Saint-Ybard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Saint-Ybars.
Saint-Ybard (19)
La place et l'église.
La place et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Corrèze
Arrondissement Arrondissement de Tulle
Canton Uzerche
Intercommunalité Communauté de communes du pays d'Uzerche
Maire
Mandat
Jean-Jacques Dumas
2014-2020
Code postal 19140
Code commune 19248
Démographie
Gentilé Saint-Ybartois
Population
municipale
662 hab. (2011)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 26′ 56″ N 1° 31′ 21″ E / 45.4488888889, 1.522545° 26′ 56″ Nord 1° 31′ 21″ Est / 45.4488888889, 1.5225  
Altitude Min. 270 m – Max. 497 m
Superficie 30,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Ybard (19)

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Ybard (19)
Liens
Site web www.saint-ybard.fr

Saint-Ybard est une commune française située dans le département de la Corrèze et la région Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Saint-Ybard est une commune rurale située au bord de la Vézère, au centre-ouest de la France, en bordure ouest du Massif central.

Saint-Ybard est à 7 km au nord-ouest d’Uzerche, à 36 km au nord-ouest de la préfecture Tulle, à 49 km au nord de Brive-la-Gaillarde et à 55 km au sud de Limoges.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Rose des vents Montgibaud
Benayes
Masseret
Salon la Tour
Meilhards
Lamongerie
Rose des vents
Saint-Pardoux-Corbier
Saint-Martin-Sepert
N Condat-sur-Ganaveix
Eyburie
O    Saint-Ybard    E
S
Troche Vigeois Uzerche
Espartignac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune, qui s'étend sur une superficie de 3 005 ha, est vallonné, recouvert de bocages, de bois et bosquets.

Saint-Ybard, comme l’ensemble du canton d’Uzerche, est assis sur un sol essentiellement composé de gneiss[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est parcourue par de nombreux cours d'eau[2],[3] :

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Corrèze.

Saint-Ybard n'ayant pas de station météo, le tableau suivant recense les données climatique de Limoges, distante de 47,4 kilomètres à vol d'oiseau[4].

Relevé météorologique de Limoges
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,4 1,8 3,4 5,3 8,9 11,9 13,8 13,8 11,2 8,4 4 1,9 7,2
Température moyenne (°C) 4,2 5 7,2 9,5 13,3 16,5 18,7 18,6 15,7 12,3 7,2 4,7 11,1
Température maximale moyenne (°C) 7 8,3 11,1 13,7 17,7 21,2 23,7 23,5 20,3 16,2 10,4 7,5 15,1
Ensoleillement (h) 83 101 145 173 192 227 250 237 198 140 99 86 1 931
Précipitations (mm) 89,9 77,3 80,8 84 89,2 70,1 62,8 78,1 80 89,3 93,9 97,1 992,5
Source : Climatologie de 1959 à 2008 - Limoges, France
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
7
1,4
89,9
 
 
 
8,3
1,8
77,3
 
 
 
11,1
3,4
80,8
 
 
 
13,7
5,3
84
 
 
 
17,7
8,9
89,2
 
 
 
21,2
11,9
70,1
 
 
 
23,7
13,8
62,8
 
 
 
23,5
13,8
78,1
 
 
 
20,3
11,2
80
 
 
 
16,2
8,4
89,3
 
 
 
10,4
4
93,9
 
 
 
7,5
1,9
97,1
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Pour accéder à Saint-Ybard par la route, emprunter la sortie 44 de l’autoroute A20, (échangeur à 5 km).

Les accès en train les plus proche sont : la gare ferroviaire d’Uzerche à 6 km (voir Gare d'Uzerche) et la halte de Masseret à 12 km (voir Gare de Masseret).

Les aéroports sont ceux de Limoges-Bellegarde (63 km) et de Brive-Vallée de la Dordogne (50 km).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Sancti Eparchii doit son nom à Eparchius, moine périgourdin reclus à Angoulème au VIe siècle[5],[6].

Le nom de la commune est Sanch Ibarch en occitan.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Ybard[1],[5] est connue sous ce nom dès 987 dans le cartulaire d’Uzerche. Son patron, Eparchius, a supplanté le toponyme antérieur. Pourtant le territoire a gardé de nombreuses traces d’une occupation très ancienne : tumulus de Montfumat et de la Vernouille, constructions gallo-romaines au bourg et au Cloup.

