Saint-Louis-en-l'Isle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Louis.
Saint-Louis-en-l'Isle
La mairie de Saint-Louis-en-l'Isle.
La mairie de Saint-Louis-en-l'Isle.
Blason de Saint-Louis-en-l'Isle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Périgueux
Canton Mussidan
Intercommunalité Communauté de communes du Mussidanais en Périgord
Maire
Mandat
Jean-Luc Massias
2014-2020
Code postal 24400
Code commune 24444
Démographie
Population
municipale
263 hab. (2011)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 03′ 38″ N 0° 23′ 29″ E / 45.060556, 0.391389 ()45° 03′ 38″ Nord 0° 23′ 29″ Est / 45.060556, 0.391389 ()  
Altitude Min. 43 m – Max. 127 m
Superficie 2,82 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Louis-en-l'Isle

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de Dordogne
City locator 14.svg
Saint-Louis-en-l'Isle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Louis-en-l'Isle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Louis-en-l'Isle

Saint-Louis-en-l'Isle est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Isle en limites de Sourzac (à gauche) et Saint-Louis-en-l'Isle (à droite).

Localisée à l'ouest du département de la Dordogne, la commune de Saint-Louis-en-l'Isle est bordée à l'est et au sud par l'Isle qui, formant un méandre, la sépare de Sourzac. À l'ouest, la commune est bordée sur un kilomètre par un petit affluent de l'Isle, la Beauronne, qui sert de limite naturelle entre Saint-Front-de-Pradoux et Saint-Louis-en-l'Isle. Le nord du territoire communal fait partie de la forêt de la Double. Avec moins de trois kilomètres carrés, c'est la commune la moins étendue de Dordogne, après Monpazier.

L'altitude minimale, 43 mètres, se situe au sud-ouest, au confluent de la Beauronne et de l'Isle, là où cette dernière quitte la commune et sert de limite entre Sourzac et Saint-Front-de-Pradoux. Le point culminant avec 127 ou 128 mètres[Note 1] se trouve au nord-est, en forêt de la Double, au nord de l'Argillier.

Le bourg de Saint-Louis-en-l'Isle est situé, en distances orthodromiques, quatre kilomètres au nord-est de Mussidan et quatorze kilomètres au sud-ouest de Saint-Astier. Il se trouve à l'intersection des routes départementales 3E5 et 3E10.

La commune est également desservie par la route départementale 3. Elle est aussi traversée par la ligne de chemin de fer de Coutras à Tulle dont les gares les plus proches sont celles de Mussidan et de Douzillac. Au nord, en forêt de la Double, entre Beauronne et Douzillac, le sentier de grande randonnée GR 646 parcourt le territoire communal.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Louis-en-l'Isle
Beauronne Douzillac
Saint-Front-de-Pradoux Saint-Louis-en-l'Isle
Sourzac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune se réfère à saint Louis, roi de France[1], et à l'Isle, principal affluent de la Dordogne et rivière qui arrose le territoire communal[2].

En occitan, la commune porte le nom de Sent Lóis d'Eila[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIIe siècle, le site appartenait à la paroisse de Sourzac qui dépendait de l'abbaye de Charroux. Un acte de paréage est signé en 1308[4] entre l'abbaye et Philippe le Bel, le roi de France, pour y établir une bastide[5]. Son nom latinisé apparaît en 1310 sous la forme Villa franca Sancti Ludovici (« Ville franche de Saint-Louis »). Selon Chantal Tanet et Tristan Hordé, comme il existe plusieurs saints portant le nom de Louis, il est possible, mais non prouvé, que le nom du lieu fasse référence au roi saint Louis, grand-père de Philippe le Bel[6]. Cependant, l'abbé Carles précise que c'est bien le roi de France qui est à l'origine de l'église gothique (« S. Louis en posa lui-même les fondements, en 1269, quand il partait pour la dernière croisade. P. Dupuy, tome 2, page 94 »)[1].

La bastide passa aux mains des Anglais lors de la guerre de Cent Ans. De sa fondation initiale, il ne reste plus au XXIe siècle que l'église[5] et quelques rues qui se coupent perpendiculairement.

