Saint-Jean-sur-Couesnon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Jean-sur-Couesnon
L'église Saint-Jean-Baptiste.
L'église Saint-Jean-Baptiste.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Fougères-Vitré
Canton Saint-Aubin-du-Cormier
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Saint-Aubin-du-Cormier
Maire
Mandat
Pierre Prodhomme
2008-2014
Code postal 35140
Code commune 35282
Démographie
Population
municipale
1 095 hab. (2011)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 17′ 26″ N 1° 22′ 02″ O / 48.290556, -1.367222 ()48° 17′ 26″ Nord 1° 22′ 02″ Ouest / 48.290556, -1.367222 ()  
Altitude 64 m (min. : 47 m) (max. : 122 m)
Superficie 18,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Jean-sur-Couesnon

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Jean-sur-Couesnon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-sur-Couesnon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-sur-Couesnon

Saint-Jean-sur-Couesnon est une commune française, située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne. Elle comptait 1 095 habitants en 2011[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-sur-Couesnon est situé à 33 km au nord-est de Rennes et à 45 km au sud du Mont-Saint-Michel dans le pays de Fougères.

Les communes limitrophes sont Saint-Marc-sur-Couesnon, La Chapelle-Saint-Aubert, Vendel, Saint-Georges-de-Chesné, Saint-Aubin-du-Cormier et Mézières-sur-Couesnon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune vient de saint Jean-Baptiste, patron de la ville, et du nom du petit fleuve le traversant. Son nom en breton est Sant-Yann-ar-C'houenon.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse existe déjà au XIe siècle, date à laquelle l'église de Saint-Jean est donnée à l'abbaye de Saint-Florent d'Anjou. Démembrement de la baronnie de Vitré, Saint-Jean-sur-Couesnon est une châtellenie d'ancienneté et possède un droit de haute justice. Le bourg abrite une prison ainsi que l'auditoire de la seigneurie de La Dobiaye.

En 1796, le bourg devient le lieu d'affrontement de la chouannerie contre Remagnes et, peu après, les Chouans renversent un arbre de la Liberté. Dans la nuit du 3 au 4 juillet 1795, ils mettent en place la destruction successive de tous les ponts de la commune dans le but de freiner les troupes circulant entre Rennes et Fougères.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
en cours Pierre Prodhomme SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 095 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 500 1 268 1 284 1 285 1 207 1 273 1 256 1 329 1 305
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 385 1 362 1 432 1 342 1 296 1 252 1 274 1 239 1 249
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 197 1 216 1 207 1 000 992 1 062 1 041 1 005 963
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
895 826 745 729 729 863 987 1 017 1 055
2011 - - - - - - - -
1 095 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Restes du château de la Dobiais.
  • Le manoir de la Dobiais (ou Dobiaye) en granit et grès (XVIIe siècle)[3].
  • L'église Saint-Jean-Baptiste en granit et grès (architectes : Jourdin et Crespel) (XVIIIe et XIXe siècles).
  • Ancien moulin à eau pour fabrication de papier en grès et granit (XIXe-XXe siècle).

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Jean-sur-Couesnon compte de nombreuses activités sportives.

  • Badminton.
  • Escalade.
  • Football.
  • Gymnastique Loisirs.
  • Joger du Couesnon.
  • Palet.
  • Tennis.
  • Volley-ball.

Les clubs de badminton, football, gymnastique, tennis et volley-ball sont regroupés en une seule association : l'Avenir Club du Couesnon.

La commune dispose d'un terrain de football ainsi que d'une salle de sport construite en 2001.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en 2014.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  3. « Notice no PA00090786 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Patrimoine des Communes d'Ille-et-Vilaine, Flohic, coll. « Le Patrimoine des Communes de France », Paris, mars 2000, 2 tomes, 1781 p. (ISBN 2-84234-072-8)
  • Jérôme Cucarull, Le canton de Saint-Aubin-du-Cormier, vers 1780-1810. Espoirs et combats quotidiens dans une région rurale à l'époque révolutionnaire, Éditions Chemin faisant, 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :