Saint-Georges-les-Landes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Georges-les-Landes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Limousin
Département Haute-Vienne
Arrondissement Bellac
Canton Saint-Sulpice-les-Feuilles
Intercommunalité Communauté de communes Brame-Benaize
Maire
Mandat
Joël Lachaise
2014-2020
Code postal 87160
Code commune 87145
Démographie
Population
municipale
246 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 20′ 35″ N 1° 20′ 15″ E / 46.3431, 1.337546° 20′ 35″ Nord 1° 20′ 15″ Est / 46.3431, 1.3375  
Altitude Min. 218 m – Max. 302 m
Superficie 16,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-les-Landes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Georges-les-Landes

Saint-Georges-les-Landes (Sent Jòrge las Landes en occitan) est une commune française située dans le département de la Haute-Vienne en région Limousin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation de la commune de Saint-Georges-les-Landes en Haute-Vienne.

Saint-Georges-les-Landes est situé au nord du département de la Haute-Vienne, à la limite de l'Indre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine du nom :

  • Saint Georges de Fontanet en 1095.
  • Saint Georges la Terre aux Feuilles en 1402.
  • Saint Georges les Landes en 1524.

Saint Georges est un martyr de Cappadoce (Turquie) du IVe siècle.
Les Landes: il existait d'importants communaux en Landes autour du village de St Georges ; lors de la confection du cadastre de 1836, un dixième de la commune était en communaux, un quart en bois, landes, bruyères.

Activités d'hier et d'aujourd'hui

Il existait un moulin à « Puylaurent », une carrière de quartz à empierrer les routes à « Plantedit ». Hier comme aujourd'hui, c'est l'activité agricole que fait l'essentiel de la vie de la commune. Au début du XXe siècle, Saint Georges tenait jusqu'à 10 foires par an, elles ont disparu avec la Première Guerre mondiale. Fort pauvre, la commune a fourni, depuis le XVIIe siècle, un fort contingent d'ouvriers migrants, sabotiers, charrons et surtout paveurs. En 1901, la commune comptait 70 paveurs migrants soit plus de 10 % de la population.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989-en cours Claude Louis[1] _ Maire
1987 1989 Jean-Jacques Léger _ Maire
1947 1987 Marcel Gorgeon _ Maire
1945 1947 Alexandre Michaud _ Maire
1935 1945 Antonin Vauzelade _ Maire
1932 1935 Marcel Jolivet _ Maire
1908 1932 Charles-Edouard Ferrant _ Maire
1899 1908 Théodore Roby _ Maire
1892 1899 Jean Lepain _ Maire
1888 1892 Camille Puifferat _ Maire
1873 1888 Barthelemy Appay _ Maire
1873 1873 André Appay _ Maire
1871 1873 Jean Paturaud _ Maire
1860 1871 Etienne Puifferat _ Maire
1843 1860 André Appay _ Maire
1840 1843 Barthelemy Peureaud _ Maire
1830 1840 Jean Baptiste Guillaume _ Maire
1799 1830 Jean Baptiste Gabiat _ Maire
1795 1799 Jean Billiard _ Agent municipal
1792 1795 Sulpice Doucet _ Officier Public
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 246 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
576 536 604 719 780 827 835 857 823
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
750 680 668 693 702 734 716 703 673
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
658 670 614 540 533 514 512 481 452
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
447 407 400 350 293 255 252 251 246
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

= Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]