Saint-Michel-de-la-Roë

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Michel.
Saint-Michel-de-la-Roë
Image illustrative de l'article Saint-Michel-de-la-Roë
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Mayenne
Arrondissement Château-Gontier
Canton Saint-Aignan-sur-Roë
Intercommunalité Communauté de communes de Saint-Aignan - Renazé
Maire
Mandat
Pierrick Gilles
2014-2020
Code postal 53350
Code commune 53242
Démographie
Population
municipale
245 hab. (2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 52′ 48″ N 1° 07′ 38″ O / 47.88, -1.1272222222247° 52′ 48″ Nord 1° 07′ 38″ Ouest / 47.88, -1.12722222222  
Altitude Min. 57 m – Max. 107 m
Superficie 13,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte administrative de Mayenne
City locator 14.svg
Saint-Michel-de-la-Roë

Géolocalisation sur la carte : Mayenne

Voir sur la carte topographique de Mayenne
City locator 14.svg
Saint-Michel-de-la-Roë

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Michel-de-la-Roë

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Michel-de-la-Roë

Saint-Michel-de-la-Roë est une commune française, située dans le département de la Mayenne en région Pays de la Loire, peuplée de 245 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la Mayenne angevine.

Les villes les plus proches sont situées dans différents départements[1] :

12,2 km, La Guerche-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine)

13,3 km, Renazé et 15,9 km, Craon (Mayenne)

16,8 km, Pouancé (Maine-et-Loire)

La commune est aussi à 18,3 km de la Loire-Atlantique.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Michel-de-la-Roë

Blason de Saint-Michel-de-la-Roë
(blasonnement à compléter)

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge puis sous l'Ancien Régime, le fief de la baronnie angevine de Craon dépendait de la sénéchaussée principale d'Angers et du pays d'élection de Château-Gontier.

Moyen-âge[modifier | modifier le code]

Le chartrier de La Roë rédigea une charte au XVe siècle afin de faire valoir les intérêts du Seigneur de Brécharnon (situé en Saint-Michel), attribuant à son ancêtre Albéric, vivant en 1119, la fondation de la paroisse de Saint-Michel[2].

En 1150, Saint-Michel-de-la-Roë entre dans l'histoire sous le nom de "Sacerdos sancti Michaelis" (prêtre de Saint-Michel), à une époque oùle prêtre de la paroisse naissante, "Herlonius", concédait la "dime des laines" de Saint-Michel aux religieux de la Roë[2].

La Seigneurerie de Saint Michel a ensuite prêté son nom à une famille de chevalerie dont les membres Mathieu et Bernard furent bienfaiteurs de l'Abbaye de la Roë[1].

En 1203, la terre appartenait à la famille de la Jaille, seigneurs de la Rouaudière[2], qui la transmit à la Maison de Scépeaux[1].

Ancien régime[modifier | modifier le code]

Le fief fut réuni dès le XVIe siècle à la terre de Balisson (en Saint Michel) qui possédait un prieuré dépendant de l'Abbaye de la Roë et une chapelle qui abritait une statue de Saint-Aventin que l'on venait invoquer contre les maux de tête[1].

En 1615, des bandes de Huguenots majoritairement normands, se disant être au Prince de Condé, brisèrent le calice dans l'église paroissiale[2].

La commune a dû lutter contre des épidémies en 1769 ainsi qu'au cours de l'hiver 1768-1769[1].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le 20 août 1795, les chouans vinrent tuer Monsieur Lorier, le maire de Saint-Michel, ainsi qu'un certain Monsieur Doisneau[1]. Le 20 septembre 1799, des insurgés vinrent couper l'arbre de la liberté[2].

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Au début du siècle, l'église actuelle, dédiée à l'archange Saint-Michel, vint remplacer un édifice qui présentait originellement "une nef étroite et un chœur avec chevet en abside[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Hubert Chesnel - -
mars 2001 avril 2014 Clotilde Faguer SE Animatrice en maison de retraite
avril 2014[3] en cours Pierrick Gilles SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 245 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
709 672 408 784 610 694 694 742 750
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
714 706 741 708 698 655 642 660 636
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
621 598 587 503 513 487 482 492 471
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
457 438 317 281 230 210 228 231 249
2011 - - - - - - - -
245 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Altitudes, superficie : IGN[6].
  1. a, b, c, d, e, f et g site internet de la commune
  2. a, b, c, d et e Nos blasons et leur histoire, édité par le Syndicat d'initiative du canton de Saint-Aignan-sur-Roë, imprimerie Raynard, 1989.
  3. « Saint-Michel-de-la-Roë (53350) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 11 mai 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  6. Répertoire géographique des communes (http://professionnels.ign.fr/42/produits-gratuits/produits-gratuits-a-telecharger.htm).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :