Saint-Louis-de-Kent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Louis.
Saint-Louis-de-Kent
La rivière Kouchibouguacsis à Saint-Louis-de-Kent
La rivière Kouchibouguacsis à Saint-Louis-de-Kent
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comté ou équivalent Kent
Statut municipal Village
Maire
Mandat
Danielle Andrée Dugas
2012-2016
Fondateur
Date de fondation
Joseph Babineau
1797
Constitution 9 novembre 1966
Démographie
Population 930 hab. (2011 en diminution)
Densité 465 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 19″ N 64° 58′ 31″ O / 46.738567, -64.9752946° 44′ 19″ Nord 64° 58′ 31″ Ouest / 46.738567, -64.97529  
Superficie 200 ha = 2,00 km2
Divers
Langue(s) Français (officielle)
Fuseau horaire -4
Indicatif +1-506
Code géographique 1308022
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Saint-Louis-de-Kent

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

Voir la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Saint-Louis-de-Kent
Liens
Site web http://www.st-louis-de-kent.ca/

Saint-Louis-de-Kent, ou simplement Saint-Louis, est un village du comté de Kent, à l'est de la province canadienne du Nouveau-Brunswick.

Le village est surnommé le « berceau du drapeau acadien » car celui-ci a été créé par Marcel-François Richard et brodé par Marie Babineau, tous deux originaires du village, en 1884.

Le village comptait 991 habitants en 2001.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Article connexe : Toponymie néo-brunswickoise.

Le village porta le nom de Kouchibouguacsis ou de Petit-Kagibougouette jusque vers 1870, d'après sa position sur la rivière Kouchibouguasis ou Saint-Louis. Le nom actuel est en l'honneur de Louis IX de France[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-Louis-de-Kent est situé à 50 kilomètres au sud de Miramichi. Le village a une superficie de 2,0 km2.

Saint-Louis-de-Kent est limitrophe de Chemin-Canisto à l'est, de la paroisse de Saint-Charles au sud-est et de la paroisse de Saint-Louis à l'ouest et au nord.

le village est généralement considéré comme faisant partie de l'Acadie[2].

Géologie[modifier | modifier le code]

Saint-Louis-de-Kent est situé dans les Appalaches. Le substrat rocheux est composé de conglomérat, d'argilite et de grès gris et rouge datant du Pennsylvanien (il y a 318 à 299 millions d'années)[3]. La totalité du territoire est compris dans une seule formation, la formation de Richibucto[4].

Les dépôts de surface sont généralement composés de tourbe dans les régions ayant un mauvais drainage et de sable, de silt de gravier et d'argile provenant de dépôts laissés par une régression marine. Ils ont une épaisseur de 0,5 à 5 mètres en moyenne[5],[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Saint-Louis-de-Kent a un climat de type continental humide, caractérisé par des étés chauds et des précipitations uniformément réparties sur l'année[6]. Le mois le plus chaud a une température moyenne de 19,3 °C et le plus froid une température de −10 °C. Le parc reçoit 1 200 mm de précipitation dont 300 cm de neige.

La vitesse moyenne des vents est de 22 km/h dans les endroits abrités et de 27 km/h dans les endroits exposés. Ceux-ci proviennent généralement du sud-ouest à l'exception des mois de mars et avril où ils viennent du nord-ouest[6].

Relevé météorologique de Kouchibouguac
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −15,3 −14,3 −8,4 −2 4 9,4 13,2 12,3 7,4 2,3 −3 −10,6 −0,4
Température moyenne (°C) −10 −8,7 −3,2 2,9 10 15,7 19,3 18,3 13 7,4 1,1 −6,3 5
Température maximale moyenne (°C) −4,6 −3,1 2,1 7,7 15,9 21,8 25,2 24,3 18,6 12,2 5,3 −1,6 10,3
Précipitations (mm) 140,5 89,8 111,2 99,5 103,8 84,7 110,8 81,3 84,2 96,2 111,7 126,1 1 239,9
dont neige (cm) 83,1 54,6 52 29,4 2,5 0 0 0 0 1,9 19,8 65,7 309,1
Source : Environnement Canada[7]


Logement[modifier | modifier le code]

