Saint-Mury-Monteymond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Mury-Monteymond
Image illustrative de l'article Saint-Mury-Monteymond
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Domène
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Grésivaudan
Maire
Mandat
Isabelle Curt
2014-2020
Code postal 38190
Code commune 38430
Démographie
Gentilé Murimontois, Chamois
Population
municipale
345 hab. (2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 23″ N 5° 55′ 38″ E / 45.223055, 5.9272222 ()45° 13′ 23″ Nord 5° 55′ 38″ Est / 45.223055, 5.9272222 ()  
Altitude Min. 320 m – Max. 2 600 m
Superficie 11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative d'Isère
City locator 14.svg
Saint-Mury-Monteymond

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique d'Isère
City locator 14.svg
Saint-Mury-Monteymond

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Mury-Monteymond

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Mury-Monteymond

Saint-Mury-Monteymond est une commune française située dans le département de l'Isère en région Rhône-Alpes.

Les 350 habitants de la commune vivent sur une superficie de 11 km² et à une moyenne d'altitude de 700 m[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Forêt communale de Saint-Mury-Monteymond, ONF F19974 [2]
  • Le Mont Saint Mury, 2038m [3]

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Champ Rôti
  • Le Cholet
  • Les Faures
  • Le Martinot
  • La Palud
  • Pré Long
  • Langeanat
  • Le Cochard

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1882, Aristide Bergès réussit à passer une turbine à 1200 ch avec une chute de 480 m2 à La Gorge, limitrophe des communes de Sainte-Agnès et de Saint-Mury-Monteymond, situé au pied du Grand pic de Belledonne. En raison du fort dénivelé le reliant au Lac Blanc, où coule le torrent du Vorz, furent installées les premières conduites forcées.

Ayant bénéficié des travaux d'Aristide Bergès, Saint-Mury-Monteymond, fut le premier village de France à avoir été éclairé par la lumière électrique.

Les habitants de Saint-Mury sont surnommés « Les Chamois » depuis une ancienne loi leur autorisant seuls la chasse au chamois[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Eliane Coche SE maire
2008 en cours Isabelle Curt[1] SE Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 345 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
375 254 260 309 402 398 442 451 417
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
409 402 398 348 396 346 355 326 302
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
297 297 264 263 210 210 193 211 225
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
247 150 150 193 259 314 339 343 345
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • La salle des fêtes
  • L'ancien moulin

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • aucune

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :