Saint-Maxent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Maxent
L'église et le monument aux morts vus depuis la place centrale.
L'église et le monument aux morts vus depuis la place centrale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Moyenneville
Intercommunalité Communauté de communes du Vimeu Vert
Maire
Mandat
Bernard Leneveu
2014-2020
Code postal 80140
Code commune 80710
Démographie
Population
municipale
414 hab. (2011)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 25″ N 1° 43′ 49″ E / 50.0069, 1.7303 ()50° 00′ 25″ Nord 1° 43′ 49″ Est / 50.0069, 1.7303 ()  
Altitude Min. 93 m – Max. 118 m
Superficie 6,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Maxent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Maxent

Saint-Maxent est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Un petit château carré aurait existé sur une motte dont les traces ont pu encore être observées au XIXe siècle[1]. Cette « butte circulaire défendue par un fossé » est facilement repérable, sur le plan du cadastre napoléonien, dans une propriété à proximité immédiate (au Nord-Est) de l'église[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 1995 Henry Hazard    
mars 1995 2001 Michel Duchaussoy    
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Bernard Leneveu   Réélu pour le mandat 2014-2020[3], [4]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 414 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
398 440 461 442 467 491 471 496 497
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
475 501 492 482 482 494 502 663 682
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
740 694 709 677 729 557 417 442 449
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
421 417 379 365 365 369 382 378 410
2011 - - - - - - - -
414 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Maxent[7],[8], dont l'entretien (voire la restauration) devenait nécessaire au printemps 2006, comme c'est le cas pour de nombreux édifices religieux dans le département.
Façade de l'église (état en avril 2006)

L'édifice est en pierre, silex et brique. L'assise de ses murs, plus particulièrement du côté de la place, est constituée d'un assemblage en damier de pierre et de silex, comme on le rencontre fréquemment dans le Vimeu.

Le moulin de Saint-Maxent (état en été 2006)
Le moulin de Saint-Maxent (état en été 2006)

Le moulin, datant du XVIe siècle, est un moulin dit sur pivot ou sur pioche. Il est le dernier moulin de Picardie de ce type, complet et d'origine. Il a tout de même connu de nombreuses réparations au fil des années et des siècles, les dernières datant de 2006 après que la foudre l'a frappé, cassant une aile, fendant le pivot central et détruisant l'un des huit pieds.

  • Ancienne voie de chemin de fer[9]

De nos jours la ligne de chemin de fer n'existe plus. Cette ligne faisait essentiellement du trafic FRET en desservant les coopératives mais aussi quelques voyageurs.

L'ancien arrêt se situait au Point kilométrique 22,225 depuis la gare de Longpré-les-Corps-Saints se situant entre Saint-Maxent et Martainneville.

La ligne Longpré-les-Corps-Saints / Gamaches, à voie unique, a été ouverte le 9 mai 1872 et déclassée le 10 novembre 1993, elle desservait :

Longpré-les-Corps-Saints / Bettencourt-Rivière / Airaines / Allery / Wiry-au-Mont / Forceville / Oisemont / Cerisy-Buleux / Martainneville - Saint-Maxent / Vismes-au-Val / Maisnières /Gamaches et Longroy - Gamaches

Ligne Longpré-les-Corps-Saints Longroy-Gamaches.png

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé Joseph Charles Antoine Hoin (1839-1901). Il aurait écrit l'histoire du village, d'après le "Dictionnaire biographique international des écrivains", d'Henri Carnoy[10].

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Prarond, Histoire de cinq villes et de trois cents villages, hameaux ou fermes, 1863, page 43
  2. Plan du Cadastre napoléonien, feuille B2, 1835 - Archives départementales de la Somme
  3. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 27 janvier 2009 (consulté le 17 mars 2009)
  4. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  7. Clochers.org
  8. 40000clochers.com
  9. Source:Fcvnet [1]
  10. "Dictionnaire biographique international des écrivains", sous la direction de Henry Carnoy, Emile Maton secrétaire de rédaction. Imprimerie de l'Armorial Français, Paris, 1902. (4 tomes, voir tome 2 page 159).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]