Saint-Pellerin (Eure-et-Loir)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pellerin.
Saint-Pellerin
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Châteaudun
Canton Cloyes-sur-le-Loir
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Rivières
Maire
Mandat
Paulette Podskocova
2014-2020
Code postal 28290
Code commune 28356
Démographie
Gentilé Pellerinois(e)
Population
municipale
355 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 20″ N 1° 08′ 32″ E / 48.0722, 1.1422 ()48° 04′ 20″ Nord 1° 08′ 32″ Est / 48.0722, 1.1422 ()  
Altitude Min. 126 m – Max. 162 m
Superficie 13,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pellerin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pellerin

Saint-Pellerin est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Arrou Courtalain Châtillon-en-Dunois Rose des vents
Le Poislay N Lanneray
O    Saint-Pellerin    E
S
Droué Boisgasson Langey

Site[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Champchabot, lieu-dit de Saint-Pellerin, est mentionné sous les noms de Champchabot en 1192 et Chanchabot en 1620. Ce lieu-dit est l'un des plus importants de la commune dont le gué était un passage important. En 1856, il comprend 23 maisons avec 64 habitants. Il y avait là un ancien manoir seigneurial mentionné dès 1240 mais qui était déjà en ruine au XVIIIe siècle. Le fief et la justice dépendaient de la seigneurie du Mée. Joachim du Plessis semble être le dernier des seigneurs de Champchabot à avoir résidé sur place. Son testament du 18 septembre 1650 nous donne un aperçu de la vie d'un seigneur campagnard à l'époque.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom d'Isle-sur-Yerre[1].

Au cours du XIXe siècle, le chemin de fer prit une expansion considérable et la gare de Courtalain - Saint-Pellerin était un site ferroviaire important. La population était nombreuse, avec les constructions et les commerces qui en découlaient. Aujourd'hui l'activité est réduite à quelques liaisons TER. Une activité annexe existe (réparations, maintenance des motrices...) et le lieu sert aussi pour le stockage de certaines marchandises.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Louis François Dimier   Avocat
1986 mars 1999 Hubert Quentin    
Mars 1999 en cours Paulette Podskocova    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 355 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
476 461 474 460 606 700 735 762 501
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
503 528 509 484 442 450 468 577 502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
530 585 590 544 578 605 617 506 536
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
454 368 320 305 316 319 351 356 355
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Pellerin », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 5 décembre 2012)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011