Saint-Valérien (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Valérien.
Saint-Valérien
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Bas-Saint-Laurent
Comté ou équivalent Rimouski-Neigette
Statut municipal Municipalité de paroisse
Maire
Mandat
Robert Savoie
2013 - 2017
Constitution 19 juin 1885
Démographie
Gentilé Valérienois, oise
Population 914 hab. (2014)
Densité 6,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 20′ 00″ N 68° 40′ 00″ O / 48.333338, -68.66667248° 20′ 00″ Nord 68° 40′ 00″ Ouest / 48.333338, -68.666672  
Superficie 14 492 ha = 144,92 km2
Divers
Code géographique 10060
Localisation
Localisation de Saint-Valérien dans Rimouski-Neigette
Localisation de Saint-Valérien dans Rimouski-Neigette

Géolocalisation sur la carte : Bas-Saint-Laurent

Voir sur la carte administrative du Bas-Saint-Laurent
City locator 14.svg
Saint-Valérien

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Valérien

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Saint-Valérien
Liens
Site web http://www.municipalite.saint-valerien.qc.ca

Saint-Valérien est une municipalité de paroisse de la province de Québec, au Canada, située dans la municipalité régionale de comté de Rimouski-Neigette au Bas-Saint-Laurent.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La paroisse de Saint-Valérien est nommée en l'honneur de Valérien de Rome, un martyr[1]. La mission portait le nom de Saint-Tiburce avant celui de Saint-Valérien[1]. Tiburce était le frère de Valérien[1]. De plus, Cécile de Rome, dont la paroisse de Le Bic, Saint-Cécile-du-Bic, est nommée en l'honneur, était l'épouse de Valérien[1].

Les gentilés sont appelés Valérienois et Valérienoises[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Géographie du Québec.

Saint-Valérien est situé sur le versant sud du fleuve Saint-Laurent à 300 km au nord-est de Québec et à 400 km au sud-ouest de Gaspé. Les villes importantes près de Saint-Valérien sont Rimouski à 20 km au nord-est et Rivière-du-Loup à 95 km au sud-ouest. Saint-Valérien est situé à 15 km au sud-est du parc national du Bic. Le territoire de Saint-Valérien couvre une superficie de 149,69 km2[2]. Le territoire est accidenté et son altitude atteint 200 m[1].

La municipalité de paroisse de Saint-Valérien fait partie de la municipalité régionale de comté de Rimouski-Neigette dans la région administrative du Bas-Saint-Laurent[2].

Le territoire de Saint-Valérien comporte de nombreux lacs dont les lacs à Foin, Côté, Vaseux, à la Truite et de la Casette[1]. La rivière Rimouski et la petite rivière Rimouski traversent le territoire de Saint-Valérien[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

Distribution de l'âge en 2006
Population de Saint-Valérien
Année Nombre d'habitants[3],[4]
1996 830
2001 862
2006 835

Selon Statistiques Canada, la population de Saint-Valérien était de 835 habitants en 2006[3]. La tendance démographique des dernières années suit celle de l'Est du Québec, c'est-à-dire une décroissance. En effet, en 2001, la population était de 862 habitants[3]. Ce qui correspond à un taux de décroissance de 3,1 % en cinq ans[3]. L'âge médian de la population est de 41 ans[3].

Le nombre total de logements privés du village est de 424[3]. Cependant, seulement 311 de ces logements sont occupés par des résidents permanents[3]. La majorité des logements de Saint-Valérien sont des maisons individuelles[3]. Le village comporte une épicerie en son entre ainsi qu'un dépanneur[5] dans sa section orientale.

Statistiques Canada ne recense aucun immigrant à Saint-Valérien[3]. 97,6 % de la population de Saint-Valérien a le français en tant que langue maternelle ; le reste a l'anglais[3]. 9 % de la population maitrise les deux langues officielles du Canada[3]. 1,3 % de la population parle seulement anglais[3]. 1,8 % de la population a une identité autochtone[3].

Le taux de chômage dans la municipalité était de 9,6 % en 2006[3]. Le revenu médian des Valérienois est de 18 541 $[3].