La commune porta, au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), le nom de Montagne-Libre-sur-l'Isle-et-Beauronne[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Louis-en-l'Isle a, dès 1790, été rattachée au canton de Mussidan qui dépendait du district de Mussidan. En 1800, les districts sont supprimés et le canton est rattaché à l'arrondissement de Ribérac. Cet arrondissement est supprimé en 1926 et depuis, le canton dépend de l'arrondissement de Périgueux[7].

En 2002, Saint-Louis-en-l'Isle intègre dès sa création la communauté de communes du Mussidanais en Périgord.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1793 1803 Estiene Madylhac    
1803 1810 Georges Lessalles    
1810 1832 Deffarges    
1832 1835 Ch. Chivaille    
1835 1846 Chivaille    
1846 1848 Joseph Courtois    
juin 1848 juillet 1852 Gabriel Madilhac    
juillet 1852 1860 Eymery Urbain Chivaille    
août 1860 juillet 1865 Jérôme Madilhac    
juillet 1865 mars 1866 Marie Victor Émile Limouzin-Lamothe[Note 2]    
mars 1866 octobre 1876 Antoine Bezac    
octobre 1876 1881 Jean Bertet    
janvier 1881 janvier 1885 Léonard Deffarges[Note 2]    
février 1885 1896 Abdon Loisy    
mai 1896 1900 Élie Laforest    
juin 1900 1925 Léonard Chevalier    
mai 1925 1937 Pierre Fraisse    
1937 juillet 1937 Germain Bezac   Adjoint faisant fonctions de maire
juillet 1937 octobre 1944 Émile Coussy    
octobre 1944 mars 1971 Jean Bleynie    
mars 1971 mars 1977 André Piganaux    
mars 1977 mars 1981 Edgard Mayen[Note 3]    
mars 1981 avril 1981 Roland Kossakowski   Adjoint faisant fonctions de maire
avril 1981 mars 1983 Roland Kossakowski    
mars 1983 mars 2001 Jacques Prout    
mars 2001 mars 2014 Jean-Pierre Élie Prout SE Retraité de l'enseignement
mars 2014 en cours Jean-Luc Massias[9]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Saint-Louis-en-l'Isle depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2005, 2010, 2015, etc. pour Saint-Louis-en-l'Isle[10]). Depuis 2006, les autres dates correspondent à des estimations légales. En 2011, Saint-Louis-en-l'Isle comptait 263 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
230 219 266 277 315 279 237 239 244
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
243 243 236 226 218 213 244 198 245
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
207 196 205 200 219 189 194 191 213
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
209 204 241 220 233 224 244 243 261
2011 - - - - - - - -
263 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2012, Saint-Louis-en-l'Isle est organisée en regroupement pédagogique intercommunal (RPI)[12] avec la commune de Sourzac au niveau des classes de maternelle et de primaire. La commune assure les classes de cours élémentaire, les classes de maternelle, de cours préparatoire et de cours moyen s'effectuant à Sourzac.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Au recensement de 1999, la population active totale (actifs + chômeurs) de Saint-Louis-en-l'Isle s'élève à 92 personnes[13]. Le taux d'activité entre 20 et 59 ans y est de 83 %, ce qui place la commune au niveau de la moyenne nationale (82,2 %). On y dénombre 19 chômeurs (20,7 % des actifs, taux bien supérieur à la moyenne nationale 12,9 %). En tout et pour tout, la population comprend 41,1 % d'actifs, 28,6 % de retraités, 16,5 % de jeunes scolarisés et 13,8 % d'autres personnes sans activité[13].

Par rapport aux moyennes nationales, le pourcentage de retraités y est nettement plus important (28,6 % contre 18,2 %) et le pourcentage de jeunes scolarisés y est à l'inverse, sensiblement inférieur (16,5 % contre 25 %).

En 2008[14], la population active totale représente 106 personnes, soit 41,9 % de la population. Le nombre de chômeurs s'est abaissé (13) et le taux de chômage de la population active s'établit à 11,9 %.

