Saint-Hilaire-les-Andrésis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Hilaire.
Saint-Hilaire-les-Andrésis
Blason de Saint-Hilaire-les-Andrésis
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Canton Courtenay
Maire
Mandat
Lionel de Rafelis
2008-2014
Code postal 45320
Code commune 45281
Démographie
Gentilé Andrésiens[1]
Population
municipale
975 hab. (2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 03′ 15″ N 3° 00′ 49″ E / 48.0541666667, 3.01361111111 ()48° 03′ 15″ Nord 3° 00′ 49″ Est / 48.0541666667, 3.01361111111 ()  
Altitude Min. 123 m – Max. 177 m
Superficie 25,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-les-Andrésis

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-les-Andrésis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-les-Andrésis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Hilaire-les-Andrésis

Saint-Hilaire-les-Andrésis est une commune française, située dans le département du Loiret en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de St Hilaire les Andrésis est située près de Courtenay dans le Loiret, à l'extrémité Est du Gâtinais, en limite du département de l'Yonne et de la région Bourgogne.

La Cléry, affluent du Loing, traverse le territoire de la commune.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Rose des vents
N
O    SAINT-HILAIRE-LES-ANDRÉSIS    E
S

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village doit son nom à Saint Hilaire, évêque de Poitiers, dont les relations d'amitié avec Saint Urcisin, évêque de Sens, à qui il rendit de nombreuses visites, expliquent la renommée locale.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Hilaire-les-Andrésis

Les armes de Saint-Hilaire-les-Andrésis se blasonnent ainsi :

D'azur au lion d'or, à la bordure du même chargée de neuf tourteaux de gueules[2].

Économie[modifier | modifier le code]

  • Base Intermarché
  • Exploitations agricoles
  • Tourisme : Gîtes ruraux, camping, terrain de sports (Tennis, etc.), stages de mosaïque
  • Restaurant, boulangerie
  • Electricité générale, maçonnerie, peinture, plomberie, rénovation de matériel en fonte
  • Mécanique de précision
  • Pension pour chiens et chats, dressage de chiens
  • Huile de vison et dérivés
  • Création de sites Internet
  • Centre de Recherche (R&D) Techlody S.A.S. (Intelligence artificielle musicale)

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le polissoir du Bois des Roches est un polissoir fixe situé au lieu-dit Le Bois des Roches et découvert en octobre 2004 par un agriculteur. Il se compose d’une rainure, d’une cuvette-rainure et d’une cuvette qui présente de nombreuses terrasses (petits creux non atteints par le polissage). Le réservoir, dont l’ouverture est de forme ovale, mesure 35 cm de long, 20 cm de large et 70 cm de profondeur ; il peut recevoir environ 50 litres d’eau. Une intéressante cupule de 6 cm de diamètre et de 2,5 cm de profondeur se trouve au bout de la rainure : naturelle ou aménagée par le polisseur, elle devait servir à stocker le silex broyé (abrasif). Il est situé dans un bois d’une superficie de 39 ares 60 centiares (93 perches en mesure ancienne). D’énormes blocs de grès affleurent dans ce bois de chênes, de charmes et de frênes. Cette exploitation de grès et de sable nous renvoie naturellement vers le lieu-dit la Chaire Salée (situé à 3,5 km sur la commune de Saint-Hilaire-les-Andrésis) où se trouvait un polissoir qui fut détruit, au XIXe siècle, lors de l’exploitation d’une sablière. Dans le Bois des Roches, il a pu exister un polissoir plus important détruit lors de l’exploitation. On remarque sur plusieurs roches du bois, quatre boîtes ou urnes de débitage, ainsi que deux demi boîtes sur la pierre support du polissoir.

Caractéristiques géologiques : nature: grès ; ère: tertiaire; période: éocène ; étage: yprésien

Dimensions : la pierre support fait partie d’un immense bloc gréseux (affleurement au-dessus d’un sol sableux) dont il est difficile de connaître les dimensions exactes : longueur : 2 m, largeur : 1,60 m et hauteur : 0,30 m ; le polissoir : rainure : longueur : 48 cm, largeur : 2,5 cm, profondeur : 1,5 cm ; cuvette-rainure : Long : 30 cm. Larg: 9 cm. Prof : 1 cm ; Cuvette : longueur : 25 cm, largeur : 10 cm, profondeur : 1 cm.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  en cours Lionel de Rafelis    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 975 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
750 790 727 795 777 808 812 850 877
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
853 817 847 832 833 813 735 752 733
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
725 678 667 585 622 591 570 543 532
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
525 475 400 447 558 750 861 872 979
2011 - - - - - - - -
975 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 23 janvier 2010)
  2. Gaso. Consultation : 23 janvier 2010.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. Coursimault AM, Dominique Frémy, inventeur du Quid, est décédé, La République du Centre, 4 octobre 2008, p 3.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]