Saint-Jean-Ligoure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Jean-Ligoure
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Haute-Vienne
Arrondissement Limoges
Canton Pierre-Buffière
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Nexon
Maire
Mandat
Didier Marcellaud
2014-2020
Code postal 87260
Code commune 87151
Démographie
Population
municipale
448 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 41′ 24″ N 1° 18′ 47″ E / 45.69, 1.313145° 41′ 24″ Nord 1° 18′ 47″ Est / 45.69, 1.3131  
Altitude Min. 226 m – Max. 395 m
Superficie 30,30 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-Ligoure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-Ligoure

Saint-Jean-Ligoure (Sent Jan Ligora en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Jean-Ligoure en Haute-Vienne.

La commune est située sur la Ligoure.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

La commune compte plusieurs villages, hameaux, écarts, lieux-dits : Esselet, Samie, Les Champs, Lalet, la Ribeyrolle, Laplaud, Labrousse, le Pertuis, Chabreuil, l'Age du Bois, Luret, Lauterie, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur son territoire se trouve le château de Chalucet (ou Chalusset).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008   Didier Marcellaud[1] PS  
2001 2008 Michèle Gualde    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 448 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
717 939 947 949 1 026 1 026 1 036 1 063 1 056
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 054 1 012 1 010 1 015 1 046 1 069 1 091 1 073 1 071
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 073 1 080 1 055 945 897 849 818 740 721
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
653 572 448 481 436 419 413 411 448
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les principales personnalités liées à la commune sont les suivantes :

  • Arnaud Bernard et Bernard de Jaunhac qui ont en 1132 été les premiers bâtisseurs du Château de Jumilhac à la demande d'Eustorge évêque de Limoges sur les terres de l'abbaye de Solignac .L'abbé de Solignac était également de la famille Bernard, branche cadette des vicomtes de Limoges descendante de Charlemagne.
  • Géraud de Maulmont, conseiller de la vicomtesse de Limoges, ministre de Philippe le Bel, chapelain particulier du Pape. Il a reconstruit entièrement le château haut de Châlusset pour en faire la plus grande forteresse limousine sous la forme d'un palais richement équipé.
  • Perrot le Béarnais semi-brigand qui s'empara de la forteresse pour faire régner la terreur dans les environs.
  • Henry de Sully (1282-1336) qui reçut Châlusset en apanage, neveu de Henri de Sully, archevêque de Bourges, bâtisseur de Notre-Dame de Paris.
  • Aimeric de Lur fondateur de l'hôstel (petit-château) sur la motte castrale de St Jean-Ligoure époux avant 1160 de Agnes, fille de Pierre Bernard, lui-même fils du premier bâtisseur de Châlusset, auteur de la famille de Lur-Saluces, propriétaire pendant cinq siècles jusqu'en 1999 du Château-Yquem.
  • Henri IV, roi de France qui fut seigneur de Châlusset héritage des d'Albret par sa mère reine de Navarre et vicomtesse de Limoges, les d'Albret étaient les descendants des Sully.
  • Le Général Georges de Vanteau héritier, dans la seconde moitié du XIXe siècle, de l'hôstel des Lur abrita dans les communs une écurie de chevaux de courses.
  • Le docteur en médecine et pharmacie, Michel Legros, l'un des inventeurs du vaccin contre les piqûres de serpent, venait passer ses vacances au début du XXe siècle dans l'ancienne maison Roche (famille de sa mère), face à l'entrée de l'hôstel de Lur, appelé le château de Sain- Jean-Ligoure.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]