Saint-Vincent (Italie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Vincent.
Saint-Vincent
Saint-Vincent vu du château d'Ussel
Saint-Vincent vu du château d'Ussel
Nom francoprovençal Sèn-Veuncein
Nom alémanique Finze (Éischemtöitschu)[1]
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Valle d'Aosta-Stemma.svg Vallée d'Aoste 
Province Blason ville It Aoste.svg Aoste 
Syndic Adalberto Perosino
2010
Code postal 11027
Code ISTAT 007065
Code cadastral H676
Préfixe tel. 0166
Démographie
Gentilé Sabin(e)s
Population 4 787 hab. (31-12-2010[2])
Densité 239 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 45′ 00″ N 7° 39′ 00″ E / 45.75, 7.6545° 45′ 00″ Nord 7° 39′ 00″ Est / 45.75, 7.65  
Altitude Min. 550 m – Max. 550 m
Superficie 2 000 ha = 20 km2
Divers
Saint patron Vincent de Saragosse
Fête patronale 22 janvier
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste

Voir sur la carte administrative de Vallée d'Aoste
City locator 14.svg
Saint-Vincent

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Saint-Vincent

Géolocalisation sur la carte : Italie

Voir la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Saint-Vincent
Liens
Site web http://www.comune.saint-vincent.ao.it/Comune/it/Amministrazione/Giunta.aspx

Saint-Vincent est une commune de la Vallée d'Aoste dans le nord ouest de l'Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation de la commune de Saint-Vincent à l'intérieur de la Vallée d'Aoste

.

Saint-Vincent est située entre Aoste à 30 km et Ivrée, au bord de la Doire Baltée. Le territoire de la commune se subdivise en trois grandes zones: le fond de la Vallée, baignée par la Doire, à 440 mètres d'altitude, traversé par l'ancienne ligne de chemin de fer et l'autoroute; la zone plate du bourg qui s'est développé le long de la Via francigena et autour de l'église paroissiale, et enfin la « Montagne ou Coste de Saint-Vincent » [note 1]qui s'étend derrière le bourg jusqu'à 1 565 mètres d'altitude près du col de Joux et même jusqu'au sommet du Mont Dzerbion[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Vincent.

Origine[modifier | modifier le code]

Le nom de Saint-Vincent est lié au patron de la ville : un diacre espagnol Vincent de Saragosse, martyrisé le 22 janvier 304. L'église paroissiale qui lui est dédiée, et qui a été constamment remaniée jusqu'au XXe siècle, repose sur une crypte antérieure à l'an 1000 qui est incluse dans un site archéologique foulllé à partir de 1969 et qui ont permis de mettre à jour des vestiges d'un petit établissement thermal de la fin du IIe siècle ou du début du IIIe siècle [4]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le pape Eugène III, dans une bulle du 26 février 1153 adressée de Rome au prieur bénédictin de Saint-Martin d'Ainay une grande abbaye située à Lyon, cite la paroisse de Saint-Vincent comme déjà existante et en confirme à l'abbé Guichard sa juridiction. D'un point de vue hiérarchique la paroisse de Saint-Vincent ne dépend par directement de l'abbaye lyonnaise mais du prieur de Nus. Les rapports entre se dernier notamment sur la prébende sont parfois conflictuels. Le dernier curé commendataire désigné par l'abbaye d'Ainay est un grand personnage; Georges de Challant[5].


Jusqu'alors contrôlée par le famille des Chenal, Saint-Vincent fait partie le 25 novembre 1261 de la dot d'Alessia, fille de Philippe de Montjovet lorsqu'elle épouse le vicomte d'Aoste Ebal Ier de Challant. Ce dernier concède aux habitants de Saint-Vincent leur première charte de franchises et de privilèges particuliers le 19 décembre 1310[6].

