Saint-Michel-en-l'Herm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Michel.
Saint-Michel-en-l'Herm
Image illustrative de l'article Saint-Michel-en-l'Herm
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée
Arrondissement Fontenay-le-Comte
Canton Luçon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays né de la mer
Maire
Mandat
Joël Bory
2014-2020
Code postal 85580
Code commune 85255
Démographie
Gentilé Michelais
Population
municipale
2 235 hab. (2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 21′ 19″ N 1° 14′ 51″ O / 46.3552777778, -1.247546° 21′ 19″ Nord 1° 14′ 51″ Ouest / 46.3552777778, -1.2475  
Altitude Min. 1 m – Max. 17 m
Superficie 54,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Saint-Michel-en-l'Herm

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Saint-Michel-en-l'Herm

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Michel-en-l'Herm

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Michel-en-l'Herm

Saint-Michel-en-l'Herm est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vendée en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune dont les terres façonnées par l'agriculture descendent jusqu'au littoral.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte le nom de L'Union-sur-Mer[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Michel-en-l'Herm, ancienne île du golfe des Pictons, est entourée de terres riches conquises sur la mer au cours des siècles.

En 1017, le dernier raid viking contre le Bas-Poitou atteint Saint-Michel-en-l’Herm[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Louis Guinet[Note 1],[3],[4]    
2008 en cours Joël Bory[Note 2],[5] Divers droite retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 235 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
918 832 1 081 1 582 2 295 2 105 2 677 2 841 2 763
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 962 3 139 3 222 2 994 2 991 2 896 2 890 2 826 2 866
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 815 2 879 2 752 2 297 2 258 2 111 2 065 1 879 1 802
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 965 1 898 1 937 1 944 1 999 1 931 1 948 1 958 2 186
2011 - - - - - - - -
2 235 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (35,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 14,3 %, 15 à 29 ans = 14,6 %, 30 à 44 ans = 14 %, 45 à 59 ans = 23,2 %, plus de 60 ans = 33,9 %) ;
  • 51,2 % de femmes (0 à 14 ans = 13 %, 15 à 29 ans = 11,6 %, 30 à 44 ans = 14,6 %, 45 à 59 ans = 24,3 %, plus de 60 ans = 36,4 %).
Pyramide des âges à Saint-Michel-en-l'Herm en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
0,9 
10,1 
75 à 89 ans
13,6 
23,4 
60 à 74 ans
21,9 
23,2 
45 à 59 ans
24,3 
14,0 
30 à 44 ans
14,6 
14,6 
15 à 29 ans
11,6 
14,3 
0 à 14 ans
13,0 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Cette commune est dotée notamment d'une abbaye royale[8],[9], dont les bâtiments appartiennent à la famille Le Roux depuis 1815 (le "Château"). Le maître autel en marbre polychrome de l'actuelle église provient de l'ancienne abbatiale.
  • L'ancienne île de la Dive, aujourd'hui insérée dans les prises, terres de marais gagnées sur la baie de l'Aiguillon. Elle a été le siège d'un prieuré dont il reste les vestiges d'une chapelle.
  • Le musée André Deluol présente plus de 150 œuvres du sculpteur, réalisées de 1929 à 1995.
  • La Réserve naturelle régionale de la Ferme de Choisy est sur le territoire de la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Lancelot Voisin de La Popelinière (vers 1541-1608), homme de guerre et historien protestant, propriétaire du logis de la Dune (ile de Triaize) et ami de l'abbé de Saint Michel en l'Herm.
  • Alfred Le Roux (1815-1880), propriétaire de l'ancienne abbaye, député de la Vendée, ministre de l'agriculture et du commerce sous le Second Empire.
  • Maurice Le Roux (1923-1992), descendant du précédent, compositeur, chef d'orchestre et musicologue.
  • Fernand Neau et Alphonse Gouraud, natifs et habitants de la commune, ont été fusillés au fort du Mont-Valérien le 6 février 1942 pour avoir tenté de sauver de la captivité deux aviateurs britanniques abattus lors d'un bombardement du port de La Pallice, le 24 juillet 1941[10],[11].
  • François Bégaudeau y situe l'action de son roman La Blessure, la vraie.
  • François Bon à consulter sur le site Tiers Livre, y a passé son enfance.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2001.
  2. Réélu en 2014.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Michel Dillange, Les comtes de Poitou, ducs d'Aquitaine : 778-1204, Mougon, Geste éd., coll. « Histoire »,‎ 1995, ill., couv. ill. en coul. ; 24 cm, 303 p. (ISBN 2-910919-09-9, ISSN 1269-9454, notice BnF no FRBNF35804152), p. 61
  3. [1]
  4. [2]
  5. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  7. a et b « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 12 juin 2011)
  8. Michel Dillange - Saint-Michel-en-L'Herm. L'abbaye - pp.101-108, dans Congrès archéologique de France. 151e session. Vendée. 1993 - Société Française d'Archéologie - Paris - 1996
  9. Michel Dillange - Vendée romane. Bas-Poitou roman - pp.28-29 - Éditions Zodiaque (collection "la nuit des temps" n°44) - La Pierre-qui-Vire - 1976
  10. « Les fusillés de Saint-Michel-en-l’Herm »
  11. SGA/Memoire des hommes