Saint-Séverin (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Séverin.
Saint-Séverin
Place centrale de Saint-Séverin
Place centrale de Saint-Séverin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton Aubeterre-sur-Dronne
Maire
Mandat
Alain Rivière
2014-2020
Code postal 16390
Code commune 16350
Démographie
Gentilé Saint-Séverinois
Population
municipale
793 hab. (2011)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 50″ N 0° 15′ 16″ E / 45.3139, 0.2544 ()45° 18′ 50″ Nord 0° 15′ 16″ Est / 45.3139, 0.2544 ()  
Altitude Min. 45 m – Max. 134 m
Superficie 14,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de Charente
City locator 14.svg
Saint-Séverin

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de Charente
City locator 14.svg
Saint-Séverin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Séverin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Séverin

Saint-Séverin (Sent Severin en limousin, dialecte occitan) est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Poitou-Charentes).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Saint-Séverin est une commune du Sud Charente limitrophe avec le département de la Dordogne, faisant partie du canton d'Aubeterre-sur-Dronne, située à 8 km au nord-est d'Aubeterre et 38 km au sud d'Angoulême, sur la rive droite de la Lizonne et de la Dronne et à leur confluent.

Le bourg de Saint-Séverin est aussi situé à 10 km au sud-ouest de Verteillac, 10 km au nord-ouest de Ribérac, 13 km au sud-est de Montmoreau, 17 km au nord-est de Chalais, 25 km au sud de Villebois-Lavalette et 39 km à l'ouest de Périgueux[1].

Saint-Séverin est traversé par la D 709, ancienne nationale de Montmoreau à Ribérac et Bergerac, que croise la D 17, route de Villebois-Lavalette à Aubeterre qui longe la Lizonne, puis la Dronne. La D.709 traverse la Lizonne, limite départementale[2].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'habitat est dispersé et la commune comporte de nombreux petits hameaux : le Cuq à l'ouest, le Marchais et sa papeterie au sud-est, l'Oume et la Jarrige, le Breuil au nord, l'Épine à l'est, la Brousse au sud, etc. ainsi que de nombreuses fermes[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Séverin
Montignac-le-Coq Palluaud Bouteilles-Saint-Sébastien
(Dordogne)
Pillac Saint-Séverin Saint-Paul-Lizonne
(Dordogne)
Nabinaud Petit-Bersac, Bourg-du-Bost
(Dordogne)
Allemans
(Dordogne)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le sol est en très grande partie constitué d'un calcaire crayeux du Campanien commun à tout le Sud Charente (Crétacé supérieur) et qui convient bien au vignoble pour la production des eaux de vie de cognac, classé ici dans la zone d'appellation des Bons Bois, à la limite de celle des Bois ordinaires et Bois communs, se trouvant de l'autre côté de la Dronne, dans le canton de Saint-Aulaye, en Dordogne.

Au nord-ouest de la commune, la colline boisée du Peyrat est couverte de dépôts du Tertiaire ou Cénozoïque, sables argileux et galets. Les vallées (Lizonne à l'est et Dronne au sud), sont occupées par des alluvions récentes du Quaternaire, limon mais aussi tourbe[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief est assez vallonné, comme tout le Sud Charente. Le point culminant de la commune est à une altitude de 134 m, situé au Peyrat près du château d'eau. Le point le plus bas est à 45 m, situé en limite sud-ouest au confluent de l'Auzonne et de la Dronne. Le bourg, construit sur une légère hauteur surplombant la vallée de la Lizonne, est à 110 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Séverin a l'exceptionnelle particularité géographique d'être le site de deux lieux de confluence. Tout d'abord, elle domine le site de confluence de la Dronne et de la Lizonne. Ces deux rivières lui servent à l'est et au sud de limite administrative avec le département de la Dordogne tandis que, dans le sud du finage communal, l'Auzonne, venant de l'ouest, se jette aussi dans la Dronne[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Limite dialectale[modifier | modifier le code]

La commune appartient au domaine occitan, et marque la limite avec la langue d'oïl (à l'ouest)[6].