Le 14 juillet 1393 un groupe de 17 chefs de famille avait contracté un accord avec le seigneur Yblet de Challant les autorisant à réaliser un canal permettant de dériver une partie des eaux du glacier du Mont Rose contre paiement de 24 florins d'Or en contrepartie de cette inféodation. Le 10 août suivant d'autres propriétaires s'associent aux précédents afin d'établir un plan d'irrigation. Enfin le 13 mai 1433 les représentants du comte François de Challant signent l'acte définitif avec les délégués de la population qui prévoit la répartition des journées d'eau entre les 88 utilisateurs, le mardi étant réservé aux domaines du comte. Le consortium d'habitants qui gère encore, de nos jours, ce canal de 25 km nommé «  Courtaud » (ou Courtod) [note 2] est le plus ancien organisme public de Saint-Vincent[7].

Le 10 février 1438 le fief de Saint-Vincent est cédé à la Maison de Savoie [note 3]. Il restera dans le « Domaine direct » de la couronne savoyarde jusqu'en 1586. Le futur duc Louis Ier de Savoie accorde au bourg la 13 août 1444 le droit de tenir un marché hebdomadaire. Les représentants des habitants de Saint-Vincent, qui avaient bénéficié le 19 mars 1422 d'une inféodation par le comte François de Challant, signent le 16 mai 1502 un « Acte de reconnaissance » des droits du duc de Savoie Philibert II[8]

Depuis la fin du XVIe siècle[modifier | modifier le code]

Le 1er mars 1586 Charles Emmanuel Ier de Savoie inféode Saint-Vincent à Claude de Challant († 1590) du rameau des Challant-Fénis de la Maison de Challant. Ce dernier n'eut de son union avec Bonne de Savoie-Racconis qu'une fille survivante, Paule, épouse de Louis Solar, 2e comte de Macello et comte de Moretta. Le couple obtient le fief le 6 mai 1598. Par un acte entériné par la Chambre des Comptes le 10 mai 1613, il s'en déssaisit contre une partie du marquisat de Dogliani en Piémont.

Dès le 13 août 1613 le sieur Charles fils d'Antoine Perron d'Ivrée, anobli par Charles Emmanuel Ier en 1600, acquiert le fief de Saint-Vincent. Il en est investi par la Cour des Comptes le 19 août 1619[9]. Son descendant direct, le comte Charles-François-Balthazard Perron [note 4] cède le 13 octobre 1748 pour 15 000 lires les derniers droits féodaux à la communauté de Saint-Vincent [note 5].

Le Cadastre Sarde de la paroisse de Saint-Vincent, commencé en 1767 et terminé le 13 novembre 1771, dressé par les estimateurs Joseph Savey de Chambéry, Edme Quillot et Claude Munier de Moûtiers assistés des « prud'hommes » Étienne-Constantin Besenval de la paroisse de Saint-Étienne et Barthélemy Malluquin de la paroisse de Gignod et Joseph Blanc de celle de Saint-Martin des Aymavilles relève 21 189 parcelles et donne la liste des 618 propriétaires fonciers contribuables, issus de 144 foyers[10], pour une population totale de 1 846 habitants recensés en 1782.

Pendant l'été 1770 un prêtre de Saint-Vincent, Jean-Baptiste Perret (1714-1796), découvre les vertus curatives de l'eau d'une source riche en bicarbonate, acide carbonique, sulfate de sodium et chlorures. Il achète la source et en fait cadeau à la Paroisse qui acquiert en 1808 le terrain. L'ensemble est vendu à la commune en 1820. Cette source dénommée « Fons Salutis  » est à l'origine des « Thermes de Saint-Vincent ». Pendant la période fasciste le nom de la ville fut italianisé en « San Vincenzo della Fonte » de 1939 à 1946.

Du 30 septembre au 5 octobre 1952 s'est tenu à Saint-Vincent une session d'études internationales sur la « Fédération européenne et le problème de la démographie » [11].

Au 31 décembre 2010, Saint-Vincent était la quatrième commune de la Vallée d'Aoste juste derrière Châtillon et Sarre pour le nombre d'habitants après Aoste.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Vincent

Les armoiries et le gonfalon de la commune de Saint-Vincent ont été approuvés par un décret du président de la République du 2 mars 1984. Elles sont les suivantes : De gueules à la statue de bois de saint Maurice, armé de toutes pièces et tenant de la main dextre une lance munie d'une banderole et de la sénestre un bouclier au naturel, accompagné de trois croissants montants d'argent ; au chef de sable à la croix tréflée d'argent[12],[13].

Économie[modifier | modifier le code]

Saint-Vincent fait partie de la communauté de montagne Mont-Cervin.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme représente la source principale de revenus de la ville. Les Thermes de Saint-Vincent attirent de nombreux curistes, et le Casino de la Vallée, géré par le Conseil de la Vallée, dote d'une rente confortable les finances régionales.

Le palais Saint-Vincent, situé rue des Martyrs de la liberté et géré par le Casino de la Vallée, est la majeure structure indoor de la Vallée d'Aoste. C'est la deuxième structure pour concerts après l'Arène de la Croix-Noire avec 1 600 places assises et 2 000 places debout. Le palais est utilisé également en tant que cinéma.

Culture[modifier | modifier le code]

La ville de Saint-Vincent dispose de trois petits musées :

  • le musée de minéralogie et de paléontologie « Cénacle Italo Mus », créé en 1980 et situé au premier étage de l'ancien Hôtel de Ville, rue du pont romain, qui présente 650 morceaux de cristal provenant du monde entier et une vitrine particulièrement consacrée aux minéraux valdôtains. De plus, 170 pièces fossiles y sont exposées ;
  • le musée d'art pastoral, situé au rez-de-chaussée du même édifice ;
  • le musée d'art religieux, créé en 1983 où se trouve la statue de saint Maurice, grandeur nature, provenant de l'église du hameau Moron, figurant dans les armoiries de la commune.

Saint-Vincent possède également les restes d'un « pont romain », enjambant le torrent Cillian, partiellement effondré en 1839 (arcade centrale) et en 1908 (arc ouest). Près du pont romain se situe le géosite de Tsailleun.

Personnalités liées à Saint-Vincent[modifier | modifier le code]

Événements[modifier | modifier le code]

À Saint-Vincent est décerné depuis 1948 le prix Saint-Vincent du journalisme, le premier prix italien dans ce domaine.

Fêtes, foires[modifier | modifier le code]

Outre le marché hebdomadaire confirmé par le duc Amédée IX de Savoie le 23 mai 1465, Saint-Vincent bénéficie également d'une foire au bétail de printemps depuis le 25 novembre 1783[14].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Sport[modifier | modifier le code]

L'équipe de football locale est l'Association sportive Mont-Cervin football (couleur bleu et grenade), évoluant en première catégorie et disputant ses match au stade Perucca (3 500 places).

Dans cette commune se pratiquent également le tsan et le palet, deux des sports traditionnels valdôtains.

Administration depuis 1900[15][modifier | modifier le code]

