117 (route transcanadienne) à environ 70 kilomètres de Montréal. Son économie repose sur le tourisme, le ski et l'industrie hôtelière[2].

Le recensement de 2011 y dénombre 12 137 habitants, 14,1 % de plus qu'en 2006[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Sainte-Adèle doit son nom à Augustin-Norbert Morin, le fondateur de la communauté, qui l'a nommée du nom de sa femme Adèle Raymond. Cette dernière était aussi la sœur de Mgr Joseph-Sabin Raymond[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Hôtel Le Chantecler en 1942

La région fut fondée par Augustin-Norbert Morin et il laissa son nom à plusieurs endroits et institutions, tels que Val-Morin, Morin-Heights, l'école secondaire A.-N. Morin, la rue Morin, etc. La ville de Sainte-Adèle a été fondée en 1855.

Une voie de chemin de fer fut construite et le premier train de Canadien Pacifique arriva dans la ville en 1891. Le chemin de fer a été utilisé principalement pour transporter le bois, le bétail, les produits laitiers et le courrier.

En 1991, le chemin de fer a été démoli et transformé en un parc linéaire et piste cyclable. La ville a depuis abandonné l'industrie du tourisme en faveur du développement résidentiel. 

En 1997, Sainte-Adèle fusionna avec Mont-Rolland.

En 2006 et 2007, les deux stations de ski du centre du village étaient fermées, le côté nord de la station de ski Chantecler restant ouvert tout comme le Mont Gabriel. Également au cours de cette période, beaucoup de terres ont été utilisées pour la construction de condos et logements, afin d'attirer plus de résidents permanents dans la région.

En 2009, les taxes municipales ont été doublées comparativement à ce qu'elles étaient au début des années 1990 afin de refléter la forte demande immobilière de la région. Le magnifique paysage est maintenant parsemé de condos et de centres commerciaux, y compris du 500ème Tim Hortons au Canada.

Chronologie

  • 1842 : Augustin-Norbert Morin achète des terres dans la région de Sainte-Adèle dont le nom n'existe pas encore.
  • 1855 : Fondation de Sainte-Adèle. Premier maire : Isidore Legaut, constructeur de l'église.
  • 1862 : Sainte-Agathe se sépare de Sainte-Adèle, par décision de l'évêque Bourget.
  • 1878 : Le docteur Wilfrid Grignon, père de Claude-Henri, arrive à Sainte-Adèle. Il sera maire pour deux mandats, de 1886 à 1892, puis de 1898 à 1904.
  • 1891 : Arrivée du premier train à Sainte-Adèle (les gros « chars »).
  • 1902 : Un Français du nom de Jean-Baptiste Rolland décide d'y installer une usine de papier d'emballage : La Rolland.
  • 1918 : La municipalité du village de Mont-Rolland est créée, se séparant de Sainte-Adèle.
  • 1922 : Val-Morin obtient son autonomie à cause d'une querelle sur l'emplacement d'un pont sur la rivière du Nord à Val-David. Sainte-Adèle est scindée en deux municipalités : Paroisse et Village.
  • 1933 : Claude-Henri Grignon termine l'écriture d'Un homme et son péché, ce roman qui est à l'origine du célèbre téléroman Les Belles Histoires des pays d'en haut.
  • 1948 : Fondation par Philippe Fermanian Du Cinéma Pine au coin de la Morin et blvd. Ste. Adèle, à cette date la plus ancienne salle de cinéma opérant au Québec sous la même administration
  • 1948 : Les administrateurs du Chantecler demandent au Ministère des Affaires municipales le droit de créer le « Village of Chantecler ».
  • 1954 : Le Mont-Gabriel devient une municipalité de neuf habitants.
  • 1957 : Le Sainte-Adèle Lodge, très fréquenté par les militaires durant la guerre pour son cabaret, devient l'hôtel Montclair.
  • 1964 : La Paroisse absorbe le Village. Cette fusion est très fortement encouragée par le gouvernement du Québec. Sainte-Adèle devient une ville.
  • 1967 : Le Journal des Pays-d'en-Haut est fondé par Maurice Aveline.
  • 1968 : Annexion du Sommet Bleu (Mont-Rolland) par Sainte-Adèle.
  • 1981 : Mont-Rolland absorbe le Mont-Gabriel.
  • 1991 : Démolition de la voie ferrée. Le parc linéaire le P'tit train du Nord est né pour la plus grande joie des cyclistes et skieurs de fond.
  • 1997 : Fusion de Sainte-Adèle et de Mont-Rolland qui recrée presque l'entité administrative du début du siècle passé.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sainte-Adèle comprend trois montagnes de ski : Ski Chantecler, les Pentes 40-80 (fermé) et le Mont-Gabriel. Elle a cinq terrains de golf : le Chantecler, La Vallée de Sainte-Adèle, le Mont-Gabriel, l'Alpine et celui de l'hôtel Le Chantecler. La ville compte aussi plusieurs restaurants et deux salles de cinémas, qui appartiennent toutes deux au Cinéma Pine.Le plus ancien cinéma opérant au Quebec avec son administration originale

On trouve à Sainte-Adèle trois écoles primaires : l'école Saint-Joseph (secteur Sainte-Adèle), l'école Chante-au-vent (secteur Mont-Rolland) et l'école anglaise (secteur Sainte-Adèle). Il y a une école secondaire (A.N.-Morin) qui aujourd'hui compte environ 1200 élèves qui viennent principalement des villes de Sainte-Adèle, Saint-Sauveur, Morin-Heights, Piedmont, Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson et Sainte-Anne-des-Lacs.

Information[modifier | modifier le code]

Le journal des pays-d'en-haut est le journal officiel de Sainte-Adèle.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Val-Morin Sainte-Marguerite-du-Lac-Masson, Estérel Chertsey Rose des vents
Morin-Heights N
O    Sainte-Adèle    E
S
Saint-Sauveur Piedmont Saint-Hippolyte

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gouvernement du Québec, « Sainte-Adèle », Répertoire des municipalités, sur Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire
  2. http://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2006/dp-pd/prof/92-591/details/page.cfm?Lang=F&Geo1=CSD&Code1=2477022&Geo2=PR&Code2=24&Data=Count&SearchText=Sainte-Adele&SearchType=Begins&SearchPR=01&B1=All&Custom=
  3. Recensement 2011 : Sainte-Adèle
  4. « Sainte-Adèle », sur Commission de toponymie (consulté le 20 mai 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]