Article connexe : Langues de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Pendant la Révolution, la commune s'est appelée provisoirement Séverin-Lizonne[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Séverin a une longue tradition de moulins à papier, situés sur la Lizonne[8] :

  • moulin de la Barde, quelques vestiges du XVIIe siècle[9]
  • moulin de l'Épine, moulin à papier construit en 1838, puis scierie à partir de 1987[10]
  • moulin du Petit Marchais, construit en 1837 sur un ancien moulin du XVIe siècle[11].
Article connexe : Papeterie en Angoumois.

Le 27 juin 1966, une météorite de 271 kg tombe sur la commune. On en retrouvera huit fragments[réf. nécessaire].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
depuis 2001 en cours Alain Rivière PS Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 793 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 144 1 256 1 299 1 240 1 293 1 302 1 332 1 379 1 396
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 363 1 496 1 278 1 290 1 405 1 258 1 273 1 182 1 114
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 123 1 147 970 968 907 911 872 861 842
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 -
824 721 741 777 731 774 787 793 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2004[14].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 13,6 %, 15 à 29 ans = 17,7 %, 30 à 44 ans = 12,3 %, 45 à 59 ans = 27,7 %, plus de 60 ans = 28,7 %) ;
  • 50,4 % de femmes (0 à 14 ans = 9,8 %, 15 à 29 ans = 13,6 %, 30 à 44 ans = 14,4 %, 45 à 59 ans = 24,7 %, plus de 60 ans = 37,5 %).

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (33,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,6 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

Pyramide des âges à Saint-Séverin en 2007 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
0,5 
10,0 
75 à 89 ans
17,6 
18,2 
60 à 74 ans
19,4 
27,7 
45 à 59 ans
24,7 
12,3 
30 à 44 ans
14,4 
17,7 
15 à 29 ans
13,6 
13,6 
0 à 14 ans
9,8 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Remarques[modifier | modifier le code]

Par sa population, Saint-Séverin est la commune la plus peuplée de son canton et figure parmi les deux communes du canton d'Aubeterre-sur-Dronne à compter plus de 500 habitants, la deuxième étant Saint-Romain.

Économie[modifier | modifier le code]

Saint-Séverin doit sa relative forte population grâce à son industrie papetière où fonctionne la papeterie Ahlstrom (groupe finlandais) qui y occupe 140 personnes[17]. De plus, cette activité industrielle est prolongée par un petit rôle commercial grâce à la présence de petits commerces et de services de proximité variés.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre Pillac et Saint-Séverin. Pillac accueille l'école élémentaire et Saint-Séverin l'école primaire. L'école de Saint-Séverin, située rue des Écoles, comprend une classe de maternelle et deux classes d'élémentaire. Le secteur du collège est Montmoreau[18].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Séverin est une église à coupole qui date initialement du XIe siècle[19].
  • La salle des fêtes
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ribérac », sur Infoterre,‎ 1999 (ISBN 2-7159-1757-0, consulté le 30 décembre 2011)
  6. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris),‎ 1844, 334 p. (lire en ligne), p. 55
  7. Jacques Baudet et Jacques Chauveaud, Bulletins et mémoires, Société archéologique et historique de la Charente,‎ 1986, « Toponymie révolutionnaire en Charente », p. 272-278 [lire sur le site d'André J.Balout (page consultée le 19 juillet 2012)] [PDF]
  8. Jean Combes (dir.) et Michel Luc (dir.), La Charente de la préhistoire à nos jours (ouvrage collectif), St-Jean-d'Y, Imprimerie Bordessoules, coll. « L'histoire par les documents »,‎ 1986, 429 p. (ISBN 2-903504-21-0, notice BnF no FRBNF34901024, présentation en ligne), p. 279
  9. « Moulin de la Barde », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Moulin de l'Epine », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Moulin du Petit Marchais », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Site web de Nandrin
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  15. « Évolution et structure de la population à Saint-Séverin en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 août 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 août 2010)
  17. Le canton d'Aubeterre-sur-Dronne dans France, le trésor des régions
  18. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 20 juillet 2012)
  19. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf,‎ 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 349-350

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]