Les syndics successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1900 1902 Pierre-Antoine Chentre    
1903 1905 Jean-Célestin Camos    
1906 1908 Agostino Rolando    
1909 1909 Luciano Crosa    
1910 1910 Nino Dore    
1911 1912 Luciano Ugo    
1913 1914 Adriano Artaz    
1915 1920 Luciano Crosa    
1921 1923 Élie Page    
1924 1924 Benvenuto Chiorando    
1925 1925 Émilien Lavanche    
1926 1928 Mario Borella    
1929 1931 Luigi Fioretti    
1932 1933 Hector Bordan    
1934 1935 Paolo Berardengo    
1936 1937 Luigi Fioretti    
1940 1940 Celso Accatino    
1941 1941 Giuseppe-Emanuele Camos    
1942 1942 Italo-Jacopo Guerrazzi    
1943 1943 Giuseppe-Emanuele Camos    
1944 1944 Gino Roberti    
1945 1947 Élie Page    
1948 1952 Lorenzo Obert    
1952 1970 Daniele Fosson    
1970 1978 Livio Fournier    
1978 1982 Mario Page    
1982 1982 Eligio Ravet    
1983 1985 Romano Pol    
1985 1990 René Ferré    
1990 1995 Gianfranco Castiglioni    
1995 9 mai 2005 Mario Borgio    
9 mai 2005 24 mai 2010 Sara Bordet Liste civique Avocate
24 mai 2010   Adalberto Perosino Union valdôtaine, Stella Alpina et Fédération autonomiste  
Les données manquantes sont à compléter.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Amay, Amay Lotoz, Bacon, Biègne, Boriolaz, Capard, Chadel, Champbilly, Champcillien, Champ-de-Vigne, Cillian, Clapéaz, Clapéon, Crétamianaz, Crotache, Crovion, Cugnon, Diseille, Écrevin, Feilley, La Fet, Fromy, Gléréyaz, Grand-Rhun, Grun, Jacques, Joux, Linty, Lérinon, Maison-Neuve, Marc, Les Montagnets, Moron, Moron-Charbonnier, Moron-la-Combaz, Moron-Gorris, Moron-Hugonnet, Moron-Toules, Moron-le-Treuil, Les Moulins, Nouarsaz, Orioux, Palud, Pérélaz, Perrière, Petit-Rhun, Planet, Piémartin, Pioule, Le Grand-Pré, Pradiran, Pradiran-Champlan, Pradiran-Gorris, Renard, Romillod, Romillod-Capard, Romilod-Crotache, Le Ronc-Dessous, Le Ronc-Dessus, Salirod, Teinsod, Torrent-Sec, La Tour-des-Rosset, Valmignanaz, Valpélanaz, Valère, Verney[16]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Ayas, Brusson, Châtillon, Émarèse, Montjovet