Le village comptait 405 logements privés en 2006, dont 380 occupés par des résidents habituels. Parmi ces logements, 78,9 % sont individuels, 0,0 % sont jumelés, 0,0 % sont en rangée, 2,6 % sont des appartements ou duplex, 13,2 % sont des immeubles de moins de cinq étages et 2,6 % sont des immeubles de plus de cinq étages. Enfin, 2,6 % des logements entrent dans la catégorie autres, tels que les maisons-mobiles. 64,5 % des logements sont possédés alors que 35,5 % sont loués. 76,3 % ont été construits avant 1986 et 15,8 % ont besoin de réparations majeures. Les logements comptent en moyenne 5,9 pièces et 0,0 % des logements comptent plus d'une personne habitant par pièce. Les logements possédés ont une valeur moyenne de 105 976 $, comparativement à 119 549 $ pour la province[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Louis-de-Kent est situé dans le territoire historique des Micmacs, plus précisément dans le district de Sigenigteoag, qui comprend l'actuel côte Est du Nouveau-Brunswick, jusqu'à la baie de Fundy[9].

Le village est fondé vers 1800 et les terres sont concédées en 1805[10]. L'agglomération s'agrandit ensuite vers l'amont de la rivière et, notamment, la paroisse de Saint-Louis[10].

En 1825, le territoire est touché par les Grands feux de la Miramichi, qui dévastent entre 10 000 km² et 20 000 km² dans le centre et le nord-est de la province et tuent en tout plus de 280 personnes[11],[12].

L'Académie Saint-Louis est fondée en 1874 par le curé Marcel-François Richard[13]. La Congrégation de Notre-Dame de Montréal fonde un couvent en 1874[14]. L'académie devient un collège en 1876[13]. L'établissement abrite également un relais de la ligne télégraphique entre Québec et Halifax[13]. Le collège est fermé en 1882 par l'évêque James Rogers[13].

La Caisse populaire Saint-Louis est fondée en 1938[15]. L'école Monseigneur Marcel-François-Richard ouvre ses portes en 1978[16]. L'école Marée-Montante est inaugurée en 1996[17]. Le clocher de l'église Saint-Louis-des-Français est réparé en décembre 1997[18].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique de Saint-Louis-de-Kent depuis 1981
1981 1986 1991 1996 2001 2006 2011
1 166 1 101 1 009 1 015 991 960 930
(Sources : [19],[20],[21])


Évolution des langues maternelles (en %) Légende
  •      Français
  •      Anglais
  •      Anglais et français
  •      Autre(s) langue(s)
Sources[22],[23],[24]:

Administration[modifier | modifier le code]

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est formé d'un maire et de 4 conseillers[25]. Tout le conseil précédent a été élu par acclamation le 12 mai 2008[26]. Le conseil municipal actuel est élu lors de l'élection quadriennale du 14 mai 2012[25]. Une égalité de 218 voix entre deux candidats force la tenue d'un second dépouillement le 24 mai, qui accorde une voix de majorité au conseiller Roland Gallant face à Carmen Daigle[25].

Conseil municipal actuel

Mandat Fonctions Nom(s)
2012 - 2016 Maire Daniel Andrée Dugas
Conseillers Roland Gallant, Christine Johnson, Oswald Mazerolle et Howard Vautour.

Conseils précédents

Mandat Fonctions Nom(s)
2008 - 2012 Maire Louis J. Arsenault
Conseillers Carmen Daigle, Roland Gallant, Anthony (Tony) Hébert, Howard Vautour.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
196? 1971 Edmond Bordage[27]    
1971 1998 Louis J. Arsenault[28],[29],[30]    
1998 2004 Arnold Vautour    
2004 2012 Louis J. Arsenault    
2012 en cours Daniel Andrée Dugas    
Les données manquantes sont à compléter.

Commission de services régionaux[modifier | modifier le code]

Saint-Louis-de-Kent fait partie de la Région 6[31], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le 1er janvier 2013[32]. Saint-Louis-de-Kent est représenté au conseil par son maire[33]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[34].

Représentation et tendances politiques[modifier | modifier le code]

Saint-Louis-de-Kent est membre de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick[35].

Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick: Saint-Louis-de-Kent fait partie de la circonscription provinciale de Rogersville-Kouchibouguac, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Bertrand LeBlanc, du Parti libéral. Il fut élu en 2010.