41,2 % de la population de 15 ans et plus de Saint-Valérien n'a aucun diplôme d'éducation[3]. 44,1 % de cette population n'a que le diplôme d'études secondaires ou professionnelles[3]. 3,7 % de cette population a un diplôme de niveau universitaire[3]. Tous les habitants de Saint-Valérien ont effectué leurs études à l'intérieur du Canada[3]. Le principal domaine d'études des Valérienois est « l'architecture, le génie et les services connexes »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des familles en provenance de Saint-Thomas-de-Montmagny s'établissent dans la région entre 1840 et 1843[1]. En août 1863, déjà les résidents du rang A Duquesne demandent la permission de bâtir une chapelle sur le rang A Duquesne (rang 6) affirmant qu`ils sont trop éloignés de l`église de Sainte-Cécile-du-Bic pour assister à la messe le dimanche, particulièrement l`hiver. La mission catholique de Saint-Valérien, autrefois connue sous le nom de Saint-Tiburce, est véritablement établie à partir de 1872[1]. La paroisse est érigée canoniquement et créée officiellement civilement en 1885 par détachement de la paroisse de Saint-Cécile-du-Bic[1]. En fait, la paroisse est créée à partir des 4e et 5e rangs du Bic. Ainsi, la paroisse du Bic perd alors environ 800 résidents au profit de Saint-Valérien.

Dates importantes[modifier | modifier le code]

  • 19 juin 1885 : Proclamation officielle de la paroisse de Saint-Valérien;
  • Septembre 1886 : L`abbé Jules Julien Amiot devient le premier curé de la paroisse de Saint-Valérien;
  • 29 octobre 1886 : La première messe est célébrée à Saint-Valérien par l`abbé Jules Amiot;
  • 1888] : Très grosse tempête de neige et de vents violents au début du mois mars;
  • 1888 : Adoption du règlement interdisant la vente de bières;
  • 27 juillet 1924 : Léon Hudon est le premier natif de Saint-Valérien à être ordonné prêtre;
  • Hiver 1960 : Les chemins sont maintenant ouverts toute l'année;
  • 10 octobre 1963 : Adoption du règlement 34 permettant la vente de bière dans les deux épiceries;
  • 15 décembre 1984 : Bénédiction apostolique du pape Jean-Paul II accordée aux paroissiens;
  • 1985 : Fête du 100e anniversaire de la paroisse;
  • 2009 : Première « Fête au village », une initiative de la Corporation de développement de la municipalité
  • 18 au 25 juillet 2010 : Semaine intensive des Fêtes du 125e anniversaire de la paroisse;
  • 24 juillet 2010 : Parade dans le village de Saint-Valérien, messe des retrouvailles et souper des retrouvailles.

Personnalités importantes[modifier | modifier le code]

L'abbé Jules Julien Amiot fut le premier curé de la paroisse de Saint-Valérien.

Jean Moisan fut le premier maire de la municipalité de Saint-Valérien.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé d'un maire de six conseillers élus à tous les quatre ans[2].

Mandat Fonction Nom[2]
2013 - 2017 Maire Robert Savoie
Conseillers
#1 Alain Lachapelle
#2 Jasmin Michaud
#3 Ghislain Blais
#4 Patrique Côté
#5 Jovette Taillefer
#6 Jean-François Beaulieu

De plus, Marie-Paule Cimon est la directrice-générale et la secrétaire-trésorière de la municipalité[2].

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rimouski Rose des vents
Saint-Fabien N
O    Saint-Valérien    E
S
Saint-Eugène-de-Ladrière Saint-Narcisse-de-Rimouski

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Saint-Valérien dans Fiche descriptive de la Commission de toponymie du Québec, page consultée le 22 décembre 2010
  2. a, b, c, d, e et f Gouvernement du Québec, « Répertoire des municipalités - Saint-Valérien », sur Ministère des Affaires municipales, Régions et Occupation du territoire (consulté le 19 février 2011)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t Saint-Valérien dans Profils des communautés de 2006 de Statistiques Canada, page consultée le 22 décembre 2010
  4. Saint-Valérien dans Profils des communautés de 2001 de Statistiques Canada, page consultée le 22 décembre 2010
  5. Un dépanneur est une sorte d'épicerie de quartier au Québec.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sources en ligne[modifier | modifier le code]