Saint-Pardon-de-Conques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Pardon-de-Conques
La mairie (jan. 2010)
La mairie (jan. 2010)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement de Langon
Canton de Langon
Intercommunalité CC du Sud Gironde
Maire
Mandat
Nathalie Charbonnier
2014-2020
Code postal 33210
Code commune 33457
Démographie
Gentilé Perdonnais
Population
municipale
554 hab. (2011)
Densité 83 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 18″ N 0° 10′ 48″ O / 44.555, -0.18 ()44° 33′ 18″ Nord 0° 10′ 48″ Ouest / 44.555, -0.18 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 54 m
Superficie 6,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Saint-Pardon-de-Conques

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Saint-Pardon-de-Conques

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pardon-de-Conques

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pardon-de-Conques
Liens
Site web st-pardon-de-conques.fr/

Saint-Pardon-de-Conques est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Langon située dans le vignoble des Graves sur la Beuve et sur la rive gauche (sud) de la Garonne, à 52 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département et à 6 km à l'ouest de Langon, chef-lieu d'arrondissement et de canton[1].

Les communes limitrophes en sont Castets-en-Dorthe au nord-est, Saint-Loubert à l'est, Bieujac au sud-est, Auros au sud et Saint-Pierre-de-Mons à l'ouest ; sur la rive droite de la Garonne la commune de Saint-Pierre-d'Aurillac s'en trouve au nord.

Communes limitrophes de Saint-Pardon-de-Conques
Saint−Pierre−d'Aurillac
rive droite de la Garonne




Castets-en-Dorthe
Saint-Pierre-de-Mons Saint-Pardon-de-Conques Saint-Loubert
Auros Bieujac

Communications et transports[modifier | modifier le code]

La principale voie de communication routière qui traverse la commune est la route départementale D224 qui mène vers l'ouest à Saint-Pierre-de-Mons puis à Langon et vers l'est à Saint-Loubert et Castets-en-Dorthe et, au-delà, vers La Réole.
L'accès à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) le plus proche est le no 3, dit de Langon, distant de 7 km vers l'ouest.
L'accès no 1, dit de Bazas, à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 18 km vers le sud.

La gare SNCF la plus proche est celle, distante de 6,5 km, de Langon sur la Bordeaux-Sète du TER Aquitaine.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la rivière du Beuve qui se sépare en deux bras au tripoint entre Saint-Pardon, Saint-Loubert et Castets-en-Dorthe, un premier bras qui va vers le nord faisant office de limite territoriale est avec Castets avant de se jeter dans la Garonne et un plus petit, nommé Petit Beuve, partant vers l'ouest, d'abord limite communale avec Saint-Loubert puis traversant la commune d'est en ouest, recevant, près du château des Jaubertes, les eaux du ruisseau de Mondic venant du sud et né sur le territoire communal près du lieu-dit Landirouette, pour finir par faire limite territoriale avec Saint-Pierre-de-Mons et se jeter dans la Garonne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune fait référence au pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, le pardon étant la rémission des péchés recherchée par l'acte du pèlerinage même et le mot « conque » désignant une coquille, signe de reconnaissance du pèlerin.
Une autre hypothèse évoque la légende d’une matrone ayant assisté en Orient à la décollation de saint Jean-Baptiste et trempé un linge dans le sang du saint. Elle dépose le linge dans une conque en argent et le ramène à Bazas. La conque est perdue à l’époque des invasions barbares, puis retrouvée dans l’église de Saint-Pardon-de-Conques[2].

Le nom de la commune est Sent Perdon de Concas en gascon.

Ses habitants sont appelés les Perdonnais[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la paroisse Saint-Pardon-de-Conques (ou des Jauberthes) forme la commune de Saint-Pardon-de-Conques. La commune de Saint-Pardon-de-Conques a été agrandie d'une partie (de la section D) de la commune de Saint-Pierre-d'Aurillac[4].
La susdite section D de la commune de Saint-Pierre-d'Aurillac, nommée Isle-de-Barreau, a été distraite de cette commune et attribuée à Saint-Pardon au début du XIXe siècle, apparaissant pétrusiennne-aurillacoise sur le plan cadastral de 1812[5] et perdonnaise sur le plan cadastral de 1851[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Walter Gruber   ancien professeur de mathématiques
mars 2014 en cours Nathalie Charbonnier    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2014, la Communauté de communes du Pays de Langon ayant été supprimée, la commune de Saint-Pardon-de-Conques s'est retrouvée intégrée à la Communauté de communes du Sud Gironde siégeant à Mazères.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 554 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
400 414 433 368 351 363 379 423 414
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
413 368 359 374 349 374 345 321 336
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
342 312 315 257 261 278 263 241 241
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
247 197 189 235 361 393 472 497 540
2011 - - - - - - - -
554 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 44,5 km pour Bordeaux et 5,5 km pour Langon. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 24 juin 2011.
  2. Saint-Pardon-de-Conques sur le site Visites en Aquitaine du Conseil régional d’Aquitaine, consulté le 11 août 2014.
  3. Nom des habitants de Saint-Pardon-de-Conques sur habitants.fr, consulté le 24 juin 2011.
  4. Historique des communes, p. 57, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 7 avril 2013.
  5. Tableau d'assemblage du cadastre de Saint-Pardon-de-Conques en 1812, consulté le 11 août 2014.
  6. Tableau d'assemblage du cadastre de Saint-Pardon-de-Conques en 1851, consulté le 11 août 2014.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  9. « Inscription du château », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 19 juillet 2010.
  10. « Inscription du pigeonnier », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 9 décembre 2011.