Il est, de plus, traversé par deux antiques chemins de long parcours qui se croisent à la Rade : le plus ancien du nord-ouest au sud-est dit Route des Métaux Précieux ; l’autre, chemin de crête (ou de pouge) reliant le Haut-Limousin au bassin de Brive, fréquenté jusqu’au XIXe siècle (route de la Vinade).

Dès le Xe siècle, la paroisse fait partie de la vicomté de Limoges et de la baronnie de Bret. À partir du XIIe siècle, les Pérusse en sont les feudataires principaux et leurs diverses branches se succèdent, à Garaboeuf et à la Vernouille jusqu’au XVIIIe siècle. La baronnie de Saint-Ybard fait alors partie du Bas-Limousin.

À la prééminence féodale des Pérusse des Cars correspond la prééminence religieuse de l’abbaye d’Uzerche qui y possède de puissants intérêts et y crée une prévôté distincte de la cure. Jusqu’en 1761 les prêtres sont à la nomination du prévôt ou de son supérieur l’abbé d’Uzerche. Quant à la fête patronale, elle passe au XIXe siècle de saint Cybard (1er juillet) à saint Roch (16 août), ce dernier étant, dit-on, souverain contre la peste et les épizooties.

Aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle, Saint-Ybard a la réputation de pays riche où les impôts rentrent mieux que dans les paroisses voisines. De plus, les Pérusse y ont installé des forges sur la Vézère puis sur l’Auvézère et même un moulin à papier.

La Révolution française n’y est point sanglante même si le château de Garaboeuf est démoli et si un bref instant (1792-94) la commune est rébaptisée L'Union-sur-Vézère, pour suivre un décret de la Convention.

Le XIXe siècle est pour Saint-Ybard un sommet démographique (1 636 habitants en 1846). La vie politique voit durant la première moitié, l’influence prépondérante des Descubes de la Vernouille et durant la seconde, les Brugère. À partir de 1881, la querelle scolaire à Saint-Ybard comme ailleurs, constitue la ligne de clivage entre les républicains et leurs adversaires. Mais deux fléaux vont amoindrir, malgré des réussites agricoles certaines au XXe siècle, la vie de la commune : les ravages des deux guerres et une forte émigration. L’autoroute réussira-t-elle là où le chemin de fer a échoué ?

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un conseil municipal de 15 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[7]).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs au cours du XXe siècle
Période Identité Étiquette Qualité
1894 1918 Léonard Pouyade   Propriétaire cultivateur[5]
1918 1925 Pierre Vacherie   Négociant[5]
1925 1929 Emile Comby   Hôtelier[5]
1929 1935 François Bourneix   [5]
1935 1947 Pierre Hilaire   Propriétaire cultivateur[5]
1947 1965 Pierre Bourbouloux    
1965 1989 Emile Dupuy    
1989 réélu en 2008[8] Jean-Jacques Dumas UMP  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Saint-Ybard est membre de la communauté de communes du Pays d'Uzerche, qui est constituée de neuf communes.

Environnement[modifier | modifier le code]

Des conteneurs de tri sélectif sont accessibles sur la place du Foyer Rural, au cœur du bourg de Saint-Ybard.

La déchèterie la plus proche est celle d'Uzerche à 9,4 km[9].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 662 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 254 1 321 1 310 1 515 1 557 1 532 1 523 1 636 1 520
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 506 1 502 1 514 1 383 1 358 1 419 1 418 1 578 1 571
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 514 1 510 1 510 1 344 1 223 1 180 1 155 1 066 991
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
840 770 703 660 591 593 643 656 662
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


En 2008, Saint-Ybard comptait 656 habitants (soit une augmentation de 11 % par rapport à 1999). La commune occupait le 13 385e rang au niveau national, alors qu'elle était au 13 453e en 1999, et le 79e au niveau départemental sur 286 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (32,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (29,9 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,2 % contre 48,4 % au niveau national et 48,6 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,9 %, 15 à 29 ans = 15,5 %, 30 à 44 ans = 20,4 %, 45 à 59 ans = 20,1 %, plus de 60 ans = 29,1 %) ;
  • 49,8 % de femmes (0 à 14 ans = 16,2 %, 15 à 29 ans = 12,5 %, 30 à 44 ans = 17,1 %, 45 à 59 ans = 17,4 %, plus de 60 ans = 36,7 %).
Pyramide des âges à Saint-Ybard en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,2 
90  ans ou +
0,9 
10,3 
75 à 89 ans
14,7 
17,6 
60 à 74 ans
21,1 
20,1 
45 à 59 ans
17,4 
20,4 
30 à 44 ans
17,1 
15,5 
15 à 29 ans
12,5 
14,9 
0 à 14 ans
16,2 
Pyramide des âges du département de la Corrèze en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,9 
9,5 
75 à 89 ans
14,2 
16,2 
60 à 74 ans
17,3 
22,0 
45 à 59 ans
21,0 
19,6 
30 à 44 ans
17,9 
16,9 
15 à 29 ans
13,8 
15,3 
0 à 14 ans
13,9 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est en regroupement pédagogique intercommunal (RPI) avec les communes de Saint-Martin-Sepert et Saint-Pardoux-Corbier : les enfants vont de l'école maternelle au CP à Saint-Ybard [14], puis au CE1 à l'école élémentaire publique de Saint-Martin-Sepert[14], et enfin du CE2 au CM2 à l'école de Saint-Pardoux-Corbier[14].

Ensuite, les élèves vont au collège Gaucelm-Faidit d'Uzerche[15]. Les lycées les plus proches sont ceux de Brive-la-Gaillarde[15],[16] et ceux de Tulle[15],[16].

Cultes[modifier | modifier le code]

Pour le culte catholique, Saint-Ybard dépend du diocèse de Tulle, et fait partie de l'ensemble inter-paroissial d'Uzerche-Vigeois : le doyenné de Moyenne Vézère[17].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage était de 16 137 €, ce qui plaçait Saint-Ybard au 21 501e rang parmi les 31 604 communes de plus de 50 ménages en métropole[18].

Population active[modifier | modifier le code]

La population âgée de 15 à 64 ans s'élevait en 2007 à 372 personnes (330 en 1999), parmi lesquelles on comptait 76,3 % d'actifs dont 73,7 % ayant un emploi et 2,7 % de chômeurs[19].

Le taux d'activité en 2007 est de 49,2 % pour la tranche d'âge 15 - 24 ans , 94,4 % pour la tranche d'âge 25 - 54 ans, et 46,5 % pour la tranche d'âge 55 - 64 ans. En 2007, 77,4 % des hommes sont actifs pour 75,1 % des femmes[19].

En 2007, 31,2 % des actifs de 15 ans ou plus ayant un emploi et résidant dans la commune travaillaient à Saint-Ybard, 59,2 % dans une autre commune de la Corrèze et 7,1 % dans un autre département de la région Limousin[20].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune présente plusieurs sites et monuments remarquables : l'église, les ruines du château de Garaboeuf, la chapelle Saint-Roch, les cascades de Bialet (site classé), le viaduc autoroutier et le viaduc ferroviaire sur la Vézère.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Simone de Beauvoir, qui y passa régulièrement ses vacances étant jeune, chez son grand-père.
  • Hortense Dufour, qui elle aussi passa des vacances dans le village.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason
De gueules au pal de vair, au lambel à cinq pendants d'argent.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Corinne Michel - CRDAP, Rayonnement d'une ville-paysage, Editions Les Ardents Editeurs
  2. « Service d’Administration National des Données et Référentiels sur l’Eau (Sandre) »
  3. « Caractéristiques chiffrées des cours d'eau du Sandre »
  4. « Distance orthodromique », sur lion1906.com.
  5. a, b, c, d, e, f et g Louis Bournazel, Histoire du Pays d'Uzerche Tome 2, Editions Lemouzi n°188bis (2009)
  6. Marcel Villoutreix, Les noms de lieux du Limousin
  7. « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance
  8. Site de la préfecture, consulté le 20 août 2008
  9. « Informations utiles de Condat-sur-Ganaveix ; consulté le 29 juin 2011 », Annuaire des Mairies
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  12. « Évolution et structure de la population à Saint-Ybard en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juin 2011)
  13. « Résultats du recensement de la population de la Corrèze en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juin 2011)
  14. a, b et c (fr) « Écoles publics de la Corrèze », Inspection académique de la Corrèze
  15. a, b et c (fr) « Établissements scolaires publics de la Corrèze », Inspection académique de la Corrèze
  16. a et b (fr) « Établissements scolaires privés de la Corrèze », Inspection académique de la Corrèze
  17. (fr) « Diocèses de Tulle », Église catholique de Corrèze (diocèses de Tulle)
  18. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juin 2011)
  19. a et b « Résultats du recensement de la population - 2007 - Thème : Emploi - Population active (Saint-Ybard) », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juin 2011)
  20. « Résultats du recensement de la population - 2007 - Thème : Formes et conditions d'emploi (Saint-Ybard) », sur site de l'Insee (consulté en 29juin 2011)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :