Saint-Sulpice-de-Faleyrens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Sulpice-de-Faleyrens
Menhir de Peyrefitte
Menhir de Peyrefitte
Image illustrative de l'article Saint-Sulpice-de-Faleyrens
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement Arrondissement de Libourne
Canton Canton de Libourne
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Saint-Émilionnais
Maire
Mandat
Yvan Dumonteuil
2014-2020
Code postal 33330
Code commune 33480
Démographie
Gentilé Saint-Sulpiciens, Saint-Sulpiciennes
Population
municipale
1 470 hab. (2011)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 52′ 31″ N 0° 11′ 21″ O / 44.8752777778, -0.189166666667 ()44° 52′ 31″ Nord 0° 11′ 21″ Ouest / 44.8752777778, -0.189166666667 ()  
Altitude Min. 1 m – Max. 20 m
Superficie 18,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-de-Faleyrens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Sulpice-de-Faleyrens
Liens
Site web Site officiel

Saint-Sulpice-de-Faleyrens est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde (région Aquitaine). Elle est une des huit communes faisant partie de la juridiction de Saint-Émilion qui est classée au patrimoine mondial de l'Humanité par l'Unesco pour son paysage viticole historique qui a survécu intact et est en activité de nos jours.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Saint-Sulpice-de-Faleyrens se trouve près de la Dordogne, au cœur du célèbre vignoble de Saint-Émilion. Elle se situe à environ 40 minutes du centre de Bordeaux, à une heure du bassin d'Arcachon, et à quelques minutes de Libourne. Elle est traversée par la Départementale 19 reliant Libourne à Branne.

La partie sud-ouest de la commune à proximité de la Dordogne, qui la borde sur 10 km, est occupée par un paysage de palud, la partie nord-est est elle occupée par des vignobles produisant du vin d'appellation Saint-Émilion et Saint-Émilion Grand Cru. On peut également trouver des vignes produisant du Bordeaux et Bordeaux supérieurs[1].

Économie[modifier | modifier le code]

L'activité principale de la commune est liée à la viticulture.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1999, au même moment que la Juridiction de Saint-Émilion, la Commune de Saint-Sulpice-de-Faleyrens a été classée au Patrimoine mondial de l’humanité. La commune accueille un des plus anciens témoignages d’occupation humaine de la juridiction: un menhir monumental autour duquel les habitants se réunissent et fêtent depuis des millénaires, et même encore aujourd'hui, le solstice d’été[2].

Son nom fait allusion à l'évêque de Bourges du XVIIe siècle, Saint-Sulpice, et à une communauté religieuse qui privilégiait les lieux champêtres, la faleyre, désignant la fougère en occitan[3].

Du Xe au XVIIIe siècle une unique institution, la Jurade, administrait l’ensemble de l'ancienne juridiction de Saint-Émilion actuellement c'est la Communauté de Communes qui gère le territoire ainsi que les municipalités des 8 communes la constituant. Tandis que la Jurade est devenue l’ambassadrice du vin de Saint-Emilion à travers le monde[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 470 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 190 1 208 1 204 1 264 1 267 1 107 1 282 1 200 1 229
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 212 1 204 1 137 1 141 1 114 1 135 1 103 1 115 1 112
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 136 1 180 1 155 1 010 1 061 1 068 1 129 1 094 1 121
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 180 1 219 1 304 1 625 1 613 1 583 1 517 1 508 1 470
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 2008 Georges Bonnefon DVD Président de la Communauté de communes de la Juridiction de Saint-Émilion
Mars 2008 en cours Yvan Dumonteuil DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Depuis le 4 octobre 2007, une zone de protection du patrimoine architectural et urbain (ZPPAUP) couvre l’ensemble du territoire afin de conserver au mieux l’unité architecturale et paysagère de la Juridiction[6].

  • Le menhir de Peyrefitte est le plus grand menhir d'Aquitaine. Il a été classé monument historique en 1889.
  • L’église construite au XIIe siècle. En témoigne encore aujourd’hui son abside romane qui a fait l’objet d’une inscription sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques dès 1925, huit décennies avant que l’église soit classée dans son ensemble monument historique, le 19 août 2008.
  • Les paysages de Saint-Sulpice-de-Faleyrens sont classés au patrimoine mondial de l'UNESCO, comme pour les 7 autres villages entourant la commune de Saint-Émilion car elles offrent un remarquable exemple de paysage de vignoble historique qui nous est parvenu intact, et demeuré en activité jusqu'à nos jours[7].
  • Le château Lescours dont l’ensemble date du XIVe siècle

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2012, le Conseil National des Villes et Villages Fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source: http://www.saintsulpicedefaleyrens.com/situation/geographie.php
  2. Source: http://www.juridiction-saint-emilion.org/presentation/index.php?option=com_content&view=article&id=69&Itemid=57
  3. a et b Source: http://www.saintsulpicedefaleyrens.com/situation/histoire.php
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  6. Dossier de Presse 1999-2009, 10e anniversaire de l'inscription de la Juridiction de Saint-Emilion sur le liste du Patrimoine Mondial de l'Humanité au titre des Paysages Culturels
  7. http://whc.unesco.org/fr/list/932
  8. Site des Villes et Villages Fleuris, consulté le 21 février 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :