Saint-Martin-d'Arrossa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.
Saint-Martin-d'Arrossa
L'église Saint-Martin
L'église Saint-Martin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Bayonne
Canton Saint-Étienne-de-Baïgorry
Intercommunalité Communauté de communes de Garazi-Baïgorri
Maire
Mandat
Bernard Arrabit
2014-2020
Code postal 64780
Code commune 64490
Démographie
Gentilé Arrosatar
Population
municipale
487 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 14′ 21″ N 1° 18′ 43″ O / 43.2392, -1.31194444444 ()43° 14′ 21″ Nord 1° 18′ 43″ Ouest / 43.2392, -1.31194444444 ()  
Altitude Min. 100 m – Max. 810 m
Superficie 18,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Saint-Martin-d'Arrossa

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Saint-Martin-d'Arrossa

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-d'Arrossa

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-d'Arrossa

Saint-Martin-d'Arrossa est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Aquitaine.

Le gentilé est Arrosatar[1].

Maisons de Basse-Navarre
Le fronton place libre

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la province basque de Basse-Navarre.

Accès[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-d'Arrossa est desservie par les routes D918 et D948.

La gare d'Ossès - Saint-Martin-d'Arrossa est située sur le territoire de la commune. Elle fait partie de la ligne Bayonne - Saint-Jean-Pied-de-Port.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Dans le bassin versant de l'Adour, la commune est traversée[2] par la Nive et ses affluents, la Nive des Aldudes, le Mindurriko erreka, le Pagaliko erreka, l'Eslanguko erreka et le Lakako erreka (qui conflue sur Saint-Martin-d'Arrossa).

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

  • Agaramundia
  • Exave
  • Eyharce
  • Gaztenarte
  • Lamotainpareta
  • Larrango
  • Urchilo

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mentions anciennes

Le toponyme Saint-Martin-d'Arrossa apparaît[3] sous les formes Sanctus-Martinus d'Ouses et Sainct-Martin de Osses (respectivement 1302 et 1529, chapitre de Bayonne[4]) et Grand-Pont (1793).

Le toponyme Exave apparaît[3] sous les formes Edsave[5] (1235), Ezabe (1513, titres de Pampelune[6]) et Exabe (1675, réformation d'Ossès, B 687, feuillet 2[7]).

Le toponyme Eyharce apparaît[3] sous les formes Eyars[5] (1249) Edsave[5] (1235), Ayarza (1513, titres de Pampelune[6]) et Eyharse (1675, réformation d'Ossès, B687, feuillet 59[7]).

Graphie basque

Son nom basque actuel est Arrosa[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la période de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta le nom révolutionnaire de Grand-Pont[8].

La commune fut réunie à la commune d'Ossès avant 1806 puis redevint indépendante en 1923[8].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à une tour d'or maçonnée et ouverte de sable adextrée d'une masse d'argent posée en bande et accompagnée d'une onde d'argent en pointe[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2001 Bernard Arrabit    
2001 2008 Bernard Arrabit    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Martin-d'Arrossa participe à six structures intercommunales[10] :

Saint-Martin-d’Arrossa accueille le siège du syndicat à vocation scolaire Errobi.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 487 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1926. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
972 894 772 735 690 695 625 511 479
1990 1999 2006 2008 2011 - - - -
415 442 462 468 487 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone de production du vignoble d'Irouléguy et de celle de l'ossau-iraty. L'activité est principalement agricole.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Un camp protohistorique[12] est situé au lieu-dit Lamotainpareta, un autre[13] est visible au lieu-dit Urchilo. Enfin un troisième[14] a été découvert au lieu-dit Gaztenarte ;
  • Un gaztelu zahar se dresse au lieu-dit Larrango ;
  • Les fermes Aintzainia[15], Etxeberria[16], Irungaraia[17] et Pikarenea[18] datent du XVIIe siècle ;
  • La maison Arozagaraia[19] date des XVIIe et XVIIIe siècles ;
  • La maison appelée Villa Anna[20] date des XIXe et XXe siècles ;

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin[21], à campenard, date du XIXe siècle.

Équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement

La commune dispose d'une école primaire.

Divertissement

La commune dispose d'un trinquet, d'un cinéma, d'une bibliothèque et d'une ludothèque.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b - Académie de la langue basque
  2. Notice du Sandre sur Saint-Martin-d'Arrossa
  3. a, b et c Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  4. Chapitre de Bayonne - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  5. a, b et c Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice de présentation de la commune
  6. a et b Titres publiés par don José Yanguas y Miranda
  7. a et b Manuscrits du XVIIIe siècle - Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
  8. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale de Saint-Martin-d'Arrossa », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 14 juillet 2012) .
  9. Guy Ascarat
  10. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 19 juin 2014)
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  12. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le camp protohistorique du lieu-dit lamotainpareta
  13. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le camp protohistorique du lieu-dit Urchilo
  14. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur le camp protohistorique du lieu-dit Gaztenarte
  15. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la ferme Aintzania
  16. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la ferme Etxeberria
  17. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la ferme Irungaraia
  18. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la ferme Pikarenea
  19. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la maison Arozagaraia
  20. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur la maison Villa Anna
  21. Ministère de la Culture, base Mérimée - Notice sur l'église Saint-Martin

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :