Saint-Pierre-de-Bailleul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Pierre-de-Bailleul
La mairie.
La mairie.
Blason de Saint-Pierre-de-Bailleul
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Eure
Arrondissement Les Andelys
Canton Gaillon-Campagne
Intercommunalité Communauté de communes Eure-Madrie-Seine
Maire
Mandat
Pascal Jumel
2014-2020
Code postal 27920
Code commune 27589
Démographie
Population
municipale
1 008 hab. (2011)
Densité 159 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 07′ 25″ N 1° 23′ 25″ E / 49.1236, 1.390349° 07′ 25″ Nord 1° 23′ 25″ Est / 49.1236, 1.3903  
Altitude Min. 15 m – Max. 136 m
Superficie 6,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Bailleul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-de-Bailleul

Saint-Pierre-de-Bailleul est une commune française située dans le département de l'Eure en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Avant l'invasion par les Vikings (Xe siècle) de l'actuelle Normandie, Saint-Pierre-de-Bailleul est le centre d'un vaste domaine de l'abbaye Saint-Ouen à Rouen.

L'église primitive de Saint-Pierre-de-Bailleul est fondée par les religieux de St-Ouen sous le patronage des Apôtres St Pierre et St Paul.

Les premiers ducs normands issus des invasions vikings englobent dans leur domaine St-Pierre-de-Bailleul et les territoires alentours. Ce n'est qu'en 1026, que le duc Richard II rend à St-Ouen l'église avec toutes des dépendances. Les religieux reçoivent également des près, des moulins et les meilleurs vignobles du pays[1].

Afin d'entretenir ces terres, des religieux de St-Ouen sont envoyés à Saint-Pierre-de-Bailleul et y fondent le prieuré de Bailleul.

Le Cailloutin était le vin de la vallée de la Seine cultivé sur les versants de la commune et notamment sur la côte du grand moulin.

Pendant les XIIe et XIIIe siècles, le prieuré de Bailleul (appelé également manoir de Bailleul) s'enrichit de nombreuses acquisitions et donations. Un sanctuaire « Notre-Dame-de-Grâce » consacré à la Vierge est implanté à Saint-Pierre-de-Bailleul. C'est le plus ancien dans le bassin de la haute Seine[2]. Les pèlerinages du XIIIe siècle y sont si importants que la paroisse est désignée sous le nom de Grâce et l'église prend le nom de Notre-Dame de Grâce. Aux XIVe et XVe siècles, les dons affluent de toutes parts : le cardinal d'Amboise, archevêque de Rouen et premier ministre de Louis XII, fait ériger trois statues dans l'église Notre-Dame de Grâce, l'une représentant le roi Louis XII, une autre la reine de Bretagne et la troisième le cardinal lui-même[2]. Le deuxième cardinal d'Amboise, neveu du premier, et l'abbaye de St-Ouen font construire la belle église actuelle.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, les religieux ne sont plus présents au prieuré de la Grâce (appelé entre temps baronnie de la Grâce), l'abbaye de St-Ouen donne à bail la ferme et les animaux et le curé de la paroisse reçoit le sixième de toutes les dîmes[1].

Le 16 septembre 1768, Jean-François Bachelet, négociant à Rouen, fonde à Saint-Pierre-de-Bailleul, une école de filles, tenue par des sœurs des écoles chrétiennes.

L'abbaye de St-Ouen conserve son domaine à Saint-Pierre-de-Bailleul jusqu'à la Révolution.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de L'Unité[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Pierre-de-Bailleul

Les armes de la commune de Saint-Pierre-de-Bailleul se blasonnent ainsi :


de gueules à la clef d'or et à l'épée haute du même, posées en sautoir, cantonnées de trois fleurs de lys d'argent en chef et aux flancs et d'une grappe de raisin tigée et feuillée au naturel en pointe

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Pascal Jumel    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 008 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
770 774 777 745 683 724 740 700 679
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
641 600 602 583 531 532 527 487 488
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
463 420 382 414 414 376 422 436 478
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
484 531 624 655 834 935 1 024 1 030 1 005
2011 - - - - - - - -
1 008 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Notre-Dame-de-Grâce.
  • Église Notre-Dame-de-Grâce, appelée également église St Pierre. Elle a été inscrite monument historique par arrêté du 24 novembre 1961[5].
Elle est construite au XIe siècle et reconstruite au XVe siècle (tour). L'édifice est complété aux XVIe et XVIIe siècles (bas-côté nord, façade). Le retable est du début XVIIe siècle.
  • Chapelle Notre-Dame de Grâce, construite sur une des nombreuses sources que l'on peut trouver sur la commune de Saint-Pierre-de-Bailleul ; cette source est dite miraculeuse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Dictionnaire des communes de l'Eure par M. Charpillon
  2. a et b Notice sur l'église et le pèlerinage de Notre-Dame de Grâce - 1868
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  5. « Notice no PA00099568 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]