Saint-Même-le-Tenu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Même-le-Tenu
L'église.
L'église.
Blason de Saint-Même-le-Tenu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Loire-Atlantique
Arrondissement Nantes
Canton Machecoul
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Machecoul
Maire
Mandat
Hervé de Villepin
2014-2020
Code postal 44270
Code commune 44181
Démographie
Gentilé Ténumémois
Population
municipale
1 148 hab. (2011)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 01′ 17″ N 1° 47′ 38″ O / 47.0213888889, -1.7938888888947° 01′ 17″ Nord 1° 47′ 38″ Ouest / 47.0213888889, -1.79388888889  
Altitude Min. 0 m – Max. 39 m
Superficie 18,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte administrative de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Même-le-Tenu

Géolocalisation sur la carte : Loire-Atlantique

Voir sur la carte topographique de la Loire-Atlantique
City locator 14.svg
Saint-Même-le-Tenu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Même-le-Tenu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Même-le-Tenu
Liens
Site web http://www.saintmemeletenu.fr

Saint-Même-le-Tenu est une commune de l'Ouest de la France, dans le département de la Loire-Atlantique (région Pays de la Loire).

Ses habitants s'appellent les Ténumémois et les Ténumémoises.

Saint-Même-le-Tenu comptait 1 148 habitants au recensement de 2011.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Même-le-Tenu dans le département de la Loire-Atlantique

La commune fait partie de la Bretagne historique, dans le pays traditionnel du pays de Retz et dans le pays historique du Pays nantais.

Saint-Même-le-Tenu est située à 3 km au nord de Machecoul et 25 km au nord de Challans.

Les communes limitrophes sont Sainte-Pazanne, Fresnay-en-Retz, Machecoul, Saint-Lumine-de-Coutais et Saint-Mars-de-Coutais.

Selon le classement établi par l'Insee en 1999, Saint-Même-le-Tenu était une commune rurale non polarisée (cf. Liste des communes de la Loire-Atlantique)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Saint-Même-le-Tenu (dont le nom est attesté anciennement sous la forme Portus Vitraria avant le VIIIe siècle, dans l’Antiquité) vient de Saint Mesmin : les moines du monastère de Micy, appelé Saint-Mesmin-de-Micy (fondé par le roi Clovis au VIe siècle), ont construit une église et un prieuré au VIIIe siècle, et le village a alors pris le nom du saint protecteur de l'église : Saint Mesmin (Sanctus Maximinus), altéré en Saint Même. Le Tenu est le nom de la rivière qui traverse la commune, est attesté sous la forme latinisée Taunacus.

Histoire[modifier | modifier le code]

On retrouve la trace d'un port nommé Portus Vetraria ou Poryus Vitraria pendant l'antiquité, qui, par la suite, deviendra St Même. Le sel produit dans les marais salants de la baie de Bourgneuf et dans le marais breton était transporté sur le Tenu, reliant le golfe de Machecoul à la Loire pour ravitailler, en amont, les monastères prospères de Touraine et d’Orléanais[1].

Au VIIe siècle les religieux de Stavelot-Malmédy dans les Ardennes s'y installent et obtiennent un « droit de tonlieu », sorte de péage ou droit de navigation pour les embarcations naviguant sur la rivière le Tenu[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Coupé : au premier, d'or chaussé de sable, un cerf passant de gueules brochant sur la partition ; au second, d'azur au navire d'argent, la voile chargée d'une croix pattée de gueules.
Commentaires : La partie supérieure du blason est aux couleurs or et sable du blasonnement du pays de Retz : d'or à la croix de sable, rappelant l'appartenance de Saint-Même-le-Tenu au pays de Retz. Blason conçu par l'héraldiste Michel Pressensé.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
 ????  ???? M. Nerrière    
1804  ???? M. Gravouil    
sous l'Empire  ???? Michel Rucher-Bazelais    
 ????  ???? M. de Catuëlan    
 ????  ???? M. Vrignaud   négociant armateur
1830  ???? M. Guilbaud    
1835  ???? Paul Fleury    
sous le Second Empire  ???? Sulpice Guilbaud    
 ????  ???? Gaston de Chevigné   propriétaire
 ????  ???? Louis de Chevigné    
 ????  ???? Aristide Bonneau    
 ????  ???? Philippe Reliquet   médecin
mars 1977 mars 1989 Francis Préneau   agriculteur
mars 1989 mars 2001 Jacques Barré[Note 1]   agent EDF
mars 2001 mars 2008 Gilles Lefeuvre    
mars 2008 en cours Hervé de Villepin[Note 2],[3]   directeur d'exploitation
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Les données concernant 1793 sont perdues.

