Saint Jérôme dans son étude (Dürer)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint Jérôme dans son étude.
Saint Jérôme dans son étude
Image illustrative de l'article Saint Jérôme dans son étude (Dürer)
Saint Jérôme dans son étude
Artiste Albrecht Dürer
Date 1514
Type Gravure
Technique Burin
Dimensions (H × L) 247 × 188 mm
Localisation Kupferstich-Kabinett, Dresde (Allemagne)

Saint Jérôme dans son étude (en allemand : Der heilige Hieronymus im Gehäus) est une gravure réalisée en 1514 par l'artiste allemand Albrecht Dürer.

Description et interprétation[modifier | modifier le code]

Saint Jérôme est représenté assis derrière son étude, absorbé par son travail. La table, au coin de laquelle figure une croix, est caractéristique des tables de la Renaissance. Une ligne imaginaire partant de la tête de saint Jérôme et passant à travers la croix arriverait sur le crâne posé sur le rebord de la fenêtre, mettant ainsi face à face la mort et la Résurrection. Le lion au premier plan fait partie de l'iconographie traditionnelle associée à saint Jérôme, et à ses pieds, figure un chien endormi, un animal souvent présent dans les œuvres de Dürer, symbole de la loyauté. Ces deux créatures font partie de l'histoire de Jérôme telle qu'elle est racontée dans La Légende dorée (v. 1260), un recueil d'hagiographies des saints.

Saint Jérôme dans son étude est souvent considéré comme faisant partie du groupe de trois gravures réalisées par Dürer, les deux autres étant La Melencolia (1514) et Le Chevalier, la Mort et le Diable (1513). Ensemble, elle représentent les trois sphères d'activité reconnues au Moyen Âge : Le Chevalier, la Mort et le Diable appartient à la sphère morale et à la « vie active »; La Melencolia représente la sphère intellectuelle ; et Saint Jérôme à son étude la sphère théologique et la vie contemplative.

Analyse technique[modifier | modifier le code]

Cette gravure est un très bon exemple de la capacité de Dürer à reproduire la surface des matières uniquement avec des hachures ; ici, sont notables le bois dans toute la pièce et l'écorce de la coloquinte au plafond, la fourrure des animaux et le velours des coussins, ainsi que le rendu de la transparence du verre soufflé[1].

Il emploie un trait léger afin de respecter le thème, à savoir un saint homme traduisant la Bible dans une atmosphère silencieuse[1].

Dürer utilise par ailleurs des techniques de perspectives pour créer un espace en trois dimmensions, comme, en outre des lignes de fuite, le lion, le chien et la marche au premier plan, et de tout petits objets au fond de la pièce[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Lorenza Salamon (trad. Claire Mulkai), Comment regarder la gravure : Vocabulaire, genres et techniques, Vérone, Hazan, 335 p. (ISBN 9782754105538), p. 23.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]