Saint-Lothain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Saint Lothain.
Saint-Lothain
Saint-Lothain vu depuis une des vignes de son vignoble, du vignoble du Jura
Saint-Lothain vu depuis une des vignes de son vignoble, du vignoble du Jura
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Sellières
Intercommunalité Communauté de communes du comté de Grimont
Maire
Mandat
Dominique Michelet
2014-2020
Code postal 39230
Code commune 39489
Démographie
Gentilé Saint-Lothinois, Saint-Lothinoises
Population
municipale
466 hab. (2012)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 34″ N 5° 38′ 43″ E / 46.8261111111, 5.6452777777846° 49′ 34″ Nord 5° 38′ 43″ Est / 46.8261111111, 5.64527777778  
Altitude Min. 242 m – Max. 480 m
Superficie 12,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Lothain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Lothain

Saint-Lothain est une commune viticole traditionnelle française du vignoble du Jura, située à 7 km à l'ouest de Poligny et 15 km au sud-ouest d'Arbois, dans le département du Jura en région Franche-Comté. Baptisée du nom du moine Saint Lautein du VIe siècle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Bersaillin Villerserine Tourmont Rose des vents
Darbonnay
Saint-Lamain
N Poligny
Miéry
O    Saint-Lothain    E
S
Passenans, Frontenay

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village viticole de Saint-Lothain occupe le site de l'ancien village gallo-romain de Silèze, détruit au VIe siècle.

Lautein, ou Saint Lothain, ou Lautenus en latin (v448 à Autun-518 à Saint-Lothain), moine ermite bénédictin de l'abbaye Saint-Symphorien d'Autun, qui vient évangéliser la région de Silèze, ou il convertit de nombreux disciples, fonde les prieuré de Saint-Lothain de soixante moines en 480, et prieuré de Saint-Symphorien de Maximiac de quarante moines, situé à priori à Buvilly à 10 km au nord-est en 490 [1] (expansion du christianisme, expansion du christianisme du Ve siècle au XVe siècle). Le village est rebaptisé de son nom après sa disparition, et conserve son sarcophage et ses reliques[2] dans l'ancienne crypte de l'église de Saint-Lothain.

Le prieuré de Silèze est relevé par l'abbé Bernon de l'abbaye Saint-Pierre de Baume-les-Messieurs (entre autre fondateur de l'abbaye Saint-Pierre de Gigny en 880, puis de l'abbaye de Cluny en 909, ordre de Cluny).

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 2008 Emile Etiévant    
2008 2014 M. Dominique Grand    
2014 en cours M. Dominique Michelet    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 466 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 112 1 144 1 231 1 173 1 265 1 259 1 282 1 244 1 226
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 087 1 105 1 165 1 107 1 035 1 011 1 015 976 973
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
882 901 828 719 655 624 564 573 489
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
462 425 430 396 418 435 417 417 460
2012 - - - - - - - -
466 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges préhistoriques et antiques

Archéologie[modifier | modifier le code]

Architecture civile[modifier | modifier le code]

Architecture religieuse[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Localisation actuelle indéterminée, peut-être Mesmay dans le Doubs.
  2. Brochure sur l'église de Saint-Lothain par Pierre Lacroix.
  3. Journal L'Alsace/Le pays, édition du samedi 5 février 2005.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]