Saint-Luc (Valais)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Luc.
Saint-Luc
Vue aérienne de la station.
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Valais
District District de Sierre
Commune Anniviers
Langue Français
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 19″ Nord 7° 35′ 53″ Est / 46.221945, 7.598048  
Massif Alpes valaisannes
Altitude 1655

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Saint-Luc (Valais)
Blason de l'ancienne commune

Saint-Luc, qui s'appelait encore au début du siècle passé Luc (la forêt), est une localité, une station de sport d'hiver et une ancienne commune de Suisse.

Géographie[modifier | modifier le code]

Territoire de l'ancienne commune de Saint-Luc par rapport au district de Sierre

Le village de Saint-Luc se situe entre 1 500 et 1 800 mètres d'altitude sur la rive droite de la Navisence dans le Val d'Anniviers.

L'ancienne commune de Saint-Luc s'étendait entre 800 m et 1 000 m puis de 1 500 m à 3 000 m d'altitude. Elle était composée de deux localités : Saint-Luc et Niouc. Le territoire de la commune était séparé en deux parties car Niouc était enclavé entre l'ancienne commune de Chandolin, et les communes de Chippis, Sierre et Chalais. Le territoire de la localité de Niouc était situé entre 800 m et 1 000 m d'altitude, tandis que le village de St-Luc avait pour communes limitrophes, les anciennes communes de Chandolin, Ayer et Vissoie. Le territoire de l'ancienne commune s'étendait entre 1 500 m à 3 000 m d'altitude. Il est dominé par le Toûno (en) (dont le sommet atteint 3 018 m). Le point le plus élevé de Saint-Luc se trouve au sommet de la Bella-Tola (en) à 3 025 m d'où l'on jouit d'une vue panoramique extraordinaire au cœur des Alpes : on peut voir la France à l'ouest (massif du Mont-Blanc), l'Italie au sud (Cervin) et même deviner la frontière autrichienne à l'est avec très loin le Piz Bernina.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le centre du village de Saint-Luc en été

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, la commune portait le nom de Luc

Les citoyens de la commune de Saint-Luc ont accepté à 86,6 % le 26 novembre 2006, la fusion avec les cinq autres communes du Val d'Anniviers pour former la nouvelle commune d'Anniviers. Depuis le 1er janvier 2009, la fusion est effective et la commune appartient à Anniviers

Description[modifier | modifier le code]

Saint-Luc est un village de montagne avec son funiculaire qui mène à Tignousa, à 2 100 mètres, où se trouvent l'Observatoire François-Xavier Bagnoud, le chemin des Planètes et, en hiver, ses remontées mécaniques. Son domaine skiable est relié à celui de Chandolin. Le centre de Saint-Luc a été reconstruit en pierre, après que 2 incendies successifs - le 18 janvier 1845 et le 2 juillet 1858[1] - eurent détruit les précédentes constructions en bois.

De plus, il est possible de visiter, en longeant sur 2 km le chemin du pain partant du vieux village, le complexe unique des Moulins à eau du XVIIIe siècle. Ce faisant, vous verrez le majestueux raccard du Tsamplan, perché sur un roc face au vent.

Accès[modifier | modifier le code]

Archive vidéo[modifier | modifier le code]

Localité[modifier | modifier le code]

L'ancienne commune comptait une localité : Niouc. Elle se situe à 902 m. d'altitude

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Le village sert de décor à l'aventure du journaliste Guy Lefranc dans l'album de BD "le Repaire du Loup" de Jacques Martin. Saint-Luc devient "Saint-Loup" mais on reconnait aisément certains lieux du village. En particulier l'hôtel Weisshorn, qui est justement le repaire du loup dans l'album.

Saint-Luc a également servi de décor à la série britannique des années 70 "À skis redoublés"

Un film muet en noir et blanc, tourné en 1923, se passe aussi à Saint-Luc : Visages d'enfants de Jacques FEYDER. (disponible en DVD). Il dépeint l'âme enfantine et ses désarrois.

Liens[modifier | modifier le code]

Interne[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un village en feu de Willy Théler, éd. Monographic, 2008 (ISBN 978-2970049067)