Saint-Paul-le-Froid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Paul.
Saint-Paul-le-Froid
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Lozère
Arrondissement Mende
Canton Grandrieu
Intercommunalité Communauté de communes Margeride Est
Maire
Mandat
Christian Pascon
2014-2020
Code postal 48600
Code commune 48174
Démographie
Population
municipale
146 hab. (2011)
Densité 3,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 47′ 33″ N 3° 34′ 19″ E / 44.7925, 3.5719444° 47′ 33″ Nord 3° 34′ 19″ Est / 44.7925, 3.57194  
Altitude Min. 1 154 m – Max. 1 469 m
Superficie 44,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-le-Froid

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-le-Froid

Saint-Paul-le-Froid est une commune française, située dans le département de la Lozère en région Languedoc-Roussillon. Ses habitants sont appelés les Saint-Paulans.

Géographie[modifier | modifier le code]

La rivière Ance du Sud traverse la commune de Saint-Paul-le-Froid.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Saint-Paul-le-Froid[1]
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1846 août 1850 Jacques Marques    
         
janvier 1857 octobre 1870 Pierre Cellier    
         
1891 1903 Antoine Rousset    
1903 1914 Joseph Rambaud    
1914 1919 Antoine Portal    
1919 juillet 1944 Joseph Rambaud    
juillet 1944 septembre 1944 Pierre Monteil    
septembre 1944 1945 Théodore Laroche    
1945 1965 Baptiste Ponsonnaille    
1965 1999 Roger Ponsonnaille    
1999   Christian Pascon    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 146 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
625 810 632 625 694 719 770 742 762
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
730 756 757 724 814 845 859 824 786
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
746 744 772 712 658 617 556 519 464
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
407 343 293 235 221 186 158 154 146
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • le pont des Sept Trous sur l'Ance du Sud naissante
  • la croix de Pasquet
  • la croix de Mas

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le journaliste Gérard Saint-Paul est natif de Pithiviers mais il revient de temps en temps en été à Saint-Paul-le-Froid dans sa maison des Fanjouses.
  • Aimé Avignon (1897-2007), doyen des Français de novembre 2006 à août 2007, y est né.
  • François de Langlade du Chayla (1647-1702), né au château du Chayla-d'Ance, c'est son assassinat au Pont-de-Montvert qui déclenchera la guerre des Camisards.
  • Jacques Mesrine, ex-ennemi public n°1, aurait séjourné dans la maison isolée des Fanjouses en 1977 pour préparer une opération contre la prison de Mende.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. D'après FranceGenWeb.org
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :