Saint-Jean-de-Rebervilliers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Jean-de-Rebervilliers
Image illustrative de l'article Saint-Jean-de-Rebervilliers
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Eure-et-Loir
Arrondissement Dreux
Canton Châteauneuf-en-Thymerais
Intercommunalité Agglo du Pays de Dreux
Maire
Mandat
Josiane Champagne
2014-2020
Code postal 28170
Code commune 28341
Démographie
Population
municipale
226 hab. (2011)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 36′ 44″ N 1° 15′ 06″ E / 48.6122, 1.251748° 36′ 44″ Nord 1° 15′ 06″ Est / 48.6122, 1.2517  
Altitude Min. 134 m – Max. 186 m
Superficie 11,03 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte administrative de Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Rebervilliers

Géolocalisation sur la carte : Eure-et-Loir

Voir sur la carte topographique de Eure-et-Loir
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Rebervilliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Rebervilliers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-Rebervilliers

Saint-Jean-de-Rebervilliers est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Située dans la région naturelle du Thymerais, la commune est presque entourée par la forêt domaniale de Châteauneuf. Le village se situe à près de 2 km au nord du chef-lieu dont il dépend, Châteauneuf-en-Thymerais, avec lequel son histoire est intimement liée.

Accès routier[modifier | modifier le code]

La commune se situe sur l'axe routier constitué par la D 928 qui relie Dreux (desservie par la Nationale 12) à Nogent-le-Rotrou. La commune est également le point de départ de la D 323 qui la relie à la petite commune de Levasville.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Ange-et-Torçay Saint-Ange-et-Torçay Tréon, Dreux
(par D928)
Rose des vents
Maillebois
N Saint-Sauveur-Marville
O    Saint-Jean-de-Rebervilliers    E
S
Saint-Maixme-Hauterive
Châteauneuf-en-Thymerais
(par D928)
Saint-Sauveur-Marville
Carte de Saint-Jean-de-Rebervilliers et des communes limitrophes.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'origine du village, nous trouvons Rebervillers, le "domaine du rouvre" : sans doute une Villa romaine, à l'instar du village proche de Brouvilliers (commune de Saint-Maixme-Hauterive).

Le Thymerais fut brûlé à deux reprises (1169 et 1173) par Henri II d'Angleterre [1]. C'est à cette occasion que le village de Rebervillers disparu.

Les habitants rebâtirent un nouveau village qui prit le nom de Villeneuve-de-Rebervilliers. Le village n'était plus localisé à son emplacement d'origine, mais 500 m plus loin. La raison de ce déplacement était une petite chapelle romane dépendant de la proche abbaye de Saint-Vincent-aux-Bois[2].

La chapelle étant consacrée à saint Jean, le nouveau village finit par inclure ce nom dans son toponyme.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Saint-Jean-de-Rebervilliers est l'une des communes qui composent le canton de Châteauneuf-en-Thymerais qui appartient à l'arrondissement de Dreux. Elle dépend également de deux structures intercommunales: le syndicat mixte du Pays Drouais et la communauté de communes du Thymerais.

Liste des maires à partir de 1945
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Michel Barré MPF  
2008   Josiane Champagne    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 226 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
273 327 343 312 338 311 306 316 325
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
299 284 271 240 270 263 271 270 257
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
236 210 189 185 193 182 182 152 147
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
115 92 103 118 161 181 211 220 226
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La chapelle de Criloup : sommairement décrite en 1853 dans l'état des lieux demandé par le conseil général d'Eure-et-Loir [5], elle fut détruite en 1936 faute de moyens pour sa restauration [6].
  • L'église du village : elle se compose d'une nef romane qui subit deux phases d'agrandissements au niveau du chœur aux alentours du XVe siècle. Un plan sommaire en a été fait en 1853[5]. Sa cloche daterait de 1763[7].
L'église a été fermée en 2010 pour raisons de sécurité [8]. La commune ne voulant pas perdre son dernier édifice historique, des travaux de restauration du chœur ont été lancés à l'hiver 2012[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :