Saint-Paul-le-Gaultier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaultier.
Saint-Paul-le-Gaultier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton Fresnay-sur-Sarthe
Intercommunalité Communauté de communes des Alpes Mancelles
Maire
Mandat
Marie Coupard
2014-2020
Code postal 72130
Code commune 72309
Démographie
Gentilé Saint-Paulois
Population
municipale
299 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 17″ N 0° 06′ 15″ O / 48.3214, -0.104248° 19′ 17″ Nord 0° 06′ 15″ Ouest / 48.3214, -0.1042  
Altitude Min. 84 m – Max. 243 m
Superficie 15,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-le-Gaultier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-le-Gaultier

Saint-Paul-le-Gaultier est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 299 habitants[Note 1] (les Saint-Paulois).

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Saint-Paul-le-Gaultier se trouve au sein du parc naturel régional Normandie-Maine et fait partie de la région des Alpes mancelles. La commune est située entre celles de Saint-Léonard-des-Bois et Saint-Georges-le-Gaultier.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Saint-Toutain : col de Saint-Toutain, 236 m.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Paul-le-Gaultier[1]
Gesvres (53),
Averton (53)
Saint-Léonard-des-Bois Saint-Léonard-des-Bois
Saint-Aubin-du-Désert (53) Saint-Paul-le-Gaultier[1] Sougé-le-Ganelon
Saint-Mars-du-Désert (53) Saint-Georges-le-Gaultier Saint-Georges-le-Gaultier

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine de ce village est assez peu connue. Certains disent qu'elle serait due à la division du Pays de Gaultier, aux environs du VIe siècle, en deux paroisses qui sont actuellement Saint-Paul et Saint-Georges. D'autres parlent juste de petits domaines d'exploitations, dont les origines sont incertaines. Plusieurs éléments attestés, la fondation de l'église au XIIe siècle et l'exploitation du moulin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
 ? avril 1998 Paul Jardin - -
avril 1998 mars 2001 Claude Lechat - -
mars 2001 mars 2008 Fernand Bariller - -
mars 2008 actuel Marie Coupard[2] SE -
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 299 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
914 874 962 946 964 1 085 1 085 1 087 1 097
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 082 1 103 1 041 1 002 954 959 941 958 852
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
829 779 775 665 647 627 616 580 567
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
544 488 446 355 264 260 272 273 290
2011 - - - - - - - -
299 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Pierre-et-Saint-Paul : même si sa fondation remonte au XIIe siècle, aucune trace ne le laisse supposer. En effet, cette église a été totalement remaniée au XIXe siècle. Par contre, à l'intérieur elle a su conserver un magnifique retable en bois de la fin du XVIIe siècle.
  • Maison ancienne dite "maison de maître" (propriété privée) : cette maison date de 1781 et serait l'œuvre de l'entrepreneur Jean Leboindre. Sa particularité est d'afficher l'appartenance du premier propriétaire à la franc-maçonnerie. En effet un écusson sur la façade principale présente les insignes du mouvement. On peut également y voir une niche renfermant une statue de saint Jean-Baptiste.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[5].
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. Réélection 2014 : « Les maires élus suite aux élections municipales de mars 2014 », sur le site de la Préfecture de la Sarthe (consulté le 13 avril 2014).
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. Site de l'IGN.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :