Saint Josse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Josse.
Saint Josse
Image illustrative de l'article Saint Josse
Saint Josse, Maître de Messkirch, vers 1535-1540, église Saint-Martin de Messkirch. Josse y représenté en pèlerin, avec la besace, le chapeau et le bourdon, ou bâton du pèlerin.
Saint
Naissance VIIe siècle
Domnonée
Décès v. 669 
Sidraga
Fête 13 décembre

Saint Josse a vécu au VIIe siècle, à la fois en Bretagne (où on le connaît aussi sous les noms de Judoc et Uzec) et dans le nord de la France. Fête : le 13 décembre.

L'anthroponyme Josse est la forme populaire du nom savant d'origine bretonne Jodocus[1], Judocus (avec une désinence latinisée), Jodoce et Judoce, également latinisé en Judocius[2], nom basé sur la racine celtique jud- ou iud- signifiant « combattant, chef, seigneur »[3].

Il existe de nombreuses variantes patronymiques, basées sur des formes anciennes et régionales du prénom, ainsi que sur de nombreux diminutifs et hypocoristiques, comme : Jos, Joisse, Jousse, Josset (-ot, -on, -in). Forme flamande : Joos. Forme suisse alémanique: Jost. Diminutif breton : Jossic[4].

Sa forme anglaise est Joyce, prénom mixte[3], nom issu de la variante française Joisse (jadis aussi Joysse, Joyce).

Biographie[modifier | modifier le code]

Quand Judhaël, roi de Domnonée décède, son fils aîné Judicaël lui succède. Mais pour des raisons politiques, celui-ci cède le trône à son jeune frère Josse, qui y renonce aussi à son tour préférant s'engager dans la vie religieuse. Josse se joint à un groupe de pèlerins en partance pour Rome. Chemin faisant, les pèlerins arrivent sur les rives de l'Authie et sont accueillis par le gouverneur du Ponthieu, le comte Haymon. Celui-ci retient Josse qui devient son chapelain. Toujours à la recherche de l'absolu, et avec la connivence du comte Haymon, Josse s'installe dans un ermitage au bord de l'Authie, puis au bord de la Canche.

Enfin, Josse fonde une communauté monastique à la pointe extrême d'un plateau recouvert d'une forêt au pied de laquelle se profilait le rivage. Il réalise alors son projet initial, faire le pèlerinage à Rome. Après son retour, Josse ne quitte plus ce lieu et finit par se fixer sur une colline dominant la mer, où il aurait construit de ses propres mains deux oratoires dédiés à saint Pierre et à saint Paul. Il y décède vers 669, à l'endroit où sera plus tard édifiée l'abbaye de Saint-Josse-sur-Mer[5]. Sa dépouille est inhumée dans l'oratoire de son ermitage.

Saint Josse est le patron des pèlerins[5], avec les attributs desquels il est souvent représenté.

Culte[modifier | modifier le code]

Josse a donné son nom à la commune de Saint-Josse (ou Saint-Josse-sur-Mer), dans le Pas-de-Calais, dont l'église conserve l'essentiel de ses reliques. Une commune de Belgique porte le même nom (Saint-Josse-ten-Noode)[6], ainsi qu'un hameau à Tortefontaine, dans le Pas-de-Calais, appelé Saint-Josse-au-Bois. La commune de Saint-Judoce dans les Côtes-d'Armor tire également son nom du saint[7].

La vie de saint Josse figure dans le supplément du recueil hagiographique la Légende dorée écrit vers 1260 par Jacques de Voragine, archevêque italien de Gênes. Ce complément a été élaboré par Dom Jean Mabillon (1632-1707), moine érudit à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés à Paris.

La Vita Prima écrite au XIe siècle décrit les différents « miracles » qui se produisirent à chaque étape de sa vie.

  • Alors qu'il ne lui reste qu'une miche à partager avec son disciple, un mendiant arrive dans son ermitage, et Josse lui cède tout le pain dont il disposait. Mais ce mendiant était le Christ, et il donne à saint Josse en échange de sa charité quatre grandes barques remplies de vivres.
  • Dans un nouvel ermitage, il doit subir pendant quatorze ans les assauts du démon, qui, transformé en aigle, lui vole ses poules, ou encore le mord au pied en prenant l'apparence d'une couleuvre.
  • Parcourant un lieu désertique avec le comte Aymon, il voit son compagnon en proie à une soif ardente. Aussitôt, tel Moïse, il plante en terre son bâton et fait jaillir une source abondante mais les chiens de chasse qui les accompagnent sont plus rapides, et boivent la source qui avait jaillit. Saint Josse replante alors son bâton quelques mètres plus loin, d'où jaillit une seconde source.

Pèlerinages[modifier | modifier le code]

Saint Josse. image pieuse
  • Un pèlerinage est organisé tous les ans à Saint-Josse-sur-Mer ; il commence le dimanche de Pentecôte par une neuvaine[8].
  • Les marins pêcheurs d'Étaples-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais, faisaient également un pèlerinage en famille afin d'implorer la bénédiction du saint au début de la saison du hareng. Les filets étaient bénis.

Cantique[modifier | modifier le code]

Le Cantique à St Josse est une chanson du répertoire populaire de la région de Montreuil, dans le Pas-de-Calais. Elle est chantée lors des processions.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Dauzat, Noms et prénoms de France, Librairie Larousse 1980, édition revue et commentée par Marie-Thérèse Morlet. p. 346a.
  2. Albert Dauzat, op. cit.
  3. a et b Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des prénoms, Paris, Larousse,‎ 16 septembre 2009, 675 p. (ISBN 978-2-03-583728-8), p. 343
  4. Albert Dauzat, op. cit., p. 346b
  5. a et b Jacques Baudoin, Grand livre des saints : culte et iconographie en Occident Éditions Créer, 2006 (ISBN 9782848190419), p. 291
  6. Le 11 décembre 1360 dix-neuf paroissiens sont autorisés par le chapitre de Sainte-Gudule ( à Bruxelles) à ériger une chapelle avec campanile en l'honneur de Saint Josse au lieu-dit Ten-Oede, endroit désert à cette époque et couvert de vignobles. Source : Image pieuse Lithographiée Kvd Vyvere-Petyt (Bruges)
  7. Saint Josse sur le site Nominis, consulté le 3 juillet 2010.
  8. Le pèlerinage de Saint-Josse-sur-Mer sur le site officiel de la commune. Page consultée le 3 juillet 2010.
  9. st-jost.ch

Sur les autres projets Wikimedia :