Berthold du mont Carmel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Saint Berthold)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Berthold.
Berthold du Mont Carmel
Image illustrative de l'article Berthold du mont Carmel
Gravure de saint Berthold
Saint
Naissance 1155
Limoges
Décès 1195  (40 ans)
Mont Carmel en Palestine
Nationalité Drapeau de la France Français
Vénéré par l'Église catholique
Fête 29 mars

D'après la tradition, saint Berthold, après s'être engagé lors des croisades, part vivre en ermite sur le mont Carmel. Il est le fondateur de la première communauté érémitique du mont Carmel qui deviendra l'Ordre du Carmel. Berthold devient le premier prieur général de l'ordre. Les sources bibliographiques largement postérieures à sa vie laissent place à de nombreuses légendes et interprétations. Une confusion entre plusieurs personnages homonymes est également possible.

Étymologie du nom[modifier | modifier le code]

Berthold vient de de l'ancien germanique et signifie célèbre, illustre, brillant[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Histoire et légende[modifier | modifier le code]

Grotte d’Élie sur le mont Carmel. Les premières communautés carmélites s'installèrent à proximité.

Saint Berthold du Mont Carmel ou saint Berthold Ier est né à Limoges dans le sud-ouest de la France, et décède vers 1195. Peu d'éléments biographiques précis sont connus sur sa vie : la tradition (carmélitaine) a complété une partie des "blancs" historiques[2].

Selon la tradition, Berthold de Solignac aurait été parent d'Aymeric de Malifaye, Patriarche d'Antioche (1141 - †1193)[3].

La tradition raconte qu'engagé lors des croisades, il se promet d'entrer en religion si les armées chrétiennes sont victorieuses[4]. De fait, il accomplit sa promesse et réalise son vœu en se faisant ermite sur le mont Carmel, en Palestine vers 1155. Il fonde et dirige une communauté d'ermites en s'appuyant sur l'exemple du prophète Élie et en confiant son œuvre à Marie. Une chapelle dédiée à la Vierge Marie[5]est construite au centre des ermitages. L'église prend le nom de Notre-Dame du Mont-Carmel qui rapidement, va donner le nom à cette communauté.

Fondateur de l'Ordre du Carmel, Berthold aurait été nommé Prieur général de la communauté par le Patriarche d'Antioche. Il serait resté à ce poste durant 45 ans[6],[7].

Autres homonymes[modifier | modifier le code]

Un autre carme nommé Berthold aurait également existé dans la même période. Originaire de Lombardie, Berthold était le deuxième grand prieur de la communauté des Carmes (vers 1230 environ). Il serait mort et enterré sur le mont Carmel. Une vision lui serait rattachée : « au cours de cette vision il a vu les âmes de beaucoup de carmélites qui avaient été tués par les Sarrasins menées dans le ciel par les anges ». Sa biographie a été largement modifiée au cours de l'histoire[8].

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

Les premières mentions de Berthold sont présentes dans La collection de légendes abrégée du catalogue des saints[8].

Le dominicain, Stéphane de Salignac ( avant 1278 )[9] a déclaré que Aymeric de Malifaye de Salignac, patriarche d'Antioche ( 1142-1193 ) avait parmi les Carmes un neveu, « saint et au nom fameux »[8]. Le carme Philippe Riboti dans une lettre (la Lettre de Cyril) publiée après l'année 1378 dit que Berthold était un frère, et non un neveu d'Aymeric, que son nom était Berthold, et qu'il aurait été le premier grand prieur des Carmes. Une autre carme, Jean Grossi[8] , dans son Viridarium / Jardin / ( vers 1400 ), donne à ce neveu le nom de Brocard[10], tandis que dans les compositions suivantes de son ouvrage, et dans le Catalogue des Saints Carmes de la même époque, Berthold de Malefaida est considéré comme étant le premier général de l'ordre et Berthold de Lombardie devient le quatrième (général de l'ordre). Papenbroeck, en publiant le texte du moine grec Jean Phocas, qui visite le mont Carmel en 1177, identifie Berthold avec un vieux moine grec de Calabre[11].

Culte du Saint[modifier | modifier le code]

Les attributs du saint[modifier | modifier le code]

Le saint[12] est représenté dans l'habit de Carme, parfois avec un livre et une épée, ou alors ayant la vision des martyrs[8].

Célébrations et culte[modifier | modifier le code]

Son culte est ordonné lors du chapitre général de l'Ordre en 1564. Son nom, retiré du bréviaire lors de la réforme de 1585. Il est réintroduit en 1609. La liturgie propre à ce saint est approuvée en 1672[8]. Sa fête est fixée le 29 mars[4].

Bien que toujours présent au calendrier des saints de l'Église catholique[4],[13], il est aujourd'hui absent du calendrier des fêtes des saints de l'Ordre du Carmel[14], et ne fait donc pas partie des mémoires obligatoires ou facultatives de l'Ordre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Beato Bertoldo Priore generale dei Carmelitani », sur Santi e Beati, santiebeati.it (consulté le 9 janvier 2014)
  2. « De l'érémitisme chrétien aux Carmes », sur Abbaye St Hilaire du Vaucluse (consulté le 20 juin 2013), p. Chapitre Les Carmes au XIIIe siècle
  3. « Regula Ordinis Carmelitarum des Carmes O. Carm et OCD », sur Abbaye St Hilaire du Vaucluse (consulté le 2 janvier 2014) (La règle du Carmel sur le site de l'abbaye de St Hilaire.
  4. a, b et c « Bienheureux Berthold », sur Nominis, nominis.cef.fr (consulté le 2 janvier 2014)
  5. « De l'érémitisme chrétien aux Carmes », sur Abbaye St Hilaire du Vaucluse (consulté le 20 juin 2013), p. Chapitre La "Vitae Formula" de saint Albert
  6. (en) « St Berthold », sur Catholic On Line, catholic.org (consulté le 2 janvier 2014)
  7. Les dates de naissances et décès sont incertaines, de même que la durée de sa présence sur le mont Carmel, d'où l'incohérence de date entre les sources.
  8. a, b, c, d, e et f (en) « BERTHOLD (XIII cent.) », sur The Carmelites province of the most pure Heart of Mary, carmelnet.org (consulté le 9 janvier 2014)
  9. Néanmoins, Stéphane de Salignac a attribué la composition de la règle des Carmes à Aymeric de Malifaye de Salignac, patriarche d'Antioche ( 1142-1193 ? ), Alors qu'en réalité c'est la règle d'Albert de Jérusalem, patriarche de Jérusalem ( 1206-1214 ). D'où un doute sur la fiabilité de ses écrits.
  10. Voir aussi Brocard du mont Carmel.
  11. Phocas ne parle pas d'ermites latins, mais de moines grecs, qui étaient également présents sur le mont Carmel, mais dans un lieu différent de la vallée où se sont installés les premiers ermites carmes.
  12. Il s'agit donc ici du second homonyme de Berthold.
  13. Magnificat N°244, mars 2013, Saint du jour, le 29 mars.
  14. Il est absent du livre Les heures du Carmel, Éditions du Carmel, 2005, qui recense toutes les fêtes et fêtes (mémoires obligatoires et facultatives) devant être célébrées par les membres de l'Ordre. Sa mémoire peut néanmoins être célébrée librement par les membres de l'Ordre.