Drapeau du Canada Canada: Saint-Louis-de-Kent fait partie de la circonscription fédérale de Beauséjour. Cette circonscription est représentée à la Chambre des communes du Canada par Dominic LeBlanc, du Parti libéral.

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprise Kent, membre du Réseau Entreprise, a la responsabilité du développement économique[36].

Le siège-social de la Caisse populaire Kent-Nord, membre des Caisses populaires acadiennes, est situé au village. La caisse possède trois succursales, a un actif de 42 millions $ et compte plus de 4 400 membres[15].

Vivre à Saint-Louis-de-Kent[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Saint-Louis-de-Kent compte deux écoles francophones faisant partie du district scolaire #11. L'élémentaire Marée Montante accueille les élèves de la maternelle à la 8e puis l'école secondaire Mgr-Marcel-François-Richard accueille les élèves de la 9e à la 12e année. Plusieurs établissement supérieurs se trouvent dans le Grand Moncton.

Santé[modifier | modifier le code]

Le village bénéficie de deux médecins, d'un foyer de soins et de deux foyers pour personnes âgées. Un centre de santé ainsi qu'un poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick se trouvent à Rexton (17 km) et l'hôpital le plus proche est l'hôpital Stella-Maris-de-Kent, à Sainte-Anne-de-Kent (30 km). Saint-Louis-de-Kent possède un foyer de soins agréés, la Villa Maria.

Eau, communications et énergie[modifier | modifier le code]

Le village est alimenté en eau au moyen de deux puits possédant chacun un réservoir. 150 usagers sont ainsi desservis, les autres utilisent leur propre pompe électrique. La municipalité prépare un plan de protection des champs de captage des puits[37]. Les commerces, les institutions et la plupart des résidences du village et à l'extérieur sont reliées à l'égout municipal. L'eau est traitée dans 2 bassins de sédimentation avant d'être rejetée dans la rivière Saint-Louis. Le système a été rénové en 2005[38].

Le village compte un bureau de poste.

Sports[modifier | modifier le code]

Le village bénéficie du Centre AquaKent. La piscine intérieure, fondée en 1978, est la seule du comté[39]. Saint-Louis-de-Kent organisera la XXXIVe finale des Jeux de l'Acadie, en 2013, conjointement avec Richibouctou[40].

Religion[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Louis-des-Français est une église catholique romaine faisant partie de l'archidiocèse de Moncton.

Médias[modifier | modifier le code]

Les francophones bénéficient du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi que de l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe. Les anglophones bénéficient quant à eux des quotidiens Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean et Times & Transcript, de Moncton.

Autres services publics[modifier | modifier le code]

Le village possède aussi une caserne de pompiers et un brigade composée de 22 volontaires, dont le chef est Maurice Guimond[41]. La Commission des déchets solides Westmorland-Albert collecte les déchets une fois par semaine[42]. Le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est situé à Richibouctou.

Les déchets humides sont placés dans des sacs verts et les déchets secs dans des sacs bleus mais il n'y a pas de recyclage. Il y a deux collectes annuelles de déchets dangereux. L'urbanisme est de la responsabilité de la Commission d’aménagement du district de Kent, située à Richibouctou.

Culture[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Architecture et monuments[modifier | modifier le code]

Article connexe : Architecture acadienne.

Sur la rive nord, au coin de la rue principale et du chemin Desherbiers, se trouve le Berceau du drapeau acadien. Il comprend plusieurs monuments. Une plaque de bronze posée par Parcs Canada commémore Mgr Richard à titre de personnage historique national. Une croix en ciment installée en 1940 commémore l'ancienne église et le Collège Saint-Louis fondé par Mg Richard. Un monument de pierre construit en 1987 rend hommage à Joseph Babineau, fondateur de Saint-Louis-de-Kent. Une plaque rendant hommage à Marie Babineau a été rajoutée à ce monument en 1994. Un banc de pierre et un mât de drapeau sont dédiés à la famille de François et Laurence Babineau. Le site a une importance archéologique car des dépressions dans le sol indiqueraient l'emplacement de l'ancienne église et du premier presbytère[43].

Le parc des Forgerons est en face du Berceau du drapeau acadien, du côté sud du chemin Desherbiers. Il commémore l'emplacement de l'ancienne forge.

Le parc de la grotte et du calvaire est située sur la rive sud, en bordure du pont. C'est un lieu de pèlerinage, où des processions ou des messes sont organisées à chaque année. C'est à cet endroit qu'a eu lieu la levée du drapeau acadien lors du premier congrès mondial acadien en 1994, événement à lequel assistèrent 3000 personnes. Le parc est délimité par un muret en pierres des champs. La grotte construite en 1878 se veut une réplique de la grotte de Massabielle, à Lourdes, et comprend une statue de Sainte-Bernadette agenouillée devant une statue en bronze de la Vierge Marie. Le calvaire, construit en 1882, a un socle de béton recouvert de pierres et comprend trois statues, Jésus sur la croix, Marie et Saint Jean[44]. La maison Brideau est située au 10 542 rue Principale et a été habitée par l'historien Cyriaque Daigle. C'est une maison construite de 1904 à 1905 par Augustin Brideau, illustrant bien l'adaptation du style Foursquare américain dans le style acadien[45]. La forme cubique originale a été agrandi par un second volume aux proportions semblables. La maison a un lambris extérieur en planches à clins, un toit en croupe, une grande lucarne et une galerie.

L'ancienne gare est située au 10 617 rue Principale. L'édifice de deux étages a été construit vers 1885 et a servi jusqu'en 1900, où il a été déplacé sur la glace jusqu'à son emplacement actuel. La gare, maintenant une résidence, conserve certains éléments de l'époque ou le Kent Northern Railway reliait le village à Richibouctou. C'est un édifice de deux étages à charpente de bois, au lambris non peint, aux planches cornières blanches et au toit à pignons.

Le parc des Grands pique-niques est situé au coin de la rue principale et du chemin du Cap. Il commémore un lieu de rencontre communautaire utilisé entre 1870 et le milieu du XXe siècle.

Le pont en bois de Saint-Louis a été construit en 1941 au-dessus de la rivière Kouchibouguasis. Il est lourdement endommagé et le gouvernement provincial propose de le remplacer par une structure en béton. Le maire et une partie de la population s'oppose à ce projet, prétextant qu'il fera perdre son cachet au village et que les travaux détruiront la grotte de Lourdes[46].

Cuisine[modifier | modifier le code]

Article connexe : Cuisine acadienne.

Langue[modifier | modifier le code]

Article connexe : Français acadien.

Selon la Loi sur les langues officielles, Bouctouche est officiellement francophone[47] puisque moins de 20 % de la population parle l'anglais.

Fêtes, traditions et folklore[modifier | modifier le code]

Arts[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Louis Rose des vents
Saint-Louis N Chemin Canisto
O    Saint-Louis-de-Kent    E
S
Saint-Charles