En 2011, la commune comptait 1 148 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 3],[Note 4].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
379 312 739 742 757 761 776 837 850
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
877 905 883 922 941 1 025 1 062 1 067 1 074
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 056 938 872 863 796 739 713 739 708
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011
697 631 781 870 928 1 100 1 120 1 138 1 148
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5]. Pour le recensement de 1836, archives départementales de la Loire-Atlantique[6], pour le recensement 2004 : base Cassini de l'EHESS.)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,4 %) est en effet inférieur au taux national (22,7 %) et au taux départemental (20,8 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

Pyramide des âges à Saint-Même-le-Tenu en 2009 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90 ans ou +
0,5 
5,2 
75 à 89 ans
5,2 
9,1 
60 à 74 ans
8,7 
21,9 
45 à 59 ans
19,9 
25,3 
30 à 44 ans
24,6 
16,8 
15 à 29 ans
14,9 
21,6 
0 à 14 ans
26,2 
Pyramide des âges du département de la Loire-Atlantique en 2009 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90 ans ou +
1,0 
5,6 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,4 
20,1 
45 à 59 ans
19,7 
21,3 
30 à 44 ans
20,1 
20,1 
15 à 29 ans
18,5 
20,5 
0 à 14 ans
18,3 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Château de Trois Boisselets, construit au XVIIIe siècle par un commerçant nantais. Le château entra ensuite en possession du marquis de Lamballe de la Noué en 1897, qui l'agrandit et qui boisa une partie de la propriété qui faisait environ 170 hectares, en s'étendant en partie sur la commune de Sainte-Pazanne. Le marquis le vendit en 1918 à Joseph Écomard, de Sainte-Pazanne, qui le transmit à sa fille Marie-Joseph épouse de Maître Louis Courtois, notaire à Nantes, puis épouse de Jean-Paul Laurichesse. Il appartient toujours à cette famille.
  • Le Château de la Petite Roche, construit au XIXe siècle pour la famille Avril, et transmis au descendant des Reliquet.
  • Le Château du Pin.
  • La Villa Lavau, et sa ferme modèle à la clissonnaise, construit par la famille Lotz.
  • La Bourière, pavillon d'entrée du Château de Trois Boisselets, dit « La Maison Rose » ; les ancres de cheminées : « M N », pour Marquis Lamballe de la Noue ; construit en 1897.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Gabriel Écomard de Bois-Foucaut, as de l'aviation française, mort pour la France en 1917.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1995.
  2. Réélu en 2014.
  3. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  4. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.shpr.fr/?Les-moines-et-le-sel-de-la-Baie
  2. Patrimoine - Le bourg de Saint-Même sur www.paysderetz.info, consulté le 6 mars 2010.
  3. « Ils ont été élus maires », Dimanche Ouest-France (éd. Loire-Atlantique), no 535,‎ 23 mars 2008, p. 10 (ISSN 1285-7688)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. « Saint-Même-le-Tenu 1836 », sur Archinoë, portail d'indexation collaborative, archives départementales de la Loire-Atlantique (consulté le 31 décembre 2012).
  7. « Résultats du recensement de la population - Saint-Même-le-Tenu - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  8. « Résultats du recensement de la population de la Loire-Atlantique - POP T3 - Population par sexe et âge en 2009 », sur recensement-2009.insee.fr, Insee (consulté le 10 décembre 2012).
  9. Curiosités - La visite du Tenu sur www.paysderetz.info, consulté le 6 mars 2010.