Saint Jaoua

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jaoua
Image illustrative de l'article Saint Jaoua
Statue du saint chapelle éponyme de Plouvien
Saint
Naissance v. 500
Décès 2 mars 554 
Brasparts (Armorique)
Fête 2 mars

Saint Jaoua est un des saints bretons plus ou moins mythique de l'Armorique primitive, non reconnu officiellement par l'Église catholique romaine, mais qui fait l'objet d'un culte en Bretagne. Jaoua ou Joavan ou Joevin ou Jouvin ou Jawa († vers 570), originaire des Îles Britanniques, disciple de son oncle saint Pol, abbé de Daoulas puis évêque du Léon en Bretagne ; saint chrétien fêté le 2 mars[1] [2].

Hagiographie[modifier | modifier le code]

Sa vie est surtout connue grâce à l'ouvrage d'Albert le Grand La vie des saints de la Bretagne Armorique[3] dont l'un des chapitres est consacré au récit de la vie de saint Jaoua.

Jaoua serait né dans les Îles Britanniques vers l'an 500 et serait venu en Armorique vers 520 en compagnie de Pol Aurélien et de treize autres compagnons, débarquant d'abord probablement à Ouessant, puis, sur le continent, à Kerber (dans l'actuelle commune de Lampaul-Ploudalmézeau; il aurait ensuite fondé deux monastères, l'un minihy bihan ("petit monastère"), connu au Moyen Âge sous le nom de "monastère d'Ac'h" ou Ack) peut-être à Plouguerneau, l'autre minihy bras ("grand monastère") serait devenu le centre paroissial de Plouyen Koz ("vieux Plouvien") à l'emplacement de l'actuelle chapelle Saint-Jaoua[4].

« Selon les anciennes légendes, saint Jaoua était irlandais, oncle du prince Tinidore, père de saint Ténénan et serait, par sa mère, un neveu de Pol Aurélien. On l'envoya jeune encore en Angleterre où il fit d'excellentes études. Revenu chez son père, on le produisit dans le monde pour lui procurer un mariage avantageux ; mais, dominé par son penchant pour la vie religieuse, il s'enfuit de la maison paternelle et s'embarqua pour aller rejoindre son oncle saint Pol au monastère qu'il avait fondé depuis peu dans l'île d'Ouessant. Une tempête l'empêcha d'y aborder et le poussa dans la baie de Brest. Là, il mit pied à terre avec sa suite et fut accueilli par saint Judulus, abbé de Landévennec, auquel, après quelques mois de séjour, il demanda l'habit de novice dans son abbaye[5]. »

Vers la fin de son noviciat, il se rendit en Léon près de son oncle Pol Aurélien, alors évêque de Léon, reçut la prêtrise et aurait été nommé curé de Brasparts[6] dans les Monts d'Arrée où il aurait trouvé une population presque totalement idolâtre. Malgré son zèle, il eut beaucoup de mal à convertir les habitants. Dom Lobineau nous dit que Jaoua trouva à Brasparts « beaucoup de difficultez, à raison que les paroissiens, mal-instruits et peu catéchisez, se rendoient difficiles à gouverner: Jaoua, patient avec les uns, violent parfois avec les autres, les prêchait, les enseignait, les catéchisait, soucieux de les évangéliser, de leur montrer la voie du Seigneur »[7].

Le seigneur du Faou, un païen farouche, un jour que les supérieurs des monastères de Cornouaille étaient réunis dans l'église de Daoulas fit disperser les fidèles par ses troupes, enfonça la porte de l'église et tua de sa main saint Tadec qui était en train de célébrer la messe, massacrant aussi la plupart des autres moines présents. Saint Judulus, abbé de Landévennec fut rattrapé alors qu'il cherchait à regagner son monastère et le seigneur du Faou lui coupa la tête. Saint Jaoua eût le bonheur d'échapper à la tuerie.

« Dieu, dit la vieille chronique, ne tarda pas à punir ce chef sacrilège qui fut bientôt après possédé du démon, au point que ses serviteurs furent obligés de le lier. De plus un horrible dragon sortit de la mer et vint ravager ses domaines, dévorant hommes et bestiaux. Les principaux habitants reconnurent dans ces évènements l'effet de la vengeance divine et députèrent vers saint Pol pour le prier de faire cesser ces fléaux. Le saint prélat, touché du sort de ces païens, se rendit au Faou, où son neveu Jaoua vint le trouver. Là, il ordonna au dragon de comparaître devant lui sans faire de mal à personne. Le monstre obéit : saint Pol lui passa une étole autour du col et l'attache après son bourdon qu'il avait planté en terre. Le dragon demeura dans cette situation aussi paisiblement que si c'eût été un animal domestique. Frappés de ce miracle, tous les habitants du pays demandèrent le baptême et se convertirent à la foi chrétienne. Le seigneur du Faou[8](..), en expiation des meurtres de saint Judulus et saint Tadec fonda l'abbaye de Daoulas [...]. Saint Jaoua fut nommé premier abbé de ce monastère[9]. »

Saint Jaoua quitta alors sa cure de Brasparts, qu'il laissa à Tusrenaus (ou Tusveanus, connu désormais sous le nom de saint Tujan), petit-fils du seigneur du Faou. Il aurait été un temps à la tête du monastère de l'île de Batz et aussi à la tête du monastère d'Ac'h (ou Ack) à Plouguerneau qui fut à l'origine de l'archidiaconé d'Ac'h au Haut Moyen Âge[10] à Plouguerneau. Ayant ensuite rejoint Pol Aurélien, celui-ci lui abandonne sa charge d'Évêque de Léon[11]. Il se serait rendu à Dol pour être consacré évêque par saint Samson[12], mais cela est contesté par divers historiens, par exemple par Alexandre-Marie Thomas dans son annotation de l'ouvrage d'Albert Le Grand[13].

« Peu après, la famine désola le canton de Brasparts. On pria saint Jaoua de s'y rendre pour faire cesser cette calamité par son intercession. Il y fut et le ciel, par sa prière, y ramena l'abondance, mais il y tomba malade et y mourut le 2 mars 554. Avant d'expier, il ordonna que son corps fut mis sur un chariot attelé, et qu'on l'enterrât au lieu même où les chevaux qui le traînaient s'arrêteraient. Cette volonté fut exécutée. Les chevaux s'acheminèrent d'eux-mêmes vers le Léonais. Arrivés dans la paroisse de Plouvien, le chariot se brisa au lieu-dit Porz-ar-Chraz[14] ; le corps du saint y fut inhumé[15], et l'église de Plouvien érigée sur la place même[16]. »

Saint Jaoua est pour cette raison considéré comme le fondateur ( peut-être post mortem ?) du noyau primitif de la paroisse de Guicuyon ou Guicyen, devenu au XVIIIe siècle Plouyen avant d'être écrit Plouvien à partir de 1790[17].

Les reliques de saint Jaoua[modifier | modifier le code]

Le tombeau de saint Jaoua été ouvert en 1856[18] et à nouveau en août 1897[19]. Déjà en 1698 un recteur de Brasparts, Botreff, avait fait le voyage de Plouyen « pour la recherche des reliques de saint Jaoua »[20].

Un fragment des reliques retrouvées a été transporté en grande pompe dans la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon le 5 septembre 1897 et d'autres fragments furent solennellement transportés dans l'église paroissiale de Plouvien, dans l'église de Brasparts et à l'évêché de Quimper le 6 mars 1898[21].

À Brasparts, lors de l'accueil des reliques, l'assistance, considérable dès le matin, était, le soir, augmentée par toute la population des paroisse avoisinantes, accourue pour assister à la procession solennelle. (...) Précédée d'un nombreux cortège, (...) la sainte relique, portée par quatre prêtres en chasuble, a parcouru les rues du bourg, avant de prendre, à l'église paroissiale, la place d'honneur qui lui est réservée »[22]. Les reliques furent placées dans un reliquaire, offert par le vicomte René de Kerret, bienfaiteur de la paroisse, et qui existe toujours, promené en procession lors du pardon local[6].

Ses traces et son culte dans la Bretagne actuelle[modifier | modifier le code]

  • Plouvien (Finistère) : la chapelle Saint-Jaoua : une église de style roman et datant du XIe siècle fut construite à l'emplacement où a été enterré saint Jaoua et où s'élevait une première chapelle en bois. Ce fut le site de la première église paroissiale de Plouvien, déménagé par la suite à l'emplacement de l'église actuelle. La chapelle actuelle date du XVIe siècle, mais réutilise des restes de l'église romane. Le tombeau de saint Jaoua s'y trouve et la fontaine Saint-Jaoua est à proximité[4]. Le pardon de saint Jaoua y est organisé chaque année le premier dimanche de mai. L'école privée catholique de Plouvien porte son nom[23].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nominis : Saint Joavan
  2. Forum orthodoxe.com : saints pour le 2 mars du calendrier ecclésiastique
  3. Albert le Grand, " Les vies des saints de la Bretagne Armorique : ensemble un ample catalogue chronologique et historique des evesques d'icelle... et le catalogue de la pluspart des abbés, blazons de leurs armes et autres curieuses recherches... (5e édition revue et corrigée par messire Guy Autret, 1901), consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f90.image.r=Jaoua.langFR
  4. a et b http://www.plouvien.fr/index.php?rub=la_chapelle_saint_jaoua
  5. Édouard Vallin, "Voyage en Bretagne, Finistère : précédé d'une notice sur la Bretagne au XIXe siècle", Comptoir de la Librairie de province, 1859, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5652145c/f145.image.r=Jaoua.langFR
  6. a, b et c http://ville-brasparts.forum-actif.net/t248-saint-jaoua-premier-recteur-de-brasparts
  7. Dom Lobineau, Histoire de Bretagne, 1707
  8. Le culte de saint Jaoua ne s'est pas maintenu au Faou, mais on y montrait encore au XIXe siècle, ainsi qu'à l'île de Batz d'ailleurs, une tanière dénommée le trou du serpent, voir Albert Le Grand, "Les vies des saints de la Bretagne Armorique : ensemble un ample catalogue chronologique et historique des evesques d'icelle... et le catalogue de la pluspart des abbés, blazons de leurs armes et autres curieuses recherches... (5e éd.)", note de Alexandre-Marie Thomas, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f91.image.r=Jaoua.langFR
  9. Édouard Vallin, "Voyage en Bretagne, Finistère : précédé d'une notice sur la Bretagne au XIXe siècle", Comptoir de la Librairie de province, 1859, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5652145c/f146.image.r=Jaoua.langFR
  10. Ce nom se retrouve actuellement par exemple dans celui de la pointe de Kastell-Ac'h, voir http://www.geolocation.ws/v/P/49654040/la-cte-des-lgendes-la-pointe-du-kastell
  11. En raison de son décès, saint Jaoua n'aurait été évêque de Léon qu'un an
  12. Albert Le Grand, "Les vies des saints de la Bretagne Armorique : ensemble un ample catalogue chronologique et historique des evesques d'icelle... et le catalogue de la pluspart des abbés, blazons de leurs armes et autres curieuses recherches... (5e éd.)", consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f93.image.r=Jaoua.langFR
  13. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f93.image.r=Jaoua.langFR
  14. Dans le voisinage, un chemin ancien est désigné sous le nom de streat ar relegou ("le passage des reliques"), voir http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f94.image.r=Jaoua.langFR
  15. Saint Jaoua fut inhumé dans la chapelle Saint-Jaoua, distante d'environ 400 mètres de l'église paroissiale actuelle
  16. Édouard Vallin, "Voyage en Bretagne, Finistère : précédé d'une notice sur la Bretagne au XIXe siècle", Comptoir de la Librairie de province, 1859, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5652145c/f147.image.r=Jaoua.langFR
  17. Abbé Le Guen, "Antiquités du Léon et plus spécialement du canton de Plabennec", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1888, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k2081934/f226.image.r=Jaoua.langFR
  18. Quelques ossements auraient été retrouvés alors dans le sarcophage, voir http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f95.image.r=Jaoua.langFR
  19. http://vero.blog.mongenie.com/index/p/2009/08/855148
  20. Fait relaté dans les comptes de la fabrique de Saint-Tujan par le marguiller de cette paroisse de Brasparts, consultable http://ville-brasparts.forum-actif.net/t248-saint-jaoua-premier-recteur-de-brasparts
  21. Albert Le Grand, "Les vies des saints de la Bretagne Armorique : ensemble un ample catalogue chronologique et historique des evesques d'icelle... et le catalogue de la pluspart des abbés, blazons de leurs armes et autres curieuses recherches... (5e édition revue et corrigée par messire Guy Autret, 1901, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5038760/f96.image.r=Jaoua.langFR
  22. La Semaine Religieuse de Quimper et Léon, 1898, n°11, page 170
  23. http://www.communes.com/bretagne/finistere/plouvien_29860/ecole,ecole-primaire-privee-saint-jaoua.html
  24. a et b http://nominis.cef.fr/contenus/saint/5937/Saint-Joavan.html