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rayburn 1975, p. 244
  2. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton,‎ 1993 (ISBN 2921166062), p. 141.
  3. a et b Vincent F. Zelazny, Notre patrimoine du paysage : L’histoire de la classification écologique des terres au Nouveau-Brunswick, Fredericton, Ministère des Ressources naturelles du Nouveau-Brunswick,‎ 2007, 2e éd., 404 p. (ISBN 978-1-55396-204-5, lire en ligne), p. 334–335
  4. (en) E.A. Smith, Bedrock geology of central New Brunswick (NTS 21 I and part of 11 L), New Brunswick Department of Natural Resources; Minerals, Policy and Planning Division,‎ 2008 (lire en ligne)
  5. AA. Seaman, « Carte géologique généralisée des dépôt superficiels du Nouveau-Brunswick », sur Ministère des Ressources naturelles et de l'Énergie,‎ 2002 (consulté le 7 août 2009)
  6. a et b « Climat », sur Parcs Canada (consulté le 22 février 2010)
  7. « Normales climatiques au Canada 1971-2000: Kouchibouguac », sur Archives nationales d'information et de données climatologiques (consulté le 22 février 2010)
  8. « Profils des communautés de 2006 - Saint-Louis-de-Kent - Familles et ménages », sur Statistique Canada (consulté le 26 octobre 2009).
  9. (en) Philip K. Bock et William C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, vol. 13, t. 1, Government Printing Office,‎ 1978, 777 p., p. 109-110
  10. a et b Ganong 1904, p. 144
  11. (en) J. Clarence Webster, Historical Guide to New Brunswick, Fredericton, New Brunswick Government Bureau of Information and Tourist Travel,‎ 1942, 119 p., p. 61-62.
  12. (en)« Great Miramichi Fire », sur http://www.gnb.ca/ (consulté le 29 août 2012).
  13. a, b, c et d « Site du Collège Saint-Louis », sur Lieux patrimoniaux du Canada (consulté le 26 octobre 2011)
  14. Nicolas Landry et Nicole Lang, Histoire de l'Acadie, Québec, Éditions du Septentrion,‎ 2001, p. 165.
  15. a et b « Caisse populaire Kent-Nord », sur Caisses populaires acadiennes (consulté le 1er janvier 2010).
  16. (en) John Leroux, Building New Brunswick : An Architectural History, Fredericton, Goose Lane Editions,‎ 2008 (ISBN 978-0-86492-504-6), p. 238.
  17. [PDF] « Francophone Sud », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)
  18. « Il y a déjà 10 ans... », L'Acadie Nouvelle,‎ 8 décembre 2007, p. 40
  19. « 1986 (2A) questionnaire abrégé des provinces aux municipalités », sur Statistique Canada (consulté le 24 octobre 2011).
  20. « Profils des communautés de 1996 - Saint-Louis-de-Kent - Population », sur Statistique Canada (consulté le 25 octobre 2011).
  21. « Profils des communautés de 2006 - Saint-Louis-de-Kent - Population », sur Statistique Canada (consulté le 25 octobre 2011).
  22. « Profils des communautés de 1996 - Saint-Louis-de-Kent - Population page 1 », sur Statistique Canada (consulté le 9 novembre 2011).
  23. « Profils des communautés de 2001 - Saint-Louis-de-Kent - Population », sur Statistique Canada (consulté le 14 novembre 2011).
  24. « Profils des communautés de 2006 - Saint-Louis-de-Kent - Langue », sur Statistique Canada (consulté le 14 novembre 2011).
  25. a, b et c « Élections quadriennales municipales, le 14 mai 2012, Rapport du directeur général des élections municipales », sur Élections N.-B. (consulté le 24 décembre 2013)
  26. (fr) Élections NB - Les résultats non officiels
  27. « Les résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 juin 1969, p. 2 (lire en ligne)
  28. « Résultats des élections municipales et scolaires dans les régions francophones », L'Évangéline,‎ 11 juin 1974, p. 3 (lire en ligne)
  29. « Résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 10 mai 1977, p. 16 (lire en ligne)
  30. « Résultats des élections municipales », L'Évangéline,‎ 13 mai 1980, p. 16 (lire en ligne)
  31. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  32. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1 novembre 2012).
  33. « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  34. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  35. « Liste des municipalités membres », sur Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (consulté le 17 novembre 2011).
  36. « Carte », sur Entreprise Kent (consulté le 8 novembre 2012).
  37. (fr) Saint-Louis-de-Kent - Services municipaux : Distribution d'eau potable
  38. (fr) Saint-Louis-de-Kent - Services municipaux : Épuration des eaux usées
  39. (fr) Bruno Richard, « D’importantes dépenses attendent le Centre AquaKent », dans L'Acadie Nouvelle, 12 décembre 2008 [lire en ligne (page consultée le 12 décembre 2008)].
  40. Stéphane Paquette, « Rendez-vous dans Kent », L'Acadie Nouvelle,‎ 1er novembre 2010 (lire en ligne)
  41. (fr) Saint-Louis-de-Kent - Services municipaux : Protection des incendies
  42. (fr) Saint-Louis-de-Kent - Services municipaux : Déchets ménagers
  43. (fr) Lieux patrimoniaux du Canada - Berceau du drapeau acadien
  44. (fr) Lieux patrimoniaux du Canada - La Grotte et le Calvaire
  45. (fr) Lieux patrimoniaux du Canada - Maison Brideau
  46. (fr) Bruno Richard, « Mobilisation pour sauver le pont de Saint-Louis-de-Kent », dans L'Acadie Nouvelle, 26 février 2009 [lire en ligne (page consultée le 26 février 2009)].
  47. Canada, Nouveau-Brunswick. Loi sur les langues officielles, art. 35, 36, 37, 38 [lire en ligne (page consultée le 15 mars 2011)].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Basque et André Duguay, Histoire du drapeau Acadien, Lévis, Éditions de la Francophonie,‎ 2013, 152 p. (ISBN 978-2-89627-363-8)
    Section sur l'histoire du village
  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1904, 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,‎ 1975