Saint François d'Assise recevant les stigmates

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
'Saint François d'Assise recevant les stigmates'
Image illustrative de l'article Saint François d'Assise recevant les stigmates
ou La Stigmatisation de saint François d'Assise[1]
Artiste Giotto di Bondone
Date vers 1297-1299[1]
Technique tempera et fond d'or sur peuplier
Dimensions (H × L) 313 × 163 cm
Localisation Musée du Louvre, département Peintures italiennes, Paris (France)
Numéro d'inventaire INV 309

Saint François d'Assise recevant les stigmates est une œuvre du peintre Giotto des environs de 1300.

Sujet[modifier | modifier le code]

Elle représente un épisode important de la vie de saint François d'Assise au moment où, en prière sur le mont Alverne, il reçoit les stigmates du Christ apparu dans le ciel sous la forme d'un séraphin. Trois épisodes de la vie du saint sont illustrés sur la prédelle : le rêve du pape Innocent III qui voit saint François soutenir une église sur le point de s'écrouler, la confirmation des règles de l'ordre par le pape et le prêche aux oiseaux pour démontrer que la Parole de Dieu s'adresse à tous les êtres vivants.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'œuvre sur bois provient de la chapelle Ughi dans l'église San Francesco de Pise (Vasari la cite comme ornant le jubé à l'origine[1]) et se retrouve depuis 1813[2] dans les collections du musée du Louvre.

Description[modifier | modifier le code]

Le panneau central, à haut dressé en pinacle, représente la stigmatisation de saint François d'Assise.

La prédelle contient, de gauche à droite, les scènes annexes de :

  • Le Songe du pape Innocent III,
  • L'Approbation des statuts de l'ordre par Innocent III,
  • La Prédication de saint François aux oiseaux.

Le cadre d'origine, toujours présent, contient la mention latine OPUS IOCTI FLORENTINI et les armoiries des Cinquini, banquiers pisans.

Analyse[modifier | modifier le code]

Cette œuvre caractérise le langage novateur de Giotto. S'éloignant graduellement de l'art byzantin, le peintre introduit des éléments nouveaux, comme l'intégration d'un paysage, la représentation de l'espace et des perspectives, le souci de réalisme, l'expressivité des visages.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Détails figurant sur le cartel du musée
  2. Notice Base Joconde citée en références externes

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Gabrielle Bartz et Eberhard König, Le Musée du Louvre, éditions Place des Victoires, Paris, 2005, p. 269 (ISBN 3-8331-2089-4).