Établissements[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2009, la commune compte dix établissements dont quatre au niveau des commerces, transports et services, et trois au niveau de l'administration publique, l'enseignement, la santé et l'action sociale[15].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Située au sud de la forêt de la Double et bordée par l'Isle, la commune représente un grand intérêt pour la faune et la flore locales. Des zones de protection y sont donc délimitées.

Natura 2000[modifier | modifier le code]

Deux sites Natura 2000 sont présents sur le territoire communal.

La vallée de la Beauronne fait partie des vallées de la Double, considérées comme site important par le réseau Natura 2000 pour la conservation d'espèces animales européennes menacées[16]. On peut y trouver notamment la cistude d'Europe (Emis orbicularis), l'écrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes), la loutre (Lutra lutra), le vison d'Europe (Mustela lutreola), le chabot commun (Cottus gobio) ou encore la lamproie de Planer (Lampetra planeri) [16].

Depuis Périgueux jusqu'à sa confluence avec la Dordogne, l'Isle et sa vallée, ensemble de prairies et de cultures, représentent un site très important pour le vison d'Europe ainsi que pour une libellule : le gomphe de Graslin (Gomphus gaslinii). Outre la cistude d'Europe et l'écrevisse à pattes blanches, on y trouve également des aires de reproduction de six espèces de poissons dont des lamproies et des aloses[17].

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Au nord, sur environ un tiers du territoire communal, la frange sud-ouest de la forêt de la Double présente une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) de type 2[18],[19].

Distinctions culturelles[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de celles ayant reçu l’étoile verte espérantiste, distinction remise aux maires de communes recensant des locuteurs de la langue construite espéranto.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Louis-en-l'Isle Blason D’azur à la fasce ondée d’argent accompagnée de trois fleurs de lys d’or, au chef aussi d’azur chargé d’une couronne royale fermée aussi d’or aux joyaux de gueules.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Deux données contradictoires selon le Géoportail : 128 mètres sur la carte et 127 pour la boîte « Communes ».
  2. a et b Démissionnaire.
  3. Décédé en fonctions.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Abbé Carles, Dictionnaire des paroisses du Périgord, éditions du Roc de Bourzac, Bayac, 2004, (réédition à l'identique de celle de 1884 : Les titulaires et patrons du diocèse de Périgueux et de Sarlat), (ISBN 2-87624-125-0), p. 265.
  2. Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 339-340
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 29 mars 2014.
  4. Jean-Luc Aubarbier, Michel Binet, Guy Mandon, Nouveau guide du Périgord-Quercy, p. 283, Ouest-France, 1987, (ISBN 2-85882-842-3)
  5. a, b et c Les bastides du Périgord et leur histoire sur le site dordogne-perigord.com, consulté le 12 mars 2012.
  6. Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, p. 339-340, éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2)
  7. a, b et c Notice communale de Saint-Louis-en-l'Isle sur le site Ldh/EHESS/Cassini, consulté le 12 mars 2012.
  8. Sources : jusqu'en 1846, tableau Saint Louis en l'Isle honore ses maires à la mairie de Saint-Louis-en-l'Isle. Après 1846 : registres de délibérations communales. Documents consultés sur place le 21 mai 2012.
  9. À Saint-Louis-en-l'Isle, Sud Ouest édition Périgueux du 2 avril 2014, p. 20.
  10. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 29 mars 2014)
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  12. École primaire publique à Saint-Louis-en-l'Isle sur le site de l'académie de Bordeaux, consulté le 22 août 2012.
  13. a et b Données Insee compulsées par le journal du Net- Emploi à Saint-Louis-en-l'Isle, consulté le 11 mars 2012.
  14. Insee Chiffres-clés - Emploi -Population active. Consulté le 11 mars 2012.
  15. Chiffres clés - Caractéristiques des entreprises et des établissements sur le site de l'Insee, consulté le 11 mars 2012.
  16. a et b Vallées de la Double sur le site de l'INPN, consulté le 11 mars 2012.
  17. Vallée de l'Isle de Périgueux à sa confluence avec la Dordogne sur le site de l'INPN, consulté le 11 mars 2012.
  18. [PDF] La Double orientale sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 11 mars 2012.
  19. Carte de la ZNIEFF 2651 sur le site de la DIREN Aquitaine, consulté le 11 mars 2012.