Saint-Gilles (Manche)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Gilles.
Saint-Gilles
Le bourg et son église.
Le bourg et son église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Manche
Arrondissement Saint-Lô
Canton Marigny
Intercommunalité Saint-Lô Agglo
Maire
Mandat
Jean-Luc Lerouxel
2014-2020
Code postal 50180
Code commune 50483
Démographie
Gentilé Saint-Gillais
Population
municipale
901 hab. (2011)
Densité 115 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 17″ N 1° 10′ 32″ O / 49.104722, -1.17555649° 06′ 17″ Nord 1° 10′ 32″ Ouest / 49.104722, -1.175556  
Altitude Min. 12 m – Max. 104 m
Superficie 7,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de Manche
City locator 14.svg
Saint-Gilles

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de Manche
City locator 14.svg
Saint-Gilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Gilles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Gilles

Saint-Gilles est une commune française, située dans le département de la Manche en région Basse-Normandie, peuplée de 901 habitants[Note 1] (les Saint-Gillais[1]).

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est en pays saint-lois. Son bourg est à 3,5 km au nord de Canisy, à 5,5 km à l'est de Marigny et à 7 km à l'ouest de Saint-Lô[2].

Le village s'est construit le long de la RD 972 (ancienne RN 172) Saint-Lô - Coutances, à l'ouest de l'agglomération saint-loise.

Le point culminant (104 m) se situe en limite nord du territoire et du bourg. Le point le plus bas (12 m) correspond à la sortie du bref parcours de la Vire en bordure est du territoire. La commune est bocagère.

Communes limitrophes de Saint-Gilles[3]
Hébécrevon,
Le Mesnil-Amey (par un angle),
Quibou (sur quelques mètres)
Hébécrevon Agneaux
Canisy Saint-Gilles[3] Saint-Lô
Canisy Canisy, Saint-Ébremond-de-Bonfossé Saint-Ébremond-de-Bonfossé

Toponymie[modifier | modifier le code]

La paroisse est dédiée à Gilles l'Ermite, moine légendaire très vénéré au Moyen Âge. La forme S. Egidius est attestée en 1056[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Jean Gorrégués    
mars 2001 mars 2008 Daniel Burnouf    
mars 2008[5] en cours Jean-Luc Lerouxel[6] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et trois adjoints[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 901 habitants. Depuis 2004, les enquêtes de recensement dans les communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (en 2005, 2010, 2015, etc. pour Saint-Gilles[7]) et les chiffres de population municipale légale des autres années sont des estimations[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
569 568 662 671 606 618 578 585 547
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
617 591 590 604 603 574 559 531 517
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
507 485 502 435 457 452 432 454 539
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
519 490 513 610 676 785 827 859 903
2011 - - - - - - - -
901 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La statue de saint Gilles.
  • Église Saint-Gilles. La tour est du XIIe siècle et le reste de l'église du XIIIe siècle (sans doute une église du XIIe agrandie par la suite). L'église a été restaurée en 1957 avec en particulier un nouvel ensemble de vitraux du peintre Maurice Rocher réalisés par l'atelier Barillet. Une statue de saint Gilles y est vénérée et le lieu attirait autrefois de très nombreux pèlerins[10]. Le saint est en effet invoqué pour la guérison des frayeurs nocturnes des enfants, convulsions, angoisses ou dépressions nerveuses[10]. Les pèlerins déposent aux pieds de la statue des linges, photos, peluches et invocations écrites, témoignages de foi ou gratitude[10].

Activités et manifestations[modifier | modifier le code]

Tous les premiers dimanches de septembre a lieu la fête Saint-Gilles : messe, vide-greniers, fanfare, restauration sur place…

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, afin de permettre les comparaisons entre communes selon une périodicité de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999, de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, outre les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement, que les années 2006, 2011, 2016, etc. et la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ouest-france.fr - Mairie de Saint-Gilles » (consulté le 19 septembre 2010)
  2. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  3. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,‎ 1963
  5. « Jean-Luc Lerouxel est le nouveau maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 octobre 2014)
  6. a et b Réélection 2014 : « Saint-Gilles (50180) - Municipales 2014 », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 29 avril 2014)
  7. Date du prochain recensement à Saint-Gilles, sur le-recensement-et-moi.fr, site spécifique de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  10. a, b et c Hippolyte Gancel, Les Saints qui guérissent en Normandie, Rennes, Éditions Ouest-France,‎ janvier 2006 (ISBN 978-2-7373-4726-9), p. 30

Liens externes[modifier | modifier le code]