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Habitants recensés


Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. J-B De Tillier dans son Historique de la Vallée d'Aoste p. 229 évoquait déjà les deux dernières zones : « Saint-Vincent était autrefois unes des bourgades du pays des plus grandes et mieux bâties sur la grande route entre Châtillon et Montjovet...elle est à présent bien déchue. Quantité de masures ...que les particuliers dudit lieu ont abandonnées pour s'aller établir à la coste de cette terre, sont encore les tristes marques de ce qu'elle a souffert durant les guerres de...1600 et 1630... »
  2. du latin rivus c'est-à-dire ruisseau; Il se composait en fait d'un commun qui se divisait en trois segments le Rû dit A à partir de Perrière, le Rû dit B depuis Amay et le Rû dit C qui desservait les localités voisines de Sommarèse, Érésaz, Émarèse, Chessan et Arbaz.
  3. avec les châteaux de Chenal et de Montjovet ; le produit de la vente sera utilisé pour doter les filles de François de Challant
  4. fils de Charles-Frédéric Perron († 1720) et de Margueritte de Provanne († 1728) il était « Baron de Quart, seigneur de Saint-Vincent et dépendances gentilhomme de la Chambre du Roi et envoyé extraordinaire à la Cour de Pologne »
  5. «  L. 13 600 pour l'extinction de tous les tributs annuels et L. 1 400 lires pour l'extinction des « laods dheus ». Le tout payable à hauteur de L. 3 000 chaque année à compter du 1er janvier 1749 pendant cinq ans avec les intérêts convenus au trois pour cent soit annuellement L. 450 »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michele Musso, Imelda Ronco, D'Eischemtöitschu : vocabolario töitschu-italiano, Walser Kulturzentrum, Gressoney-Saint-Jean, éd. Musumeci, Quart, 1998, p. 299-300.
  2. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  3. Laura Decanale dans Comune di Saint-Vincent: Archivo storico 1393-1963
  4. (it) Sito archeologico chiesa di Saint-Vincent.
  5. (it) & (fr) Joseph-Gabriel Rivolin (ouvrage collectif sous la direction de) Saint-Vincent La vita di una comunità valdostana Tipografia valdostana, Aoste 2014, (ISBN 9788897765141) p. 57-60
  6. Joseph-Gabriel Rivolin Op.cit p. 65-67
  7. Hans von Fels « Les rûs de la Vallée d'Aoste. Le canal d'Ayas » dans Annales Valaisannes n°2-4 1962, republié par le Centre culturel de Challand-Saint-Anselme en 1986
  8. (it) Ezio Emerico Gerbore Frammenti di storia la « reconnaissance » del 1502, Typographie valdôtaine, Aoste, 1993.
  9. Jean-Baptiste de Tillier Historique de la Vallée d'Aoste « Manuscrit de 1742 » Louis Mensio imprimeur-éditeur, Aoste 1887 p. 58-61
  10. Robert Berton, Anthroponomye Valdôtaine « Communauté de montagne du Marmore » Éditions Musumeci, Quart, 1988 p.56-74
  11. B-P J. « Congrès de Saint-Vincent (Italie) ». Dans Population, 7e année, n°4, 1952 p. 782-784
  12. Les Armoiries de la région et des communes de la Vallée d'Aoste, édité par la présidence de la Région autonome de la Vallée d'Aoste. Imprimerie valdôtaine, Aoste, 2008 p. 272.
  13. Armoiries de Saint-Vincent
  14. Victor-Amédée III de Savoie « concède à la commune de Saint-Vincent de tenir une foire au mois de juin de chaque année. » Commune de Saint-Vincent, Archive historique. Rapports avec la Maison de Savoie et les comtes de Moretta et Perron, document: 15/1.
  15. Chronologie - Site officiel de la commune de Saint-Vincent.
  16. « Dénomination officielle » Bulletin officiel de la Région autonome Vallée d'Aoste n°27 du 7 juillet 2009 p. 3082-3084 .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Commune de Saint-Vincent (ouvrage collectif) Saint-Vincent entre histoire, tradition, souvenir et renouveau (2002). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) & (fr) Joseph-Gabriel Rivolin (ouvrage collectif sous la direction de) Saint-Vincent La vita di una comunità valdostana Tipografia valdostana, Aoste 2014, (ISBN 9788897765141) 287p. 
  • Chanoine André Dominique Noussan Fragments d'Histoire Valdôtaine Imprimerie Catholique Aoste (1906) « Extinction des Censes dans la Seigneurie de Saint-Vincent » p.68-80. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) Pier-Giorgio Crétier, Mulini e Torchi a Saint-Vincent Imprimerie valdôtaine, Aoste (1994)
  • (it) Pier-Giorgio Crétier, L'oro dei Sabins (roman), Saint-Vincent (2003)
  • (it) Giuseppe Ciardullo, ...« saranno fucilati ». Episodi della lutta di liberazione sul territorio di Saint-Vincent e dintorni (1943-1945). Typographie paroissiale, Issogne (2004).
  • Lin Cossard, Saint-Vincent Musumeci éditeur, Quart (1984) (ISBN 8870321959). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (it) Ezio Éméric Gerbore, Frammenti di storia : la « reconnaissance » del 1502, Typographie valdôtaine, Aoste, 1993.
  • (it) Vincent Gorris, I Figli di Saint-Vincent (1933), réédition par Imprimerie valdôtaine, Aoste (2007)
  • (it) Aldo Hosquet, La Chiesa di Saint-Vincent attraverso i secoli, Imprimerie valdôtaine, Aoste (1974). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Hans von Fels « Les rus de la Vallée d'Aoste. Le canal d'Ayas » dans Annales valaisannes n°2-4 1962, republié par le centre culturel de Challand-Saint-Anselme en 1986.Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :