Saint-Léger-sous-Cholet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Léger.
Saint-Léger-sous-Cholet
La mairie, au lieu-dit le Landreau.
La mairie, au lieu-dit le Landreau.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Canton Cholet 1
Intercommunalité C.A. du Choletais
Maire
Mandat
Jean-Paul Olivarès
2014-2020
Code postal 49280
Code commune 49299
Démographie
Gentilé Saint-Légeois, Saint-Légeoise
Population
municipale
2 574 hab. (2011)
Densité 265 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 05′ 38″ N 0° 54′ 30″ O / 47.0938888889, -0.908333333333 ()47° 05′ 38″ Nord 0° 54′ 30″ Ouest / 47.0938888889, -0.908333333333 ()  
Altitude 138 m (min. : 93 m) (max. : 132 m)
Superficie 9,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Léger-sous-Cholet

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Saint-Léger-sous-Cholet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-sous-Cholet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Léger-sous-Cholet
Liens
Site web Site de Saint-Léger-sous-Cholet

Saint-Léger-sous-Cholet est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune angevine des Mauges, Saint-Léger-sous-Cholet se situe au nord de la ville de Cholet, sur les routes D63 Saint-Macaire-en-Mauges, D752 Bégrolles-en-Mauges / Cholet, et D15 Le May-sur-Èvre[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution, le bourg et le nord du village (le Haut-Saint-Léger) dépendaient du May-sur-Èvre, le sud (le Bas-Saint-Léger) de Mortagne-sur-Sèvre. Il a été renommé Saint-Léger-sous-Cholet (sous, par sa dépendance postale), en 1863 : le village était appelé Saint-Léger-des-Bois et Saint-Léger-du-May[2].

De 1899 à 1947, la commune est traversée par la ligne de chemin de fer du Petit Anjou (Cholet-Nantes, via Beaupréau et le Loroux-Bottereau) qui y avait une gare[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1929   Charles Cesbron-Lavau Divers Gauche  
2001 mars 2008 Marie-Juliette Tanguy Divers Gauche  
mars 2008 en cours Jean-Paul Olivarès[4] Divers Gauche  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté d'agglomération du Choletais[5].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 574 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1866. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
672 682 688 694 703 646 620 628 610
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
557 544 532 505 531 573 663 653 701
1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011 -
1 236 1 857 2 470 2 604 2 503 2 477 2 492 2 574 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (14,7 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est sensiblement égale à la population féminine.

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 16,4 %, 30 à 44 ans = 22,1 %, 45 à 59 ans = 26,3 %, plus de 60 ans = 13,6 %) ;
  • 50,3 % de femmes (0 à 14 ans = 19,1 %, 15 à 29 ans = 15,8 %, 30 à 44 ans = 22,9 %, 45 à 59 ans = 26,3 %, plus de 60 ans = 15,9 %).
Pyramide des âges à Saint-Léger-sous-Cholet en 2008 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,4 
2,2 
75 à 89 ans
3,5 
11,4 
60 à 74 ans
12,0 
26,3 
45 à 59 ans
26,3 
22,1 
30 à 44 ans
22,9 
16,4 
15 à 29 ans
15,8 
21,6 
0 à 14 ans
19,1 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[9].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 148 établissements présents sur la commune à fin 2010, 12 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 16 % du secteur de l'industrie, 7 % du secteur de la construction, 51 % de celui du commerce et des services et 14 % du secteur de l'administration et de la santé[10].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Léger, datant du XIXe siècle.
  • Le vieux bourg (maisons basses anciennes).
  • La tannerie (au vieux bourg).
  • L'ancienne cure, rénovée avec des subventions de la Fondation du Patrimoine, est aujourd'hui une propriété privée, visitable pendant les journées du Patrimoine.
  • La mairie. C'est l'ancienne seigneurie du Landreau, manoir qui possède deux tours accolées, côté parc, et un puits, dans la cour intérieure, fermée de murets et possédant deux entrées encadrées de portails. La première tour est ronde, coiffée d'un toit conique en ardoises. La seconde est hexagonale, en briques, avec créneaux. L'imposte de sa porte est composée de deux petits vitraux carrés. La fenêtre du premier étage est en vitraux.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
  • Le manoir du Pontreau, logis fortifié, du XVe siècle (propriété privée).
  • L'ancienne gare de la ligne de chemin de fer du Petit Anjou.
  • La fontaine du vieux bourg, aujourd'hui disparue.
  • 4 croix, dont une médiévale. La quatrième est sur une propriété privée.
  • L'étang.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IGN et BRGM, Géoportail Saint-Léger-sous-Cholet (49), consulté le 24 juillet 2012
  2. « Histoire - Nom de la ville », sur saintlegersouscholet.fr (consulté le 29 mars 2013)
  3. « Histoire - Le Petit Anjou », sur saintlegersouscholet.fr (consulté le 29 mars 2013)
  4. Ouest-France, Jean-Paul Olivarès, réélu maire, s'entoure de six adjoints, article du 1er avril 2014
  5. Insee, Composition de l'EPCI du Choletais (244900700), consulté le 28 septembre 2013
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  8. « Évolution et structure de la population à Saint-Léger-sous-Cholet en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 octobre 2012)
  9. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 7 octobre 2012)
  10. Insee, Statistiques locales du territoire de Saint-Léger-sous-Cholet (49), consultées le 19 mai 2013