Saint-Laurent-de-Mure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Laurent.
Saint-Laurent-de-Mure
Église paroissiale de Saint-Laurent-de-Mure
Église paroissiale de Saint-Laurent-de-Mure
Blason de Saint-Laurent-de-Mure
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Meyzieu
Intercommunalité Communauté de communes de l'Est Lyonnais
Maire
Mandat
Christiane Guicherd
2014-2020
Code postal 69720
Code commune 69288
Démographie
Population
municipale
5 297 hab. (2011)
Densité 284 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 11″ N 5° 02′ 44″ E / 45.6863888889, 5.0455555555645° 41′ 11″ Nord 5° 02′ 44″ Est / 45.6863888889, 5.04555555556  
Altitude Min. 227 m – Max. 313 m
Superficie 18,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Mure

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Mure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Mure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Laurent-de-Mure
Liens
Site web www.ville-saint-laurent-de-mure.fr/

Saint-Laurent-de-Mure est une commune française, située dans le département du Rhône en région Rhône-Alpes. Elle fait partie des communes dites de l'Est lyonnais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Laurent-de-Mure
Saint-Bonnet-de-Mure Colombier-Saugnieu Colombier-Saugnieu
Saint-Bonnet-de-Mure Saint-Laurent-de-Mure Satolas-et-Bonce
Saint-Pierre-de-Chandieu Saint-Pierre-de-Chandieu Grenay

Histoire[modifier | modifier le code]

On y trouve les ruines d'un château delphinal dont le vestige principal subsiste dans la ferme des Escoffier et dont les murs d'enceinte subsistent ici ou là dans l'ancien village.

Le Château de Saint Laurent autrefois propriété des barons de Jerphanion, barons d'empire, dont certains descendants font partie des meilleurs joailliers de France, rue de La République, à Lyon, avait la particularité d'avoir des égouts à hauteur d'enfants, permettant à ceux du village de régulièrement s'y introduire. On trouve également à Saint-Laurent-de-Mure des tombes anciennes, au lieu-dit "le bois du Baron".

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Mure-la-Fontaine[1].

Histoire postale[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle et jusqu'en 1967[2] Saint-Laurent-de-Mure est une localité de l'Isère. Ceci est notamment attesté par les premières marques postales du département. Plus précisément un bureau de direction est créé en 1844[3]. Les lettres sont alors affranchies par un cachet à date portant le numéro de département 37. Par la suite, en 1852, le bureau reçoit un losange petits chiffres de numéro 3148 et enfin en 1862 un cachet gros chiffres 3705[4]. Pour les collectionneurs, la cote de ces différents plis varie entre l'indice logarithmique D et E[5].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Laurent-de-Mure

La ville dispose d'un blason, dont la description est:

D'azur à la ville fortifiée de quatre tours d'argent, ouverte et maçonnée de sable, dominée par le clocher d'une église aussi d'argent accosté de deux étoiles d'or, au chef du même chargé d'un dauphin d'azur loré et barbé de gueules[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Initialement rattachée au département de l'Isère et au canton d'Heyrieux, la commune de Saint-Laurent-de-Mure est rattachée au département du Rhône par la loi no 67-1205 du 29 décembre 1967. Elle est augmentée par la même loi de parcelles distraites de la commune de Satolas-et-Bonce.

Dans le département du Rhône, la commune rejoint le canton de Meyzieu. À compter des élections cantonales de 2015, elle est rattachée au nouveau canton de Genas[7].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2006 Didier Sondaz UMP  
2006 en cours Christiane Guicherd UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 297 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 696 1 207 1 094 1 089 1 141 1 223 1 230 1 310 1 250
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 215 1 225 1 265 1 226 1 208 1 071 1 111 1 055 1 006
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
956 1 013 933 779 801 824 762 791 927
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 073 1 527 2 498 3 336 4 513 4 694 4 745 4 855 5 056
2011 - - - - - - - -
5 297 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le puits du Billon.
  • Le cimetière La Ville, datant de 1835.
  • L'église paroissiale.
  • Le château delphinal.
  • La chapelle de Poulieu.
  • Le prieuré de Poulieu.
  • Le Relais de Poste.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Chevalier, Catalogue des cachets à date, types 11-12-13-14-15, Bureaux de direction, Départements français et Algérie, 1829-1869, Paris, Jean Chevalier,‎ 1995
  • Vincent Pothion, Nomenclature des bureaux de poste français 1852-1876, Paris, La poste aux lettres,‎ 1998
  • Liste des communes du Rhône

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Voir l'Histoire du département du Rhône
  3. Voir Jean Chevalier (1995)
  4. Voir Jean et Vincent Pothion (1998)
  5. Indice logarithmique décrit dans Wikipédia:Cotation des objets de collection, pour une cotation plus précise voir :Jean et Vincent Pothion (1998) et Jean Chevalier (1995)
  6. GASO - Banque du blason - 69288 Banque du blason
  7. décret n° 2014-267 du 27 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Rhône
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011