Saint-Livres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Livres
Blason de Saint-Livres
Héraldique
Vue panoramique du village de Saint-Livres
Vue panoramique du village de Saint-Livres
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Morges
communes limitrophes
(voir carte)
Yens, Lavigny, Aubonne, Montherod, Bière
Syndic Henri Bourgeois
Code postal 1176
N° OFS 5435
Démographie
Gentilé Les Saint-Levris
Population 689 hab. (31 décembre 2012)
Densité 85 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 30′ 29″ N 6° 23′ 13″ E / 46.508, 6.387 ()46° 30′ 29″ Nord 6° 23′ 13″ Est / 46.508, 6.387 ()  
Altitude 601 m
Superficie 812 ha = 8,12 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Saint-Livres

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Saint-Livres

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Saint-Livres
Liens
Site web www.st-livres.ch
Sources
Référence population suisse[1].
Référence superficie suisse[2]

Saint-Livres est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de Morges. Ses habitants, au nombre de 564, sont les Saint-Levris[3]. Leur sobriquet est les Ronge-Grugnes[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

C'est un petit village à une altitude comprise entre 450 et 715 m, d'une superficie de 7,9 km² dont 28,5 ha de vignes, bordé par les communes de Montherod, Yens et Lavigny. Il est également délimité par les rivières l'Aubonne à l'Ouest et le Boiron à l'Est. Il est situé à environ 20 km de Lausanne. Le climat est océanique avec des étés tempérés[3].

Économie[modifier | modifier le code]

En plus des vignes, environ 460 ha sont cultivés de céréales, panifiables et fourragères, betteraves sucrières et fourragères, colza, maïs, tournesol par une douzaine d'agriculteurs.

La commune détient également une "annexe" dans le Jura, sur le territoire de la Commune de Bière : il s'agit de la montagne Pré-de-St-Livres qui comprend 110 ha mis à ban et 50 ha réservés à l'estivage des génisses des agriculteurs du village[5].

Les autorités communales[modifier | modifier le code]

La Municipalité[modifier | modifier le code]

Les 5 membres de la Municipalité, élus, ont le pouvoir exécutif pour administrer la commune.

le Conseil communal[modifier | modifier le code]

Les 30 membres du Conseil communal, élus, détiennent le pouvoir délibérant.

Les paroisses[modifier | modifier le code]

Paroisse protestante[modifier | modifier le code]

Église évangélique réformée du Canton de Vaud Paroisse de l'Aubonne

Paroisse catholique[modifier | modifier le code]

Paroisse Aubonne-Bière-Gimel

Histoire de Saint-Livres[modifier | modifier le code]

D'après la légende, le village fut fondé par Saint-Libère, évêque de Rome de mai 352 à septembre 366. Le village se trouvait à l'origine sur le lieu dit « Les Chapelles » et « Le vieux motier ». En 1259, Pierre de Savoie donna la paroisse au couvent du Grand St-Bernard. Un écrit de 1416 mentionne 60 feux. Un autre texte d'archive de 1453 fait état de 35 foyers en raison des épidémies de peste. Entre 1453 et 1457, étant donné que les habitations risquaient de s'effondrer en raison des eaux de l'Aubonne qui avaient attaqué le coteau, les habitants réussirent à déplacer les maisons, l'église et le cimetière à l'emplacement actuel du village. Ces faits sont mentionnés dans un manuscrit qui évoque notamment la grande fête qui eut lieu lors de la consécration de l'église reconstruite le 8 octobre 1457[6].

Monuments[modifier | modifier le code]

Église, reconstruite vers 1457 à son emplacement actuel. À l'origine simple vaisseau rectangulaire. Adjonction d'un chœur polygonal et d'une chapelle en 1966-1967. Vitraux 1935 et 1967[7].

Cure (1717), par Jean-Gaspard Martin[7].

Ecole (1843), par les architectes lausannois Henri Perregaux et Achille de La Harpe[8].

Sociétés locales[modifier | modifier le code]

  • Société de Jeunesse
  • Fanfare
  • Société de gymnastique Dames
  • Société de tir "Les Armes de guerre"
  • École de Musique
  • Tir "Armes de Guerre"
  • Union des sociétés locales
  • Section des Paysannes Vaudoises Yens-St-Livres-Reverolle-Villars-sous-Yens[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidente permanente par commune et origine, Vaud, 1950-2012 », sur Statistiques Vaud (consulté le 23 avril 2013)
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. a et b http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-saint-livres.html
  4. ucv.ch/net/Net_ucv.asp?NumStr=30.01&NoOFS=5435
  5. http://www.morges-tourisme.ch/fr/Campagne/st_livres
  6. http://liberius.net/articles/Le_village_de_Saint-Livres_et_son_eglise.pdf
  7. a et b Guide artistique de la Suisse, Société d'histoire de l'art en Suisse,‎ 2011 (ISBN 978-3-906131-98-6), p. 315
  8. Paul Bissegger, D'ivoire et de marbre. Alexandre et Henri Perregaux ou l'Age d'Or de l'architecture vaudoise (1770-1850), Bibliothèque historique vaudoise, coll. « Bibliothèque historique vaudoise 131 »,‎ 2007 (ISBN 978-2-88454-131-2), p. 337 et suiv.
  9. http://www.st-livres.ch/net/Net_st-livres.asp?NoOFS=5435&Sty=&NumStr=50.10