Saint-Vaast-d'Équiqueville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Vaast.
Saint-Vaast-d'Équiqueville
L'église Saint-Vaast.
L'église Saint-Vaast.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Canton Envermeu
Intercommunalité Communauté de communes des Monts et Vallées
Maire
Mandat
Daniel Chauvet
2014-2020
Code postal 76510
Code commune 76652
Démographie
Population
municipale
670 hab. (2011)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 49′ 06″ N 1° 15′ 59″ E / 49.8183, 1.266449° 49′ 06″ Nord 1° 15′ 59″ Est / 49.8183, 1.2664  
Altitude Min. 30 m – Max. 182 m
Superficie 14,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Vaast-d'Équiqueville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Saint-Vaast-d'Équiqueville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Vaast-d'Équiqueville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Vaast-d'Équiqueville
Liens
Site web http://www.saintvaastdequiqueville.fr

Saint-Vaast-d'Équiqueville est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie. Ses habitants sont les Équiquevillais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Vaast-d'Équiqueville est situé à l'extrémité nord-ouest du pays de Bray, dans la vallée de la Béthune, Saint-Vaast étant situé sur la rive droite et Équiqueville sur la rive gauche. Au nord-est, le territoire communal atteint l'Aliermont alors qu'à l'ouest, il côtoie la forêt du Croc (partie nord de la forêt d'Eawy).
Saint-Vaast est à 10 km d'Envermeu, à 13 km de Londinières et d'Arques-la-Bataille, à 17 km de Neufchâtel-en-Bray, à 20 km de Dieppe, et à 21 km d'Auffay.
Saint-Vaast-d'Équiqueville était située sur la ligne Paris-Dieppe aujourd'hui transformée en Avenue Verte reliant Londres à Paris (tronçon de Forges-les-Eaux à Saint-Aubin-le-Cauf).

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Saint Vaast d'Arras, évêque d’Arras au VIe siècle.

Équiqueville est attesté sous la forme Schechevilla (pron. Skekeville) en 1142-50.

De -ville au sens ancien de « domaine rural », précédé du patronyme scandinave Skeggi « le barbu » que l'on retrouve dans Écuquetot (Eskeketot 1122) et dans Skegby (Angleterre, comté de Nottingham, Schegeby XIe siècle)[1].

L'influence des ducs de Normandie[modifier | modifier le code]

Les premiers ducs de Normandie possédaient la terre d'Équiqueville. C'est dans ses bois et sur ses collines qu'ils venaient chasser au sortir de leurs châteaux d'Arques ou de Bures. Par la suite, la terre d’Équiqueville est donnée par Richard Ier, duc de Normandie, au chapitre de l’église métropolitaine de Rouen, mais une division s’opère plus tard. Le duc épouse Gonnor, belle-sœur d’un garde forestier d’Équiqueville. Il y a alors deux paroisses. La première — Saint-Vaast-d’Équiqueville — reste aux chanoines ; la seconde — Saint-Pancrace-d’Équiqueville — appartient aux moines du prieuré de Longueville. Les religieuses de Saint-Saëns possèdent au XIIIe siècle un manoir et des bois à Équiqueville.

Guerres civiles[modifier | modifier le code]

Le village est brûlé par les Bourguignons en 1472 (ligue du Bien public) et occupé par les Ligueurs le 20 février 1592 lors des guerres de religion.

Fusion des communes[modifier | modifier le code]

Une ordonnance royale décrète le 21 juillet 1824 la fusion des communes de Saint-Vaast-d’Équiqueville et d’Équiqueville.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

  • 5 juin 1940 : bombardement de Saint-Vaast.
  • 8 juin 1940 : l’armée française fait sauter les ponts de la Béthune.
  • 9 juin 1940 : arrivée des troupes allemandes.
  • 15 juin 1940 : occupation des logements chez les habitants et du château jusque début mai 1944.
  • 1941-1942 : pose de câbles et construction de blockhaus.
  • 1943 : construction de nouveaux bunkers et blockhaus, pose de mines dans le village aux alentours du château, dans les cours entre la route du foyer et de la laiterie.
  • 19 mai 1944 : bombardement du château (Kommandantur).
  • 20 mai 1944 : deuxième bombardement du château qui est détruit à l'exception de l'aile gauche.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Saint-Vaast-d'Équiqueville
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 mars 1977 Roger Tételin    
mars 1977 1982 Fernand Gaillardon    
1982 mars 1983 Roger Dupuis    
mars 1983 mars 2001 Gérard Ledoux    
mars 2001 en cours Daniel Chauvet    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 670 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
302 324 314 359 561 522 534 526 536
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
538 529 520 535 536 520 508 511 547
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
470 438 456 434 434 408 414 469 574
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
632 648 552 567 586 562 600 606 670
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Vaast[modifier | modifier le code]

Le retable.

Saint Vaast, patron de l'église, est un évêque d’Arras, mort en 539.

Il subsiste une grande partie de la construction du XIIIe siècle, en particulier les fenêtres du chœur, caractéristiques de cette époque. Le clocher et le transept du midi appartiennent, comme le chœur, à l'ogive primitive mais la nef est romane et doit dater de l'époque de Richard Ier, duc de Normandie.

La chapelle latérale au chœur date du XVe siècle. Lors de sa construction, les grandes ouvertures actuelles ont remplacé d'étroites fenêtres qui perçaient jadis les épaisses murailles.

Le chœur de l'église possède également des boiseries sculptées de l'époque Renaissance, ainsi qu'un retable de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Ce retable est aux armes de l'abbé Terrisse, abbé de Saint-Victor-en-Caux (aujourd'hui Saint-Victor-l'Abbaye), et haut doyen du chapitre métropolitain de Rouen : d'azur, avec un arbre dont les racines sont une ancre, chef de gueules à 3 étoiles d'or à 5 branches et une couronne comtale. Ces armoiries qui sont reproduites de chaque côté du retable sont accompagnées de la mitre et de la crosse abbatiales.

À noter que la plus petite des cloches de l'église vient de Ricarville, dont l'église a été démolie dans la première moitié du XIXe siècle.

Maison du Doyen[modifier | modifier le code]

Le doyen du chapitre, bienfaiteur, confère de plein droit à la cure de Saint-Vaast. Ce dignitaire possède dans la paroisse un manoir ou manse décanale. Dans la ferme dite « du Doyenné » sont conservées des dépendances de l'ancien manoir, appelé Maison du Doyen et datant de 1657. La propriété conserve également un puits d'eau potable, comme on en trouvait souvent à l'époque dans chaque exploitation agricole[4].

L'église Saint-Vaast, croquis d'Auguste Durst

Cimetière[modifier | modifier le code]

Présence d'une élégante croix de pierre, qui doit dater de 1605.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Auguste Durst : (18421930) a séjourné de 1902 à 1907 à Saint-Vaast, d'où il ramena de nombreux croquis dont-celui-ci représentant l'église. Pendant cette période, il partagea sa vie entre son hôtel particulier de Puteaux et sa maison de Saint-Vaast.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire, Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, éd. Picard 1979. p. 70 et 73.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. « Saint-Vaast-d'Équiqueville », dans Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France »,‎ 1997, 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]